ABSTENTION !

Il m'est arrivé de voter nul, comme au second tour de la dernière présidentielle (j'ai mis dans l'urne un bulletin Mélenchon) et aussi au second tour en 2012 (j'ai mis les deux bulletins Sarko, Hollande dans l'enveloppe, déchirés). Mais je ne me souviens pas de m'être jamais abstenu.

S'abstenir, c'est laisser la place aux autres... Je suis trop égocentré pour en supporter de bon cœur l'idée...

A propos de cette élection, je disais : "Si je vote ce sera pour la FI. Quoi d'autre ?". Et cet énoncé conditionnel me convient encore. Hier, je déclarait à une amie : "Je voterais pour eux, s'ils me convainquent de voter".

Pas de très bonne foi, le bonhomme, puisque à l'heure du débat télévisé, j'étais encore à mon piano, tentant de sécuriser les passages un peu périlleux du nocturne op. 60 n°2 que je dois jouer dimanche à Villeneuve...

Mais enfin, j'ai lu les comptes-rendus. Elle est très bien la petite Manon Aubry. Cela m'a fait plaisir qu'elle prenne la tête de la liste FI, c'est une amie de Cécile Duflot et j'aime bien Cécile Duflot, femme courageuse. 

D'un autre côté, était-il bon d'offrir la tête de liste à une jeune inconnue après avoir viré (ou laissé partir) des gens comme Charlotte Girard, Corinne Morel Darleux, Liêm hôang Ngoc, Jacques Généreux et plusieurs autres, pour faire place à des rescapés du parti de François Hollande et Manuel Vals ? Je ne sais pas, personne ne m'en a parlé, on ne m'a pas consulté.

D'ailleurs, "ON" n'a consulté personne. Y a-t-il eu débat ? Public ? Privé ? Nulle part ! "ON" a constitué la liste, et puis, c'est vrai, ceux qui voulaient appuyer sur un bouton approbateur ont été autorisés à le faire. Donc je ne me suis pas senti concerné au point de désirer distribuer des tracts, monter des hologrammes ou coller des affiches.

Vous me direz : "Tu l'as fais entre 2016 et 2017 pour la présidentielle dans une période où tu n'as pas non plus, ni toi ni personne, été consulté". Ah, mais c'est très différent. La Vème République est ainsi faite que l'élection présidentielle c'est : tous derrière le bonhomme, sans discuter. Pour participer à un concours, il faut accepter les règles. Je l'ai fait sans hésiter. Mais pour Jean-Luc Mélenchon, depuis, c'est présidentielle tous les jours ! Non ! Entre deux présidentielles, il faut un peu de démocratie, s'il vous plait.

Vous me direz encore : "Les noms, c'est secondaire, ce qui compte ce sont les idées". Exact. 

C'est bien pour cela qu’exceptionnellement, je vais m'abstenir. Je n'ai pas entendu, et personne n'a entendu Manon Aubry déclarer ce que déclarait Jacques Généreux sur Médiapart : nous appliquerons notre politique, nous ne respecterons pas les traités. Ou ce que Mélenchon a dit cent fois : Plan A nous exigeons d'avoir les mains libres, plan B si nous n'avons pas satisfaction la France quittera l'UE.

Le plan B a disparu corps et biens : c'est dommage, parce que ça change tout. Des gens me disent : "Aubry et Brossat défendent la même stratégie, quel pitié qu'ils n'aient pas fait liste commune !" C'est vrai, mais liste commune aussi avec Glucksman et Jadot ! Car du coup, ils tiennent tous les même discours : "On veut une UE plus sociale et plus écologique".

Or chacun sait que c'est impossible, par construction. Les traités s'y opposent, et il faut pour modifier les traités une inaccessible unanimité des 27.

La petite Aubry a pu dire hier, dans la même phrase, qu'il aurait fallu respecter le vote de 2005 ET qu'elle voulait une UE de la justice fiscale, de la justice sociale et de l'écologie. En 1793, Manon aurait voté la mort de Louis XVI, ET demandé qu'il règne de manière plus populaire...

Le vote de 2005 refusait le traité. Le vote de 2005 ne demandait pas que le traité dise le contraire de ce qu'il dit, il demandait qu'on fiche ce traité à la poubelle ! 

Résumons-nous... Le vote de fin mai n'aura aucun effet, ni en France, ni en Europe. Les plus ou moins gentils "réformateurs" ne constitueront qu'une force négligeable. Mais supposons qu'ils aient la majorité ? Cela ne changerait rien du tout parce que les traités sont ainsi faits que justice sociale, justice fiscale, protections douanières, obstacle à la délocalisation, à la désindustrialisation sont interdits par les traités. Idem pour la lutte contre les lobbys et la protection de l'environnement : tout ceci fait obstacle à la LOI DU MARCHE.

Cette campagne pourrait, du moins, être un moment de vérité, un moment de bonne propagation de nos idées ? Mais quelles idées dorénavant ? La modification de l'UE dans un sens progressiste, comme psalmodié dans chaque élection depuis quarante ans ?

Pourquoi JLM a-t-il laissé tomber l'essentiel, le tranchant, le piquant de ses idées ? Pour séduire les rescapés du PS ? Je gage que c'est raté. Ce qu'il perd sur sa gauche, il ne le gagnera pas sur sa droite.

"REFERENDUM ANTI MACRON" avait dit le génie Méluche-la-colère !

Aucune élection n'est moins propre à sanctionner le Président que celle-ci. Il vient d'avoir lieu, ce référendum, réveille-toi, Jean-Luc ! C'est le mouvement des Gilets Jaunes, qui progresse en profondeur, en ce moment même, dans les coordinations, ce WE à Saint Nazaire ! 

Les Gilets Jaunes, ce sont les abstentionnistes. Un français sur deux, en moyenne, ne vote plus et sept français sur dix sympathisent avec le mouvement des Gilets Jaunes. S'abstenir, de la part de la FI, ne pas présenter de liste, cela aurait été une manière spectaculaire de se ranger à leurs côtés de partager le fond de ce qui les a mis en mouvement. Et cette élection est justement celle qui s'y prête. Les Gilets Jaunes ne s'abstiendront pas aux élections municipales, certainement pas ! Ils y participeront, et gagneront des municipalités.

 

ABSTENTION !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.