Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 mai 2022

Maintenir l'ordre

Un entretien de poids

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://twitter.com/J_Bardella/status/1522501440471801857?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Etweet

Et qui, cependant, passe aisément "sous les radars"...

Jordan Bardella, dans cet entretien le 6 mai à 8h30, sur France Info (service public), développe son point de vue. On lui demande : Pourquoi est-ce que Marine le Pen se repose et ne fait pas campagne ?

Réponse : Parce qu'elle sait que "Macron aura sa majorité". Pour le véritable numéro un du Rassemblement National, personne ne croit une seconde que Macron puisse ne pas avoir de majorité.

Q : Mais pourquoi Marine Le Pen ne fait-elle pas comme Mélenchon campagne pour être premier ministre ?

R: Parce que Marine Le Pen ne veut pas être ministre de Macron ! Pour Mélenchon, selon Bardella, il y a une certaine logique puisqu'il a fait élire Macron en disant "pas une voix pour Marine Le Pen" et qu'il est allié avec des partis qui ont appelé à voter Macron...

Sur deux minutes 30 donc, quelques banalités pendant deux minutes 15. Bardella sait très bien que Macron, très mal élu, n'est pas certain, devant l'union tout de même assez spectaculairement inattendue de la NUPES, d'obtenir à lui seul la majorité absolue.

Les 15 dernières secondes contiennent le message intéressant : "le bloc des gauches veut détruire l'Etat." Il veut, si Macron obtient la majorité, descendre dans la rue. "Le RN est le seul parti d'opposition dans le prochain quinquennat, pour défendre les français, pour leur pouvoir d'achat, pour lutter contre l'immigration massive, pour maintenir l'ordre."

C'est moi qui souligne : Bardella a prononcé ces mots comme s'ils étaient quelconques.

Ils ne le sont pas.

Bardella sait ce que beaucoup de ceux qui ont appelé à "faire barrage" ignorent : le fascisme ne naît pas dans les élections, mais dans la rue.

Les Oligarques ont leur homme : c'est Macron. Mais ils peuvent changer de cheval si la situation l'exige et devient ouvertement pré-révolutionnaire. Le dirigeant du RN s'inscrit dans ce cas de figure : le bloc des gauches menace l'Etat ("c'est très grave, ce qui se passe, dit-il"), veut détruire l'Etat. Il menace d'en appeler à la rue. Nous, RN, sommes prêts à "maintenir l'ordre".

C'est une offre de service. Une offre qui a peut-être déjà été acceptée, ce qui expliquerait que Le Pen ne fasse guère campagne : elle ne veut pas tenter de gagner une majorité au parlement. Ce n'est pas son plan.

Elle compte accéder au pouvoir avec un RN faisant ses preuves dans la rue : affrontant physiquement les grévistes, les syndicalistes, la gauche, les manifestants, dans la rue et, peut-être dans leurs locaux et leurs permanences.

Une discussion entre le RN et LREM a-t-elle déjà eu lieu ? Cela me semble possible. Il sera intéressant de voir quel sera le nouveau ministre de l'intérieur. En tous les cas, oui, je pense qu'un schéma de processus fasciste existe, au moins dans l'esprit de Jordan Bardella, et certainement dans bien d'autres têtes.

Les castors  n'ont pas vus que LR et LREM sont du même côté de leur risible "barrage".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire