Pas croyable !

Et pas vrai. Fiction.

Cette nuit, il s'est produit quelque chose de pas croyable.

Notre bien-aimé Président (qu'il vive mille ans) vers minuit, ayant passé plusieurs heures à lire les commentaires de Médiapart, a souffert d'un gros mal de tête, puis il pris, tout soudain, une inexplicable décision.

Il m'a téléphoné, vers 1h30, m'a réveillé et m'a dit : "Jean-Pierre, je pense que tu es capable d'en finir avec ma gestion vraiment démente de l'infection virale Covid. Je vire Véran et te nomme à sa place. Tout de suite. Tu es en charge, avec les pleins pouvoir pour nous tirer de là !".

Stupéfait, j'ai d'abord dis NON ! MOI ! Aider Macron ! Moi qui suis pour faire l'unité des progressistes et en finir avec la cinquième République ? Augmenter le SMIC, réindustrialiser la France tout en faisant ("en même temps") ET la mutation écologique ET la mutation énergétique ET la nouvelle agriculture Et ...

J'ai dis non, aussi par trouille. Au fond, je n'y connais rien ! Si lui, un génie de l'épidémiologie, n'y arrive pas, alors moi ! ?

Il était 1h45 du matin, ce matin 7 août 2021.

Et puis j'ai dis : "Impossible, on est Samedi je dois aller à la manif !"

Il m'a facilement convaincu : tu ne vas pas aider Macron, tu vas aider le peuple. Le salaire du ministre de la santé, c'est (XXX) et puis pour ta retraite (YY), et puis quoi que tu fasses, ça ne peut pas être pire, tu ne crois pas ?

Ce dernier argument m'a convaincu.

J'ai accepté. Manu m'en envoyé son Falcon, et à 4h30, j'étais dans le bureau du ministre de la santé, avec les pleins pouvoirs.

Voici qu'elles ont été mes premières décisions.

1) J'ai demandé à Mr Véran, et aux membres des Conseils de Défenses et autres cochonneries de faire leurs cartons en vitesse et de filer, mais de ne pas quitter le pays (j'ai confisqué leurs passeports) et de rester à la disposition de la justice. J'ai pris des mesures pour qu'un groupe de travail et de réflexion soit créé avec des médecins de ville, des travailleurs hospitaliers, un épidémiologiste sans conflit d'intérêt (si on en trouve un), un sociologue, un psychiatre (pas celui qui a été immédiatement attaché aux soins du Président), un mathématicien spécialisé en statistiques (pas un statisticien...). Ce groupe donnera des avis.

2) J'ai fait passer un décret de modification du Conseil constitutionnel, excluant toute personne ayant un lien d'intérêt avec de grosses entreprises. Donc, tous virés. J'ai fait, à la place coopter UN constitutionnaliste honnête, et des syndicalistes, des femmes de ménage, des mécaniciens, une institutrice, un bibliothécaire, une travailleuse du sexe : des gens qui savent ce que c'est que travailler.

3) J'ai fait annuler toute application de la loi portant pass sanitaire et toute obligation de vaccinations.

4) J'ai immédiatement fait annuler les suppressions de lits d'hôpitaux et demandé que soit mis en place en urgence la création  (rétablissement) de centaines de lits, et que soit entamée sans délai la formation de centaines de nouveaux personnels : infirmiers, spécialisations, etc. Plus généralement j'ai demandé que l'on vote un milliard pour l'hôpital public et que tout le personnel soit augmenté de 15%.

5) J'ai fait savoir que la France s'exonérait de tout respect du droit des brevets, par raison de cause majeure et j'ai demandé que soit alloué à l'Institut Pasteur les sommes nécessaires à la production des vaccins utiles.

6) J'ai rendu aux médecins l’entièreté du droit de prescrire, en particulier concernant le COVID, les produits présentés comme de possibles médicaments, au cas par cas et s'ils le souhaitent. En même temps, je leur demande de garder trace de leurs prescriptions et d'assurer un suivi.

7) J'ai demandé que les personnes présentant, pour cette infection, un risque important (personnes âgées, personnes malades, immunodéficientes) soient recensées avec précision, localisées et soient l'objet d'une protection personnalisée.

8) Aucune obligation vaccinale n'est acceptable. Si une personne demande à être vaccinée, elle doit l'être, avec le vaccin de son choix, un choix que des études de suivi minutieuses pourront éclairer. Toute personne vaccinée fera l'objet d'un suivi, non pas durant 15 minutes, mais durant 15 jours. Pendant cette période, on examinera si  des anticorps ont été créés, dans quelle quantité, etc.

Là, je vais m'envoyer une bière et dormir quelques heures, parce que bon, sauver le monde ... c'est crevant, quoi !

Après, je verrais les questions de masques, de gel. Faut regarder tout ça de près...

JPB, lumière des Alpes de Haute-Provence

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.