CONFINEZ, confinez, vous-dis-je !

Sur l'Intelligence Artificielle et la Stupidité Naturelle.

Je lisais ces derniers temps (le confinement fait lire, c'est là sa moindre séduction) "Grammaires de la Création" de George Steiner frown. Je vois ce que vous voulez dire... Lire Steiner est toujours une rude expérience. A chaque page on se dit : "Zut, il faudrait que je relise Dante" ou pire : "Comment se fait-il que je ne sache rien de Paul Célan ?". Ou encore : "Timon d'Athèses ? Oui, j'ai vu cette pièce de Shakespeare il y a cinquante ans, mais son importance m'avait complètement échappé... Platon ? J'ai lu Platon ! J'ai lu Thééthète et Le Banquet (quelle merveille !). Mais c'est presque inutile. Il faut lire TOUT Platon, sinon l'essentiel vous échappe. Steiner a lu tout Platon, naturellement. Lire ou relire Dante, c'est bien, mais Dante évoque Virgile : il faut lire Virgile, évidement sinon on rate le sens de ce qu'écrit Dante... Lire Virgile ? En latin, bien sûr, et Platon en grec. La Torah en hébreu. S'il suffisait d'être parfaitement trilingue (anglais allemand, français) ! ?

Lire Steiner c'est confronter sa culture à plusieurs continents culturels. C'est prendre une mesure qui ramène à de si modestes proportions celle de personnages dont on dit "il est très intelligent et très cultivé".

Le plus éprouvant peut-être c'est de constater que Steiner a tenté d'échapper à la mutilation ordinaire de la culture qui ignore les sciences. Et qu'il a échoué. Il se prosterne très bas devant les Mathématiques, qui sont au cœur de son sujet puisqu'il doit s'agir de distinguer création, découverte et invention, mais ce qu'il en dit est commun et naïf. Il oppose mathématiques "pures" et appliquées mais rate à la fois le paradoxe et la dialectique de l'opposition de ces deux termes. Il énonce des naïvetés logiques (le pauvre "paradoxe du crétois menteur"). Il invoque à tout bout de champ le "saut quantique" de manière vulgairement métaphorique. Il rate l'importance du théorème d'incomplétude de Gödel. Même en musique il ne dit rien d'intéressant, hors le plat témoignage de son estimable amour.

La culture de George Steiner (il est mort le 3 février de cette année, à quatre vingt onze ans) est immense, mais reste celle d'un philologue c'est à dire d'un expert des mots, du langage, de la littérature et de la philosophie tant qu'elle n'est pas trop technique (je ne crois pas qu'il s'aventurerait très loin dans l'oeuvre de Husserl). Elle est vierge de l'expérience d'une formation scientifique, ou de la pratique d'un art.

D'accord, me direz-vous, mais où voulez-vous en venir ? À qui voulez-vous l'opposer ? À Léonard de Vinci ? À Pic de la Mirandole ? Non, à personne. J'aime énormément George Steiner tel qu'il est. J'adore en particulier son "Les Antigones". Et je ne veux pas juste gémir sur le fait qu'une culture humaine "équilibrée" (à mon goût) un quadrivium augmenté de philologie, semble hors de portée.

Je considère plutôt le fait que seule une culture équilibrée pourrait être (oui, je sais que le mot est horrible) "humainement utile".

Car à la fin de son ouvrage, Steiner s'extasie devant les miracles ... de l'Intelligence Artificielle... Le Big Data... Deep Blue qui a battu Karpov au jeu d'échecs... Cela présage à ses yeux un bouleversement aussi profond que dramatique et angoissant dans la civilisation.

J'ai, je l'avoue, une relation sensible à cette question. Il y a soixante ans, j'avais quinze ans, j'ai lu "Le Matin des Magiciens" de Louis Pauwels et Jacques Bergier, sorte de manifeste du "réalisme fantastique". Les auteurs y dévoilaient un avenir dans lequel l'homme serait assisté intellectuellement, de manière décisive, par la puissance des ordinateurs.

J'ai toujours, instinctivement, opposé à cette vision scientiste une vision politique.

Il y a quelques temps un de mes amis mathématiciens me vantait le nouveau GPS capable, depuis un satellite de détecter un mouvement sur la Terre de l'ordre du centimètre (la technologie précédente n'avait accès qu'à une définition de quelques mètres) "Grâce à l'utilisation de la théorie de la relativité générale, et, sur le plan mathématique, en utilisant la théorie des groupes hyperboliques". 

Cette conversation avait lieu en juillet 1999. Quelques jours plus tard un terrible séisme ravageait la région d'Istanbul, faisant presque vingt mille morts. J'ai demandé à mon ami en quoi au juste le merveilleux gadget pouvait aider les stambouliotes ? Le nombre des morts résultait de la corruption urbanistique : les maisons entassées les unes contre les autres.

George Steiner est mort trop tôt. À quelques jours près, il aurait vu de ses yeux combien la stupidité naturelle surpasse l'intelligence artificielle. Non seulement nos extraordinaires ordinateurs ultra-supra-giga-tetra puissants sont incapables de nous définir un traitement qui jette à terre la couronne de ce virus couronné, alors que, tout de même, nous savons déjà presque tout de son génome (autrement dit sa carte d'identité, son code barre, sa plaque d'immatriculation), grâce à de gros bêtes ordinateurs, mais elle est incapable, cette Intelligence Artificielle de nous suggérer une STRATÉGIE pas trop conne devant la pandémie.

Confinez-vous, confinez-vous, c'est tout ce qu'ils ont trouvé, dans l'équipe des médecins macroniens. Nos voisins germaniques, nos cousins, ont jusqu'à présent DIX FOIS MOINS de décès que nous (alors qu'ils sont un peu plus nombreux). Comment font-ils ? Ils testent en masse, ils ne confinent pas strictement. Du fait qu'ils ne confinent pas strictement, non seulement ils ont le droit d'aller à la plage, mais ils travaillent ! Et donc, non seulement ils ont moins de morts aujourd'hui, mais leur économie n'est pas à genoux comme la notre. Demain, faites confiance à la fourmi germanique elle nous dira : "Que faisiez-vous ? ... Je me confinais... Eh bien brûlez vos parquets, maintenant !".

Ils testent en masse. 100 000 par jour, depuis des semaines. Ils soignent les malades, et n'isolent qu'eux. Ainsi font de même les hollandais et les suédois. En nombre de morts du coronavirus ils sont (en proportion) loin derrière nous. Mais pourquoi ont-ils pu tester ? Fabriquer des tests ? Parce qu'ils n'ont pas vendu à la découpe leur industrie biochimique...

Attendez ? Aucune Intelligence Artificielle n'a averti nos gouvernants qu'il fallait conserver un peu d'industrie sur notre sol ? Que priver l'Etat de ressources en supprimant l'I.S.F. pour gaver les gavés, cela pouvait être dangereux, même pour des ministres ? 

Il n'y a pas que le virus qui soit couronné, la connerie aussi vit son heure de gloire ! CONFINEZ-VOUS, vont-ils répétant. Alors les braves gens se confinent.

Que demain les Diafoirus au pouvoir imaginent que le virus se réfugient dans les cheveux, il faudra tous nous raser la tête !

On trouvera que mon papier n'a ni queue ni tête, et ce sera vrai. Alors je dois lui trouver une conclusion, la voici : les ordinateurs et l'IA ne nous sont, et ne nous seront jamais d'aucun secours.

Et oui ! Non seulement les ordinateurs ne pensent pas et n'ont aucune espèce d'intelligence (ils sont moins intelligents qu'un ver de terre), mais la science, par elle-même, ne pense pas. La science raisonne sur un problème particulier, c'est ce qui fait sa force, mais ce n'est pas "penser".

Car penser, c'est forcément penser le tout, penser le monde et notre présence au monde. Penser c'est au minimum penser le contexte, les circonstances et les conséquences. On a objecté à un virologue le manque de rigueur de telle expérimentation. Mais penser vraiment ce n'est pas exhiber une rigueur impeccable. 

Les Indiens des plaines pensaient davantage que les ingénieurs dessinant les plans de la ligne de chemin de fer qui détruisait leur pays. Penser c'est se poser dans l'urgence le problème du non-agir et de l'agir dans le non-agir tel que débattu dans le dialogue entre Arjuna et Krishna de la Bhagavad-Gità.

Des politiques basées sur une culture humaine, humaniste est scientifique à la fois, seraient utiles, mais je doute que cette culture soit jamais accessible.

À défaut, le principe de "Plick et Plock" (Christophe) ? "IL FAUT RÉFLÉCHIR AVANT D'AGIR".

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.