Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

119 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 mars 2021

Un haut fonctionnaire parle

Apologues peu imaginaires

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une parabole, et la triste réalité

(j'ai reçu ce texte d'un haut fonctionnaire retraité)


Premièrement :
 Deux entreprises, dont une française, décident de faire une course d'aviron dans le but de montrer leur savoir-faire dans le domaine de la "galvanisation" des troupes.
  

Les deux équipes s'entraînent dur.
  

Lors de la première épreuve, les "étrangers" gagnent avec plus d'un kilomètre d'avance.


Les Français sont très affectés. Le management français se réunit pour chercher la cause de l'échec.
Une équipe d'audits constituée de seniors managers est désignée.
Après enquête, ils constatent que l'équipe française, qui est constituée de dix personnes, n'a qu'un rameur, alors que l'équipe étrangère comporte un barreur et neuf rameurs.

La direction française décide de faire appel au service de consultants internes.
Leur avis, entouré de précautions oratoires, semble préconiser l'augmentation du nombre de rameurs.

Après réflexion, la direction décide de procéder à une réorganisation.

Elle décide de mettre en place un manuel qualité, des procédures d'application, des documents de suivi...
Une nouvelle stratégie est mise en place, basée sur une forte synergie.

Elle doit améliorer le rendement et la productivité grâce à des modifications structurelles.

On parle même de zéro défaut dans tous les repas brainstorming.

La nouvelle équipe constituée comprend maintenant:
 -  1 directeur général d'aviron
 -  1 directeur adjoint d'aviron
 -  1 manager d'aviron
 -  1 ingénieur qualité d'aviron
 -  1 consultant de gestion d'aviron
 -  1 contrôleur de gestion d'aviron
 -  1 chargé de communication d'aviron
 -  1 coordinateur d'aviron
 -  1 barreur
 -  1 rameur

La course suivante a lieu et les Français ont deux kilomètres de retard !


Humiliée, la direction prend des décisions rapides et courageuses:
 - Elle licencie le rameur n'ayant pas atteint ses objectifs, vend le bateau et annule tout investissement.
 - Et avec l'argent économisé, elle récompense les managers et superviseurs en leur donnant une prime, augmente les salaires des directeurs et s'octroie une indemnité exceptionnelle de fin de mission.
Deuxièmement: 
Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :

- 1) Le Ministre de la Santé –

-  2) Le directeur-général de la Santé

- 3) La direction de Santé Publique France

- 4) Le Directeur de la Haute Autorité de Santé

- 5) 26 Directeurs des Agences Régionales de Santé

- 6) Le Directeur de l'Agence Nationale Sanitaire

- 7) la Direction de l'Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Épidémiologie-France

- 8) Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire

- 9) L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de la Santé.

- 10) Un nombre d'infectiologues parisiens incroyablement et  anormalement élevé, probablement lié au fait que les virus et bactéries descendent de l'avion à CDG et ouvrent leur siège social près de la place de l'étoile.


 - Mais comme tout cela ne suffit toujours pas ! - Et suite à cette Épidémie , nos chers politiques, monstres d'efficacité, de pragmatisme, toujours soucieux d'économiser les finances publiques, ont créé :


 - 11) le Haut-Commissariat de Lutte contre les Épidémies

- 12) Le Haut Conseil de Veille Sanitaire

- 13) L'Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale .

- 5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? : à Paris, évidemment !

La prochaine fois, on aura peut-être des masques mais il va manquer les gants ! Cool...

La médecine française croule en effet sous "l'administratif centralisé"... géré par des technocrates dits "experts, mais totalement "incompétents !

 Alors, SVP, faites vite votre déclaration d’impôts !... il va falloir payer tout ce petit monde !

Cette allégorie de nos instances dirigeantes est évidemment d'une scandaleuse et malveillante inexactitude puisqu'on parle toujours du char de l'Etat et non de navire de l'Etat.

A moins que n'aient été recrutés des rameurs pour tirer ledit char, ce qui peut en expliquer les performances! Il est donc urgent de réunir:

  • un comité d'audit
  • un comité de pilotage pour guider le comité d'audit
  • un cabinet de conseil pour élaborer la grille d'audit
  • un comité d'experts pour vérifier la certification dudit cabinet
  • un groupe de synthèse indépendant pour mettre en forme les résultats de l'audit
  • enfin un comité d'évaluation, extérieur aux instances ci-dessus, qui ne se réunira jamais puisque le travail ne sera jamais achevé.
  • Et n'oublions pas une armoire pour ranger tous les rapports d'étape qui ne seront jamais lus!

Bien entendu, au préalable on aura eu soin d'élaborer une grille de rémunérations pour tous les membres des comités , sans oublier leurs services administratif et comptable.

Et j'espère qu'ils auront un régime indemnitaire à la hauteur des enjeux.

Un très anonyme ancien haleur du char 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel