Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

133 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 nov. 2022

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

De l'organisation gazeuse...à l'usine à gaz !

Lorsque Churchill énonçait sa célèbre boutade : "La démocratie est le pire des systèmes, à l'exception des autres", il opposait la démocratie... aux dictatures. On peut aussi opposer la démocratie à des schémas de fonctionnement d'une complexité qui défie la raison !

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La “direction” -- qu'il faut bien dire autoproclamée-- de la France Insoumise vient de produire un document interne définissant le fonctionnement de ce mouvement gazeux, dorénavant, et comment il va et doit se renforcer.

En effet, le retrait, même s'il est relatif et pas forcément définitif, de Jean-Luc Mélenchon, qui n'est plus député, crée une situation toute nouvelle. JLM avait désigné un “coordinateur de la FI”. Hélas, il a frappé sa femme, et a dû démissionner. Que faire ? Il eut été un peu culotté que le même JLM désigne son remplaçant (sans aucun doute le fidèle entre les fidèles, Manuel Bompart).

“On” s'est donc lancé dans la rédaction d'un texte dont la lecture exige beaucoup de patience et de concentration, le tout sans garantie d'une compréhension même approximative. Il serait écrit en latin que l'on n'y accéderait pas plus facilement !

Incapable de recopier ici ce texte filandreux (où subsistent nombre de coquilles) dont le style donne l'impression de mâcher des bouts de vieux cuir, je me contente de poster ici les notes que j'ai prises (essentiellement des interrogations) en le lisant. Chacun pourra se procurer cette œuvre (quelques pages) auprès d'un militant FI de ses relations. Si nécessaire je l'enverrai à qui me la demandera (m'écrire dans la messagerie de Mediapart).

On peut aussi écouter ce qu'en dit Catherine Tricot (Regards.fr) sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=xpUBtbCSoFU&t=1868s

Questions et remarques :

Le processus qui aboutit à ce document est totalement opaque. La référence aux AMFIS est très vague. Qui sait ce qu’est la « Coordination des Espaces de la France Insoumise » ?  Que sont, au juste, les «Espaces de la France insoumise» ? Qui a élu (ou désigné ?) cette «coordination» ?

La référence faite au “séminaire de rentrée de l’intergroupe parlementaire (Assemblée Nationale et Parlement européen)” pour valider le texte augmente la confusion : les élus à l’Assemblée nationale, comme au parlement européen, sont, en effet, responsables devant leurs électeurs, non devant le mouvement de la FI.

L’école de formation est prise en charge par “LInstitut la Boétie, fondation de la FI”, Comment a été constituée cette fondation ? Par qui? Quand ? Avec quel argent ?  Sur quel corpus théorique est basé ce projet de formation ?

Qui définit et contrôle le contenu de l’émission hebdomadaire projetée, le fonctionnement et le contenu des différents médias ?

Qui désigne les “intellectuel·les, universitaires, personnalités du monde de l’art et de la culture, militant·es syndicaux·ales ou associatif·ves” qui forment le Parlement (lieu de décision) de l’unité populaire, transformé en AGORA (lieux d’échanges) de l’unité populaire ?

Je lis avec une certaine stupéfaction que les personnes chargées de développer la FI ne sont pas les militants, mais des êtres à part : “les développeurs ” : Les développeurs et développeuses seront formé·es et seront  (mis) à disposition temporairement c’est à dire désignés et envoyés par “le centre” !

Les boucles départementales apparaissent comme une “usine à gaz” très contrôlée : les échanges entre ses membres se font via la messagerie d’Action populaire. L’obligation, pour chaque tâche, (trésorerie, gestion du matériel, contact avec les autres organisations politiques), d’un binôme paritaire, et celle des décisions par consensus ne peuvent avoir pour effet, dans de nombreux cas, que de bloquer le fonctionnement, pour des raisons évidentes.

Concernant le financement, il est question des cotisations des élus. Qu’en est-il des sommes versées par l’État en proportion du nombre d’élus du mouvement ? Qui gère l’ensemble des finances du mouvement ?

En ce qui concerne l’Assemblée Représentative qui se réunira le 10 décembre à Paris, elle s'agit de : «environ 160 personnes : responsables des espaces et des pôles du mouvement (comment sont -ils élus ou désignés ? Au sein de quel collectif ?) Et une personne tirée au sort par département parmi les animatrices et animateurs des groupes d’action».

En quoi cet aréopage de gens qui se sont mutuellement cooptés (hors le "tirage au sort") est-il représentatif ?

En guise de conclusion provisoire

Ce fonctionnement ultra complexe ne comporte qu'un élément clair que la fumée n'est là que pour dissimuler : une verticalité totale, absolue. Un groupe de gens choisis au départ par Jean-Luc Mélenchon tient le mouvement et prend seul toutes les décisions d'une quelconque importance.

La démocratie implique un fonctionnement qui va de bas en haut. Des militants débattent, votent, élisent. Cela aboutit à un manifeste, des statuts, un congrès, une direction. Ici, Manuel Bompart, missionné par Jean-Luc Mélenchon, croit pouvoir bâtir un mouvement de haut en bas. Le résultat est flou, trompeur, et très compliqué.

Je vois mieux que jamais comment les exigences de parité et de consensus relèvent d'une véritable paranoïa. La parité est souvent impossible : il peut y avoir plus de volontaires hommes que de femmes. Que fait-on ? Lorsque les gens discutent, ils ne sont pas nécessairement du même avis. Pas de consensus ! Mais le vote majoritaire est interdit ! Qu'est-ce que c'est que ces règles de secte évangélique ?

Ce qui est tu

Deux absents de ce document : le Parti de Gauche, qui, ce n'est un secret pour personne, sert de colonne vertébrale de la FI, de haut en bas. Et François Ruffin, qui n’apparaît nulle part... Alors que la préoccupation principale de Bompard est de le tenir à l'écart...

Ce n'est pas ainsi que nos idées doivent être défendues, mais avec clarté, franchise et des pratiques démocratiques.

Dissolution de l'AN ?

En cas de dissolution de l'Assemblée Nationale, la FI doit s'attendre à un recul important. Les résultats de juin 2022, même s'ils constituaient un échec, puisque notre candidat n'est pas allé au second tour et que nous n'avons pas obtenu de majorité de députés, étaient remarquablement bons. Si une nouvelle élection avait lieu au printemps prochain, l'effet de l'excellente campagne de Mélenchon sera dissipé. D'autre part, la FI, sur le terrain, sans démocratie, sans un fonctionnement honnête et clair, ne peut pas se construire.

Manuel Bompart conduit le mouvement dans une impasse.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte