Le spectre de la démocratie...

Exclusion dans la FI ? Une lettre outrancière et provocatrice.

 

Des amis, militants de groupes d’action de la FI, on reçu d’une certaine Madame Maigre l’étrange lettre suivante :

Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance de votre invitation à constituer un Collectif des Insoumis Démocrates (CID) les 20 et 21 octobre à Paris. Cette démarche entre en contradiction avec les principes de la France insoumise, adoptée par 96,43 % des votes exprimés lors de la Convention de la France insoumise de Clermont-Ferrand ainsi qu’avec la charte des groupes d’action, adoptée à cette même occasion.

En effet : - Vous avez mis à l’ordre du jour la création de statuts pour l’association « Le CID ». Pourtant, la charte des groupes d’action précise « la création d’une structure associative n’est possible que comme support à une initiative concrète explicitement définie dans ses statuts (mise en place d’un local, collectes de vêtements, organisation de cafés citoyens, etc …). » -

 « Le CID » prétend se doter d’un collectif d’animation, ce qui rentre en contradiction avec la charte des groupes d’action qui indique : « aucun groupe ou rassemblement de groupes ne peut constituer de structures intermédiaires permanentes qui prétendraient s’imposer aux autres groupes ou aux insoumis.es ». - Le quatrième alinéa des principes de la France insoumise rappelle que « Les compétitions internes, les conflits de personnes et les affrontements de courants » n’ont pas leur place au sein de la France insoumise.

Pourtant, vous agissez comme un groupe structuré, se dotant d’instances et communiquant publiquement comme on l’a vu récemment dans la presse. - Vous utilisez, en contradiction avec les règles de la CNIL, un fichier d’adresses mails récupérées frauduleusement sur la plate-forme numérique de la France insoumise. De nombreux insoumis et de nombreuses insoumises nous ont d’ailleurs indiqué recevoir vos informations sans en avoir fait la demande et plusieurs l’ont signalé à la CNIL. A ce sujet, malgré notre avertissement à la fin de l’été 2017, vous avez poursuivi dans votre démarche. –

Alors que les principes de la France insoumise rappelle que « les propos ou les comportements violents, sexistes, racistes, antisémites ou LGBTphobes », vous ne cessez de multiplier les insultes et invectives sur les réseaux sociaux.

Pour toutes ces raisons, nous vous informons que vous avez été retiré de la plate-forme de la France insoumise et donc, par conséquent, que vous ne pouvez plus vous considérer comme membre de notre mouvement.

Cordialement,


Coline Maigre 
 Coordination des groupes d’action

 

Etrange lettre, n’est-ce pas ? Qui a été envoyée et communiquée à la presse par son auteure. Qui est cette dame, pour se mêler d’un débat entre citoyens libres et insoumis ? Qui est-elle pour prétendre : « Vous ne pouvez plus vous considérer comme membre de notre mouvement. » Qui lui a fait croire qu’elle détenait le pouvoir d’exclure des insoumis ?

Qui lui permet d'assimiler l'action de mes amis à des comportements violents, sexistes, racistes, antisémites ou LGBTphobes ? Calomnies extrêmement graves qui méritent une réponse judiciaire.

La France Insoumise, ce sont les 600 000 citoyennes et citoyens qui ont fait la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier n’a pas voulu en faire un mouvement démocratique. Dès lors, aucune autorité n’a, de ce fait même, aucune légitimité, pas plus Madame Maigre que quiconque.

C’est une situation scabreuse et dangereuse.

Pour des raisons constitutionnelles, un mouvement affichant le refus de la démocratie en son sein et dans son fonctionnement se met en marge de la vie politique légale.

Le CID regroupe des militants qui alertent sur cette profonde anomalie. https://lecid.org/

Le CID a fait circuler une pétition très simple sur le même sujet : http://fifor.fr/index.php/2018/01/23/petition-pour-une-democratie-dans-lfi/

Voilà ce que je comprends de ce que m’ont dit les camarades qui ont reçu cette lettre. À mes yeux, ils sont des « lanceurs d’alerte ».

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.