Vive la Lituanie !

Je sais qu'en corrigeant ici Jean-Luc Mélenchon, j'en choque plus d'un. Ce qui choque le plus, si je comprends bien, c'est que je prétende à la fois qu'il s'agit d'un homme à plus d'un égard admirable, qu'il m'est humainement sympathique, que j'admire son courage politique et ses qualités de pédagogue, que je le soutiens politiquement depuis 2010,

que j'ai fait avec ardeur sa campagne présidentielle et que pourtant, je relève des défauts, des lacunes, et des erreurs politiques (voir mon précédent billet). Les gens veulent qu'on adule ou qu'on déteste. Sinon... c'est trop compliqué...

Ce que je souhaite évoquer, parce que c'est important pour la formation des jeunes (oui, je suis un « senior de la politique »), ce sont les bêtises que débite parfois Mélenchon. Naturellement, nous disons tous des bêtises, spécialement dans le feu de l'action, dans un texte non relu, dans une phrase inconsidérément prononcée. Ce qui est tout de même plus gênant, c'est l'ardeur et l'assurance avec laquelle JLM est capable d'asséner des bêtises plus grosses que lui... Peut-il apprendre ? Je ne sais, mais nous, nous pouvons.

Voici l'objet du délit, piqué dans le fameux entretien à N°1 Hebdo paru hier :

Le « peuple européen », qu’est-ce que c’est ? Je ne me sens rien de commun avec les pays baltes. C’est le bout du monde, même les Romains ne sont pas allés là-bas ! La grande matrice de l’Europe, ce sont les frontières de l’Empire romain. En deçà, la nation civique ; au-delà, la nation ethnique. Et quel déni de la réalité concrète ! Il y a un million de Maghrébins qui vivent aujourd’hui en France, dont une majorité sont français ! On a des familles en commun ! Mais on les traite en suspects ! Et on traiterait comme des frères de lointains Lituaniens sous prétexte qu’ils sont chrétiens ! Ce n’est pas mon histoire.

Pour ce qui concerne les maghrébins qui vivent en France et que l'on traite injustement en suspects, nous sommes d'accord ! Mais quel besoin, pour défendre les droits des maghrébins, de rejeter les lituaniens ? De dire du Nord de l'Europe : ce n'est pas mon histoire ?

Mais si, bonhomme, c'est ton histoire, c'est notre histoire. Les romains n'y sont pas allé... Certes, mais ils ne sont pas allé non plus sur les terres de l'actuelle Hongrie, ni en Slovaquie, ni en Allemagne orientale, ni en Pologne, ni au Danemark, ni en Suède, ni en Norvège, ni en Irlande, ni en Ecosse...

Les Grecs y sont allé ! Peut-être. En tous cas, un certain navigateur, Pythéas, marseillais grec, a témoigné avoir vu la mer gelée ! On ne sait pas s'il a approché l'Islande, ou le nord de la Baltique...

La Lituanie s'est formé en grande partie en résistant aux envahisseurs christianisateurs chevaliers porte glaives et teutoniques. Bon, quelques siècles plus tôt, d'autres germains, les Vandales, partaient tout à l'opposé : chez toi ! Là où tu es né, au Maroc (un pays que, soit dit en passant, les romains n'ont fait qu'effleurer, et tardivement). Donc tu dois avoir des cousins lituaniens descendant des mêmes germains, tu vois !

Le Grand Duché de Lituanie, dont tu crois qu'il n'est pas dans notre histoire, s'étendait, au XIIIème siècle, je crois, jusqu'à la Mer Noire ! Vilnus, Kaunas étaient dans le même pays que Kiev ! Cela couvrait l'actuelle Ukraine et bien sûr la Biélorussie. Cette grande nation a protégé l'Europe des invasions mongoles, excuse moi !

Un peu plus tard, il s'est dissous progressivement dans son union avec la Pologne. Les « Deux Nations » comme on disait alors, ont constitué un état brillant, militairement et culturellement, sous la dynastie des Jagelons, grand presque deux fois comme la France, vers le XVème siècle.

Plus au nord, d'ailleurs, je ne te laisserai pas non plus minimiser la petite Lettonie qui fut envahie par les Lituano-polonais, les allemands, les russes et les suédois.

Au fait, les suédois ? Font-ils partie de ton monde ? Sais-tu, au moins, qu'ils ont fait la guerre en Franche Comté, et occupé Besançon, les suédois ! Mais c'était avant que tu y grandisses... Vers 1620, durant la « guerre de dix ans ».

C'est bien notre monde ! Dès le onzième siècle les cités portuaires qui vont former la ligue hanséatique, de Bruges à Novgorod en passant par Hambourg et Riga vont dominer le commerce européen et faire de plus en plus peser socialement et politiquement une classe que nous sommes censés connaître : la classe des marchants, la classe bourgeoise, alors naissante et conquérante...

Mais assez sur ce sujet... L'histoire de l'Europe est ainsi faite qu'il n'est pas possible de citer deux lieux du continent sans découvrir qu'ils ont été reliés par les hommes, les soldats, les marchants, les artistes.

Ne les oublions pas, les artistes. La Lituanie c'est encore et aussi une grande partie (avec la Biélorussie) du Yddishland c'est à dire un foyer juif séculaire de souffrances, de réalisations et de culture, pleinement, la encore, intégré à l'histoire de l'Europe.  Quelques « baltes », juifs ou non juifs, dans la littérature : Roman Kacew (alias Romain Gary, né à Vilnius), le cinéma : Eiseinstein (Riga), la peinture : Chagall (Vitbesk), la musique : César Cui (Vilnius), Arvo Pärt (Talinn), la sculpture : Chaim Lipchitz (près de Vilnius) et des centaines d'autres...

Au fait, Lénine avait choisi, pour sa garde rapprochée, des lettons. Il jugeait que contrairement aux russes, les lettons sont capables de rester sobres...

Peuple civique, peuple ethnique ! Qu'et-ce que c'est que cette histoire (avec et sans majuscule) ? Qu'as-tu voulu dire ?

Si nous avons des problèmes avec l'UE, ce n'est pas la faute des pays baltes, c'est la faute du capitalisme de notre époque, affolé de profit et de corruption. Je précise en passant qu'au sujet de l'UE je suis pleinement convaincu par tes positions, ta stratégie que je partage depuis 2012, telle qu'elle est rédigée dans notre programme LAEC.

En ce qui me concerne, et dans la tradition socialiste (un beau livre de Trotsky traite de la question), je suis favorable aux Etats Unis Socialistes d'Europe, et je sais que tous les pays, tous les peuples ont du talent, qu'ils ajoutent à la valeur de l'espèce humaine.

Bon, si un commentateur note que ma famille paternelle est venue de Dvinsk (aujourd'hui Daugavpils) et que cette circonstance n'est pas pour rien dans ma plaidoirie, il n'aura pas complètement tort. Mais je le jure, si un allemand ou un danois m'explique que le sud de l'Europe est « ethnique » et qu'il veut l'opposer au nord, je m'indignerai de même...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.