Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mars 2018

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Planches pourries de la gauche, unissez-vous !

Macron dit-on, a été mal élu, en ce sens que bien des électeurs, n'étant pas enthousiasmés par son projet (la plupart n'y avaient rien compris), ont tout de même voté pour lui dès le premier tour, au motif qu'il fallait "le mettre en position de battre Marine Le Pen" ! C'est vrai ! Mais ...

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mélenchon aussi a été "mal élu", enfin, "mal battu". Je veux dire que sa brillante (et frustrante) quatrième place, dans le fameux "mouchoir de poche" avec les trois autres, il l'a due à un phénomène analogue. Hamon espérait siphonner ses voix ... et c'est le contraire qui s'est produit.

Bien des gens se sont dit : "Je n'aime pas trop Mélenchon, trop perso, trop bruyant, trop radical, Hamon est plus cool, mais ce sont là, relativement, des détails. Si vraiment il y a une chance d'avoir un homme de gauche au second tour, et que cet homme, c'est Mélenchon, je vote pour lui".

D'ailleurs, enfin, c'est un détail, mais moi j'ai fait un raisonnement analogue, de l'autre côté. Quand Mélenchon s'est déclaré keynésien, j'aurais pu calmer mon ardeur : foutre que je ne suis pas keynésien ! La théorie de Keynes, non seulement a pour but de sauver le régime capitaliste, mais encore, dans la présente période, comme elle vise à relancer la croissance (en stimulant la consommation et l'investissement), elle est absolument contraire à l'éco-socialisme. J'aurais pu me retirer dans ma grotte et m'abstenir. Mais j'ai pensé : tout de même, s'il va au second tour, ce sera intéressant. Et s'il gagne, cela ouvrira des possibilités de progrès, quoi qu'il en soit.

Les sept millions de voix rassemblées sur le nom Mélenchon sont ... rassemblées. C'est tellement vrai qu'aux législatives qui ont suivi ... elles se sont dés-assemblées. On est passé d'environ 20% à environ 12% (pardon pour les décimales).

On peut donc faire l'hypothèse, au doigt levé, que dans ces sept millions, il y avait quatre millions de gens vraiment conquis par Méluche et nobody else, un million de gens plus à gauche que lui et deux millions plus à droite.

Ne me dites pas que "plus à gauche" ou "plus à droite", vous n'êtes pas certain que cela soit très significatif, je le sais, comme tout le monde. Par exemple, faut-il mettre le PCF à droite, ou à gauche de JLM ? La majorité des militants sont plus à gauche, mais les cadres dirigeants sont plus à droite (c'est seulement mon avis)...

Voilà pourquoi, aujourd'hui que le gouvernement (qui, lui, rassemble toutes les forces de l'oligarchie), est en route pour ramener le mouvement social au XIXème siècle, en écrasant toutes les conquêtes du XXème, ceci dans une conjoncture mondiale qui fait peser sur l'humanité les pires dangers (guerre comprise), voilà pourquoi je pense que les "gens de gauche" devraient saisir toutes les occasions de manifester une résistance unie.

Et à nouveau, ne me dites pas qu'une expression comme "les gens de gauche", vous donne la nausée. Qu'est-ce que vous croyez ? Moi aussi.

Alors bien sûr, formellement, je suis encore, dans la continuité de mes engagements depuis 2008, militant de la France Insoumise. Et je n'ignore pas que c'est justement la FI qui regarde avec mépris l'éventualité d'un front uni affiché contre Macron (dans la rue, et dans les urnes).

Quoi ? Former un front uni avec Hamon, pour qui le cadre de l'UE reste aussi sacré que la Loi et les prophètes ? Avec les dirigeants du PCF aussi loyaux que des serpents à sonnettes (MG Buffet était loyale, mais elle a été mise de côté), avec les donneurs de leçons du NPA ?

Oui, je suis favorable à cette union là. Ma raison ? C'est que la FI ne vaut pas mieux. Sur le fond, "on" s'obstine dans l'impasse théorique d'un "populisme" prétendu keynésien. Sur la forme, on a déjà à moitié liquidé la force militante de la FI, par le refus obtus de la démocratie. 

Alors cette union, comment peut-elle prendre forme ? Il y a des initiatives, des "Comités de Résistance et de Reconquête" dans lesquels on trouve des communistes, des trotskistes, des militants FI, ainsi que des responsables syndicaux de Sud, de la CGT, et de la CGT-FO.

Les syndicats ! Actuellement, les dirigeants sont disposés à faire passer les réformes du gouvernement. Vous ne me croyez pas ? Observez ce qui se passe. Pour la grève du 22 mars, ils ont eu LE CULOT de repousser toute présence politique dans les cortèges ! Toute "récupération" ! Comme si la destruction du statut des cheminots, la privatisation de la SNCF, la misère des EPHAD et des hôpitaux, la destruction du statut de la fonction publique, l'étranglement financier des chômeurs, la sélection à l'entrée des universités, comme si ... il n'y avait rien de politique dans tout cela !

Demandez-vous quel est niveau de vie des dirigeants syndicaux retraités ... Demandez-vous pourquoi "on" n'a jamais éclairci le mystère de la "caisse noire de l'UIMM".

L'unité des mouvements politique "de gauche" aurait ceci de positif qu'elle aurait les moyens, les moyens politiques, de briser le mur élevé par les syndicats, lequel mur est bien sûr la principale cause de l'abstention. "On méprise les politiciens". Ah bon ! ? Et les dirigeants syndicaux, c'est mieux ?

Oui, je prend au sérieux le titre de ce billet. Ce n'est pas parce que je crois l'un de ces mouvements "meilleur" que les autres que je demande qu'ils s'unissent. Au contraire. Il tirent leur existence du minimum de confiance que leur accordent des millions de citoyens. C'est en pensant à ceux-là que j'en appelle à l'unité. Les postures de division n'ont aucune justification.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho