Cinquième jour de manifestations au Liban

Le pays du Cèdre, qu'on appelait jadis "La Suisse du Moyen-Orient", est aujourd'hui en révolution. Presque deux millions de libanais étaient dans la rue hier, sur une population de six millions. Le texte ci-dessous me provient par : https://assawra.blogspot.com/2019/10/manifestations-au-liban-les-routes.html

Alors qu'une cinquième journée consécutive de manifestations se prépare au Liban, de nombreux axes routiers restent fermés lundi. Les appels à la grève générale se sont multipliés depuis hier soir et les barrages sont très nombreux, dans toutes les régions du pays.
A Beyrouth, un barrage a été installé au carrefour de Saïfi, des tentes bloquent la circulation sur la place Sassine, et le rond-point de Cola est fermé. 
Au sud de la capitale, l'autoroute de l'aéroport est fermée dans les deux sens, tout comme les entrées des localités de Khaldé, Doha Aramoun, Bchémoun et Choueifate. L'autoroute menant vers le Sud est bloquée également au niveau de Jiyeh et Naamé.
Dans la région de Aley, les routes de Sofar, Roueissat Sofar, Bhamdoun et le rond-point de Aley sont fermés.
Au Liban-Sud, la plupart des routes principales et secondaires de Saïda sont bloquées, comme la route menant de Hasbaya à Marjeyoun. Des barrages ont été installés sur les routes menant à Kfar Tebnine, Nabatiyé, Najjariyé, Kfar Remmane et Ghaziyé.
Dans le Metn, la voie express, le rond-point de Mkallès-Sin el-Fil, le boulevard de Sin el-Fil et l'autoroute, au niveau de Nahr el-Mott, sont fermés à la circulation. Le carrefour dit "Chevrolet" est bloqué, tout comme la route passant au niveau de Jisr el-Wati.  L'autoroute de Dbayé est fermée à la circulation. 
Dans le Kesrouan, la route maritime est fermée au niveau de Jounieh et l'autoroute au niveau de Zouk Mosbeh, Okaïbé, Bouar, Jbeil. Les routes menant à Jeita et Achkout sont bloquées.
Au Liban-Nord, les routes de Zghorta - Koura, Miryata, Denniyé, Kfar Habbous, Enfé, Chekka et Batroun sont bloquées. A Tripoli, l'accès en voiture est interdit à Beddaoui, sur la place al-Nour.
Dans la Békaa, les routes de Jebli, el-Aïn, Laboué et Zeytoun sont fermées.

 

a22.jpg

 

Une armée de volontaires nettoie le centre-ville de Beyrouth Une armée de volontaires est descendue lundi aux petites heures du matin dans les rues du centre-ville de Beyrouth pour les nettoyer des déchets abandonnés par les dizaines de milliers de manifestants présents la veille pour protester contre la crise socio-économique et le pouvoir politique. Tous les déchets sont triés par les dizaines de volontaires présents.
Cette initiative a été lancée par plusieurs groupes de la société civile, qui ont décidé de s'unir pour "nettoyer les rues avant de les revendiquer", selon les publications partagées la veille sur les réseaux sociaux.
Présent sur place, un volontaire prenant la parole au micro de la chaîne de télévision locale LBC a annoncé que des sacs poubelles avaient été installés dans de nombreux endroits, invitant les manifestants à y jeter leurs déchets tout au long de la journée. 
Depuis le début des manifestations, la société civile s'est organisée de manière spontanée pour assurer la propreté des places du centre-ville avant qu'elles ne soient envahies par les protestataires et pour installer des tentes où ces derniers peuvent recevoir, en cas de nécessité, les premiers soins.

 

Conseil des ministres à Baabda

Le gouvernement libanais, qui fait face depuis jeudi soir à la colère de la population et aux appels à la démission, se réunira lundi à 10h30 au palais de Baabda pour une réunion cruciale. Peu avant cette réunion, l'armée a fermé toutes les routes et accès au palais présidentiel.
Pour la cinquième journée consécutive, les Libanais commençaient déjà à descendre dans la rue dans tout le pays. Face à cette mobilisation, qui s'oppose à la corruption au sein de la classe politique et à la crise socio-économique, le Premier ministre Saad Hariri avait donné jusqu'à aujourd'hui à sa coalition gouvernementale pour trouver une solution à la crise, faute de quoi il "agirait différemment", en référence à une éventuelle démission de son cabinet. Depuis, il a mené de nombreuses concertations avec les responsables afin de préparer une "feuille de route" de réformes, qui a été approuvée par toutes les parties, à l'exception des Forces libanaises qui ont annoncé samedi la démission de leurs ministres.

Le secrétariat général du Conseil des ministres a effectivement reçu la lettre officielle de démission du vice-président du Conseil Ghassan Hasbani et des ministres du Travail Camille Abousleimane, des Affaires sociales Richard Kouyoumjian, et de la ministre d’État pour la Réforme administrative May Chidiac.

L'Ordre des infirmiers et infirmières appelle à faciliter la circulation du personnel médical 
L'Ordre des infirmiers et infirmières du Liban a appelé lundi les manifestants, rassemblés pour la cinquième journée consécutive dans tout le pays, à laisser passer les professionnels de santé se rendant dans les hôpitaux, centres de premiers soins et dispensaires.
Dans un communiqué l'Ordre demande aux contestataires de "cesser d'empêcher la circulation du personnel médical dans toutes les régions", ce qui aura "des conséquences sur la situation sanitaire du pays".
Lundi matin, les barrages de fortune se sont multipliés sur la majorité des grands axes routiers du Liban, afin d'empêcher les Libanais d'aller travailler et de les motiver à se mobiliser.


Aoun appelle à lever le secret bancaire de tous les ministres, anciens et actuels
Le chef de l’État libanais Michel Aoun a estimé que les accusations de corruption lancées par les manifestants depuis cinq jours, à l'égard de tous les responsables politiques sans exception, est "une grande injustice", appelant à lever le secret bancaire sur les comptes de tous les ministres, actuels ou anciens. 
"Ce qu'il se passe dans la rue est l'expression des souffrances du peuple, mais généraliser la corruption à tous les responsables est une grande injustice", a écrit Michel Aoun, sur le compte Twitter de la présidence. "C'est pour cette raison qu'il faut au moins que nous commencions à lever le secret bancaire sur les comptes de toutes les ministres, actuels ou précédents". 

Contribution pour un changement :

https://www.youtube.com/watch?v=tc-z84clWNE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.