Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 juil. 2022

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Assez de rodomontades !

Sommes-nous de retour à l'automne 2017 ?

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon l'AFP,

PARIS, 21 juil 2022 (AFP) - Jean-Luc Mélenchon, qui prévoit une "grande marche contre la vie chère" à la rentrée, possiblement en octobre, veut en faire l'occasion pour la Nupes de "rassembler un front social uni dans l'action", qu'il souhaite voir durer "pour peser plus lourd encore que les gilets jaunes", explique-t-il jeudi dans son blog.

Après le second tour des élections législatives, au terme desquelles la NUPES a obtenu 151 députés, soit plus que le Rassemblement National (89) mais moins que le parti de Macron, Renaissance (163), et que sa coalition (240), notre Jean-Luc Mélenchon s'est répandu en propos hasardeux.

Tout d'abord, il a présenté cette défaite ... comme une victoire. Ce n'en est pas une. Certes, son mouvement, la France Insoumise, est passé de 17 députés à 75, remarquable progression. C'est un succès. Le parti du président n'a pas la majorité absolue, situation remarquable. Mais il est politiquement proche de la droite classique : l'a-t-on assez répété ? Macron est le président des riches, son agenda est celui de la droite libérale et de l'Union Européenne. Et la droite classique, avec ses 62 députés, lui donnera la majorité absolue chaque fois que ce sera nécessaire.

Le RN est dans une situation plus difficile : il doit prouver aux grands oligarques du monde des affaires son "sérieux" mais s'efforce de garder son atout : un certain écho dans les masses populaires, par le moyen fragile d'une démagogie xénophobe, voire raciste. Le RN apportera son soutien au gouvernement--un soutien à vrai dire superflu-- quand il le jugera bon.

Nous avons donc perdu les batailles des élections. Perdu la présidentielle : l'unité, longtemps déclarée impossible par Mélenchon, est venue trop tard. Et perdu les législatives pour la même raison.

Notre grand tribun s'est alors précipité : "que la NUPES constitue un seul groupe !" Hier il ridiculisait les partisans de l'union "on est en désaccord sur tout ... mais c'est pas grave...". Aujourd'hui, il veut une complète fusion. Bien sûr, sans en parler à ses partenaires.

Qui lui opposent des refus secs. La NUPES ne sera pas un groupe unique.

Puis il décide tout seul que la NUPES présentera une motion de censure. Ses partenaires (oui, ils existent) suggèrent que l'on en discute ! Finalement, cela sera une motion "de défiance" sur la suggestion du PS.

Entendons-nous bien : je ne dis pas que "motion de défiance" est mieux que "motion de censure", ou moins bien. Je dis que s'il y a union, il doit y avoir discussion préalable et discrète entre alliés !

Là-dessus Mélenchon repart, non comme en 14, mais comme en (20)17 : grande marche manifestation, contre la vie chère. On sait ce qu'il en advint à l'époque : flop ! Rien.

En 2022, il se fait aussitôt renvoyer dans les cordes par Philippe Martinez qui, le 11 juillet, lui déclare que les syndicats existent et qu'il faut en tenir compte, voire peut-être se parler, au préalable et discrètement...

Comme en 2017, Mélenchon se voit en leader incontesté de la classe ouvrière. En réalité, pas du tout.

Et maintenant, selon l'AFP, il nous annonce qu'il va faire mieux que les Gilets Jaunes...

Dans le même billet de blog il explique que le parlement étant bloqué, nous allons vers de nouvelles élections législatives. Je ne le pense pas le moins du monde. Le parlement n'est pas bloqué : l'alliance macronienne avec le Modem et Horizons, plus LR fait une bonne et solide majorité de droite. Rien ne laisse présager de nouvelles élections.

Tout le monde sait --en tous les cas moi je sais-- que Mélenchon est sincèrement du côté du peuple travailleur et qu'il croit œuvrer en sa faveur.

Mais en réalité, son activité brouillonne et toujours exclusivement personnelle dessert la cause des travailleurs.

Nous avons besoin de gens qui savent discuter, débattre, nous avons besoin de concertation entre alliés, de respect mutuel, nous avons besoin de démocratie. Tant que la FI fonctionnera comme une secte évangélique, elle ne s'approchera pas d'une victoire réelle : son accès aux affaires, qui est pourtant une urgente nécessité sociale, écologique et démocratique.

Seule une FI démocratique, avec des adhésions des statuts, des débats, des votes, des élections de responsables à tous les niveaux, peut rassembler des centaines de milliers de citoyens et s'implanter en profondeur dans la population.

Assez de rodomontades, démocratie !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda