Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 sept. 2022

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Lettre de socialistes russes

Il existe en Russie un mouvement socialiste organisé, malgré la répression.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette lettre a été adressée à Jean-Luc Mélenchon, qui la publie et invite chacun à la faire circuler.

« Jean-Luc,

Aujourd’hui la « mobilisation » a été déclarée en Russie. Cela s’était produit deux fois dans l’histoire : en 1914 et en 1941. Ne serait-ce que le contexte dans lequel ces deux dernières « mobilisations » ont été déclarées, nous invite à prendre les choses au sérieux. En surenchérissant, l’administration poutinienne place et notre pays et le monde entier au bord d’une guerre mondiale.

Nous voyons que la guerre prend les traits d’une guerre totale non seulement ici, mais aussi en Occident. Les hommes politiques parlent de plus en plus souvent de la nécessité d’écraser la Russie, et pas uniquement Poutine. Le danger c’est que cela permet au régime du Kremlin de maintenir son pouvoir sur un peuple effrayé et névrosé. Alors que tout cela n’est que mensonge.

Des millions de Russes ne portent pas la responsabilité de l’aventure criminelle dans laquelle les dirigeants ont entraîné notre pays. La « mobilisation » est extrêmement impopulaire. Malgré l’atmosphère de répression et de terreur qui sévit, des dizaines de milliers de personnes sont sorties manifester dans la rue. On sait déjà qu’il y a eu plus de 1300 arrestations. Mais ces chiffres ne reflètent pas l’ampleur du mécontentement. Des millions de personnes sont terrorisées à l’idée de devenir la chair à canon d’une boucherie impérialiste. Ces personnes ne sont pas organisées. Elles n’ont pas leur propre voix. Elles vivent dans la terreur des informations et des répressions parfaitement réelles. Et pourtant très vite les choses vont devenir claires : les gens violemment envoyés dans les casernes ne vont pas se laisser faire par les milliardaires qui les poussent dans les tranchées.

Mais pour que la peur se transforme en colère et en détermination, nous avons besoin de soutien et de solidarité.

Nous vous demandons de déclarer clairement et expressément que cette guerre ne peut pas être une guerre contre le peuple russe. Dans tous les cas elle ne doit pas l’être. Et que, si le peuple russe se soulève contre cette dictature, ce n’est pas pour se retrouver dans un pays détruit, occupé, découpé, avec une marionnette au pouvoir mise en place par une coalition occidentale. Et que les simples citoyens de notre pays ont des amis en Occident, qui voient en eux des camarades, des partenaires et non des ennemis.

Ce seraient des mots très importants. Mais il y a peu de déclarations qui ne s’accompagnent d’autre chose. Nous tous, et ici en Russie et là-bas en Occident, avons besoin d’un programme clair pour sortir de l’impasse dans laquelle nous a conduits le monde d’inégalité et de dictature mis en place par des oligarques éloignés des peuples. Reconnaissons-le, le problème en Russie ne concerne pas que Vladimir Poutine. Son régime est le simple résultat d’une expérimentation néolibérale, où le pouvoir d’une poignée de millionnaires a été imposé à un pays immense. Et ce n’est pas un problème local, qui ne concernerait qu’un seul pays pris séparément. Le poison vient des différents blocs politiques qui obligent des peuples entiers à choisir des « maîtres » parmi des prédateurs impérialistes. Cela constitue le nœud du problème de tout le monde néolibéral. Et on ne peut pas résoudre ce problème par de vieilles méthodes. Il faut proférer à la face des peuples de nouveaux buts et de nouveaux enjeux.

Le plus important : ce qu’il faut ce n’est pas une victoire militaire sur la Russie, mais une autre Russie. La clique de Vladimir Poutine doit être chassée. Seuls les Russes eux-mêmes peuvent y arriver. Mais pour ce faire, ils ont besoin d’aide. Le renversement de Poutine ne doit pas signifier que l’OTAN encercle la Russie et lui dicte sa volonté. Pour que la Russie cesse d’être une dictature qui menace le monde entier, elle doit se transformer en même temps que le monde lui-même.

Vladimir Poutine n’est que le pantin d’une Bête énorme qui a pour nom la classe dirigeante. Cent mille familles pour le luxe et les privilèges desquelles la dictature a été installée et la guerre a été déclarée, continuent de se sentir en sécurité. Elles possèdent des actifs de plusieurs milliards de dollars y compris dans des comptes occidentaux. Elles doivent être immédiatement expropriées et ce y compris pour le redressement de l’Ukraine. Cela nécessite de renoncer au fétichisme de la propriété privée, ce qui fait peur aux élites occidentales, qui sont liées à l’oligarchie russe par mille liens. L’Ukraine aujourd’hui a réellement besoin d’aide. Mais ce qui cimente cette aide ne peut pas être un régime nationaliste. Cette aide doit être une aide au peuple, et pas seulement aux dirigeants. La condition de cette aide est l’arrêt des politiques répressives et une démocratisation profonde du pays : une démocratisation économique, sociale et culturelle.

Dernier point. En Russie il y a dès maintenant des millions de militants opposés à la guerre. Et il va y en avoir encore plus. Ces opposants doivent devenir membres d’une coalition globale contre la guerre. La coalition des vainqueurs. Mais aujourd’hui cette coalition n’existe pas. A la place il y a différentes coalitions d‘élites dirigeantes. Notre but commun est de créer ce front des peuples contre la guerre. Un front qui enfin proposera un programme de paix.

Nous vous demandons de prendre la responsabilité de cette initiative et de porter ces idées.

Nous vous demandons de devenir notre voix commune dans les ténèbres et le silence. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac