Pour "Le Présent en Commun".

ll faut "désincarner la FI"

Beaucoup l'ont déjà compris : Mélenchon va dans le mur, et malheureusement, nous aussi. Nous, c'est à dire le mouvement né à la fin du mois de janvier 2016. L'extrême concentration du pouvoir politique des insoumis sur un seul homme a déjà produit des effets catastrophiques.

Dernière anecdote : la semaine dernière Macron a tendu un piège à Mélenchon, en suscitant, directement ou indirectement, une vague de perquisitions très peu motivées, et Mélenchon s'est rué dans le piège, Il a laissé libre cours à son penchant pour la réaction démesurée, la panique, la rage, les imprécations. Le piège était là, nul part ailleurs. Et ça ne pouvait pas rater.

Il yn a fort à parier que ni JLM, ni Chikirou, ni personne ne sera condamné pour surfacturation, ou détournement. Parce qu'il n'y en a pas, au sens capitaliste de ces mots. Mais Mélenchon sera peut-être condamné pour injures. Et son comportement à écœuré nombre de ses partisans. Il parait qu'il a perdu 7 points dans les sondages. Vrai ou faux, ce n'est pas très grave : les gens vont oublier. Seulement, il va recommencer, c'est complètement inévitable : il ne peut pas s'en empêcher. Et une partie des citoyens n’oublieront pas : il est hors de question de donner le pouvoir à un tel caractériel.

Avec Mélenchon, nous allons dans le mur. Mais sans Mélenchon ? Aussi. Par émiettement. Une forte personnalité, une forte stature (Mélenchon est âgé, il a été ministre, il a une grande expérience) présente un avantage : elle soumet les innombrables egos "secondaires", les agglutine, les réduit à l'obéissance. Si la statue est renversée, ou même seulement ramenée à des dimensions plus modestes, chaque "petit chef", je ne cite pas de noms, tout le monde peut le faire, emmènera ses partisans de son côté. Tout effort unitaire aboutira à davantage de division.

C'est le triste destin des scissionnistes : ils continuent de scissionner ! Les Protestants, après s'être séparés du Pape, se sont émmiétés e, calvinistes, luthériens, anglicans, quakers, adventistes, témoins...Les partisans de Trotski, qui se sont séparés du communiste "stalinien", se sont divisés en chapelles. Rien de moral là-dedans : les protestants avaient de bonnes raisons, et les trotskistes aussi ! C'est un problème de nature gravitationnelle. Un vaste ensemble de petits corps s'agglutine. Un plus petit, non.

Comment faire ? Un sauvetage du mouvement que Mélenchon a grandement contribué à faire naitre et qu'aujourd'hui il détruit, un tel sauvetage est-il possible ?

Probablement, non. Mais comme il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, il faut essayer tout de même. Alors comment ? D'une part, l'émiettement a commencé. Chaque jour, j'apprend que tel ou tel prend ses distances. Quelques fois il s'agit d'une personnalité, d'autres fois d'un militant, d'un animateur de groupe d'action.

En haut, trois personnes décident de tout : Mélenchon, Chikirou, Bompart. Mais quand je dis trois, c'est formel. Mélenchon décide de tout. Bompart est certainement un homme sympathique mais personne n'a jamais entendu le son de sa voix à lui : il récite. Il ne peut même pas formuler la pensée du maître avec ses propres mots : vraiment, il récite. Pour Chikirou, il est possible que ce soit différent. Je la crois capable d'avoir ses propres idées et de les imposer. Mais cela ne me rassure pas.

Il faut souhaiter que les militants, ou les personnalités qui s'éloignent soient conscientes de la nécessité, au moins, de se mettre en réseau, ce qui signifie modérer les ambitions personnelles à courte vue. Il nous faut du COLLECTIF, il nous faut de la TRANSPARENCE, et il nous faut de la DEMOCRATIE, au premier chef pour les militants. Pour dire le vrai, ce processus de mise en réseau a déjà commencé. Il va se poursuivre. On peut faire toute confiance à Jean-Luc pour nous aider à sa manière, la prochaine fois qu'il perdra les pédales.

Nous pouvons au moins rester rassemblés sur ce que nous avons fait de mieux : le programme l'Avenir en Commun.

Le seul apport que nous mettons en avant : c'est la nécessité d'un Présent en Commun.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.