Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

119 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2017

On ne se cache pas derrière son petit doigt !

Contre Le Pen, et contre Macron, je compte m'abstenir le 7 mai. Comme beaucoup d'autres, j'ai expliqué ce qui me conduit à cette conclusion. Mais à la réflexion, je vois une faiblesse dans ce raisonnement, du moins tel qu'il est le plus souvent présenté, quand nous disons : « De toutes façons, Le Pen ne sera pas élue ».

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet argument me renvoie à la discussion sur les « Primaires ». On nous disait que Mélenchon devait y participer. Nous répondions que c'était impossible, parce que nous ne saurions promettre de soutenir le vainqueur ni croire que les participants nous soutiendraient si nous gagnions. Nos contradicteurs disaient alors : « Mais Mélenchon va gagner (ou peut gagner) ! ».

Cela ne nous convainquait pas, parce qu'un choix de principe ne peut être basé sur un pronostic.

C'est vrai aussi pour le second tour de cette présidentielle.

Je dois donc dire : les deux candidats, Macron et Le Pen, peuvent être élus, et dans les deux cas, je serai dans l'opposition. Comme je suis totalement opposé, pour des raisons différentes, à ce qu'annonce l'une et à ce qu'annonce l'autre, je ne voterai ni pour l'un, ni pour l'autre.

C'est une position toute naturelle, simple, logique et honnête. Mais on m'objecte : « Pardon ! Je préfère être dans l'opposition de Macron que dans cette de Le Pen ».

Ce n'est pas, à me yeux, un argument aussi fort qu'il y paraît.

Des commentateurs nous parlent de tanks broyant les os, d'autres de muselage de la presse, d'emploi de l'armée, de mise en prison, de camps. Nous aurions eu (nous avions déjà) des fadaises du même type si Mélenchon avait été au second tour : la France serait Cuba, Staline serait au pouvoir, ou plutôt Poutine, le collectivisme, la ruine, le goulag etc.

En réalité, oui, si Le Pen est élue, un grand danger pèsera sur la démocratie. Avec des millions de citoyens nous combattrons pour la défendre. Ce sera difficile, il faudra, par dessus tout, éviter les désordres et les violences inutiles qui ne seront bons qu'à donner des prétextes à la réaction.

Les révolutionnaires du NPA (par exemple) nous répétaient qu'une révolution sociale n'arrive pas par les urnes. Il en est de même de la réaction la plus noire. Une élection ne suffit pas. Avant que Hitler ne soit élu chancelier, les troupes des SA parcouraient les rues des grandes villes et brisaient les vitrines des commerçants juifs, mais aussi des permanences syndicales et des partis de gauche. Durant ces années le mouvement populaire a été brisé.

Les classes travailleuses en France ne sont pas brisées. On peut observer dans la rue (mouvement contre la loi El Khomry) comme dans les urnes (succès de Mélenchon au premier tour dans les villes et les quartiers populaires) qu'elles sont au contraire sur une courbe ascendante.

Ce qu'il faut ajouter, c'est que si Macron est élu, la démocratie sera certainement et immédiatement en danger également.

Macron, c'est l'UE, c'est l'Otan, c'est le Medef, de manière encore plus crue que ce n'était le cas avec Hollande. Nous avons crié dans les rues quand Hollande a voulu la déchéance de nationalité, et quand Valls a utilisé le 49-3.

Macron, lui, annonce qu'il va commencer par les ordonnances, c'est à dire un degré de plus dans le déni de démocratie.

Le mouvement contre la loi travail El Khomry a été long et dur. Croit-on que les classes laborieuses vont laisser appliquer le programme du Medef sans réagir ? Croit-on que le « Petit morveux de Rotschild » (comme certains l'appellent déjà) va se déballonner sans rien tenter ?

Que Le Pen soit élue, ou Macron, dans les deux cas, ce sera le chaos social et politique dans ce pays. Je risque une prédiction : avant la fin de son mandat, l'élu(e) fera appel à l'article 16.

Partant de ces réflexions, que dois-je voter ? Cela n'importe pas tellement, car la question « et si tout le monde fait comme toi ? » n'a pas de sens. Je ne suis pas « tout le monde ». La bonne question c'est : « Est-ce que Mélenchon aurait dû (ou devrait) donner une consigne ?». Parce que là, on peut avoir, dans une certaine mesure, un effet collectif.

Je pense qu'il ne doit pas donner de consigne, car, au regard de ce qui vient, de ce qui se passera si Macron est élu, nous ne devons avoir aucune responsabilité, fut-elle enveloppée d'un suaire nommé « front républicain ».

Ceux qui nous appellent au vote Macron sont d'abord ceux qui ont voté Macron au premier tour. Et quelques autres. Les électeurs les plus lucides de Hamon savaient qu'en ne votant pas Mélenchon, ils travaillaient à envoyer Macron au second tour et savaient qu'ils voteraient pour lui. Les électeurs de Fillon peuvent, comme nombre de leurs dirigeants, comme Estrosi, rejoindre Macron sans souçi... entre ultra réactionnaires.

Pour nous, c'est différent. Nous avons créé, pour la première fois dans l'histoire de France, un mouvement progressiste intelligent, inventif, déterminé, qui a pénétré les quartiers populaires et les grandes villes. Il est hors de questions que nous trahissions ces gens en leur demandant de voter pour un de leurs pires ennemis (l'autre étant Le Pen).

C'est nous qui, de toutes façons, défendrons les conquêtes sociales et la démocratie quoi qu'il arrive.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat