Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 janv. 2018

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Premières réactions

Écoeuré par trente ans de vie "démocratique" au Parti Socialiste, et par ce qu'il a vu et subi en matière de promesses, de ruses, de trahisons, Jean-Luc Mélenchon jette le bébé avec l'eau du bain. Il ne veut pas entendre parler de vie militante démocratique. Ce faisant, il condamne son mouvement. Mais des réactions se font jour.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La démocratie est-elle un luxe inutile, voire dangereux ? On peut le croire, à écouter JLM  : "le but de la FI n'est pas d'être démocratique, mais collectif". Concrètement, cela veut dire que les militants n'éliront pas les responsables, ne définiront pas leurs règles internes et ne décideront pas des orientations.

Pourtant, on trouvera dans les écrits de Mélenchon cent fois l'opinion contraire. Par exemple dans son livre "De la Vertu" (page 8). Ou dans le programme l'avenir en commun (justification de la constituante). Sauf dans son mouvement, Mélenchon est démocrate. Pas dans son mouvement, parce que, que l'on discute de ce qu'il fait, ça l'énerve...

Les conséquences de ces dispositions sont évidentes : déresponsabilisés, les meilleurs militants rentrent chez eux. Les effectifs des groupes d'appui (devenus groupes d'action) ont fondu. Des militants de la FI sont encore sur le terrain, par exemple contre des suppressions d'emplois aidés ou contre la fermeture d'une gare, ils n'ont pas cessé le travail citoyen, associatif qu'ils accomplissaient déjà bien avant la FI.

La FI ne fait pas campagne, sur rien. La "convention" (sic : sans délégués, seulement des citoyens tirés au sort !) a décidé trois campagnes : contre la pauvreté, contre le nucléaire et contre l'évasion fiscale... Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Les militants font campagne contre la pauvreté ? Comment ? En se portant bénévoles aux restos du cœur ? Ou en défilant avec des pancartes : "à bas la pauvreté" ? 

Et contre le nucléaire, qu'est-ce qu'on fait ? On se rassemble devant les centrales ? On se met de la pommade phosphorescente ?

Pour l'évasion fiscale ? On candidate pour des emplois de percepteurs ?

En revanche, la FI est restée silencieuse devant la proclamation de Jérusalem capitale d’Israël, et la venue concomitante de Nettanyahou à Paris ! Des militants ont manifesté, pas la FI !

La FI n'a rien eu à dire sur les grèves des surveillants de prison !

On m'annonce que la FI soutient le mouvement des Ephad (les maisons de retraites), mais je ne vois rien. 

La FI n'a rien eu à dire concernant les mouvements de pêcheurs contre la pêche qui racle les fonds ! ETC, ETC, ETC.

La FI est devenue un club de supporters.

Une amis me dit : "C'est normal que les effectifs fondent, il n'y a pas d'élections". Juste ! Entre deux matchs, les supporters rentrent chez eux.

C'est le contraire d'un mouvement politique ! Mélenchon fait une erreur (et ses amis politiques: Danielle Simonet, Alexis Corbières, François Ruffin, Eric Coquerel, Charlotte Girard etc aussi). Aucun mouvement n'est jamais parvenu au pouvoir sans l'appui d'un grand parti. Ni de Gaulle, ni Mitterrand, ni Chirac, ni Sarkozy, ni Hollande. Les deux cas particuliers, Giscard et Macron, sont le résultats de trahisons. Giscard a gagné grâce au fait que Chirac a trahi Chaban-Delmas, et Macron grâce au fait que Vals et les autres caciques du PS ont trahi le vainqueur de leur primaire.

"Ouiiii, mézalor, vous voulez l'un de ces vieux partis que les électeurs rejettent ...".

Non, non, nous ne voulons ni le PS, ni le PCF. Si ces partis sont allés à leur perte, ce n'est pas du fait de leur mode d'organisation interne (dont les électeurs se fichent éperdument), c'est parce que, pour le PS, il a toujours suivi une politique de soumission au capital, aux actionnaires, à l'argent, à l'UE. Et pour le PCF, il s'accroche à des postes d'élus sans lesquels il ne peut pas vivre (manque de militants), et pour cette raison, n'est pas un allié fiable.

Mais, au delà de ces fariboles, des réactions se font jour. Une réunion de militants (presque tous anciens directeurs de campagne aux législatives) a eu lieu à Marseille le 13 Janvier. Une autre est en préparation à Paris.

Une pétition a été lancée hier. qui dit simplement ceci : 

---
Je suis membre de la France insoumise (LFI) et je partage les objectifs du programme LAEC.

Je pense que pour constituer une force politique, il faut un mouvement démocratique, adoptant au moins les principes suivants :

a) les membres de LFI désignent par des votes leurs délégués locaux et nationaux.
b) les membres de LFI décident du règlement intérieur statutaire de la FI et le votent.
c) les membres de la LFI débattent et décident des orientations politiques locales et nationales, selon des procédures définies dans le règlement intérieur statutaire
d) il ne saurait exister des instances locales ou nationales non élues ou non révocables.

vous la trouverez à cette adresse :

http://fifor.fr/index.php/2018/01/23/petition-pour-une-democratie-dans-lfi/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige