Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 oct. 2021

Mélenchon doit retirer sa candidature

et laisser le champ libre au combat pour l'unité

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La polémique du jour à propos des déclarations de Jean-Luc Mélenchon estimant que Zemmour incarne certaines valeurs culturelles juives, est consternante.

À la suite de Gérard Miller, jurant, en tant que Juif dont la famille a été exterminée en camp de concentration, que Mélenchon n'est pas antisémite, la garde rapprochée du Tribun enfonce le clou : Mélenchon n'est pas un antisémite.

En revanche, personne, ni Gérard Miller, ni Adrien Quatennens, ni Mathilde Panot, ne s'est hasardé à défendre ses propos. Personne n'a cherché à en défendre ni la lettre, ni l'esprit.

Car ils sont catastrophiques à tous points de vue. De manière évidente, ils donnent prise à ses adversaires qui se ruent, avec le CRIF, sur lui avec l'accusation d'antisémitisme, déjà utilisée contre lui dans le passé, comme elle l'a été contre Bernie Sanders, Jeremy Corbyn, etc. Or cette accusation, on le sait, on le vérifie par exemple en Grande Bretagne, n'est pas sans poids, même si elle est fondamentalement fausse.

Se faire traiter d'antisémite, s'opposer au CRIF parce que l'on proteste contre les exactions des colons israéliens, passe encore. C'est honorable.

Mais contredire le CRIF et se faire traiter d'antisémite sous prétexte d'expliquer que Zemmour n'est pas antisémite et que ses valeurs sont prises, au moins en partie, dans la tradition culturelle juive, c'est vraiment aberrant.

D'abord c'est faux.  Pour s'en tenir à la France, en maintes occasions les juifs ont pris une place éminente dans le combat pour le progrès et l'émancipation ; 1789, 1848, 1870 ... sans parler de 1917 dans la Russie du Tsar. Ce n'est pas pour rien que les fascistes disent lutter contre le "judéo-bolchévisme".

Ensuite, ce sont tout de même des propos de quelqu'un qui a un problème avec le judaïsme, puisqu'il en rapproche la tradition culturelle de la philosophie ultra réactionnaire d'un Zemmour.

Mélenchon a convenu s'être "sans doute mal exprimé". C'est très peu dire. C'est une impardonnable bévue. À ce niveau de confusion et de maladresse, s'agissant d'un homme politique (ancien ministre, trente ans de Parti Socialiste), c'est un symptôme. Cet homme a perdu les pédales, comme on dit. Je fais l'hypothèse qu'il voit dans quel piège sa candidature précoce et son refus de tout débat à propos de cette candidature, l'ont fourré. Il voit qu'il fonce dans un mur, encouragé par des partisans plus aveugles que lui. Il voit que la gauche sera écrasée à la prochaine élection et qu'il ne pourra pas échapper aux responsabilités qui lui seront attribuées. Cela le hante au point que sa raison s'égare.

Il faut que ses proches, par respect pour lui, pour le candidat qu'il a été (en dépit déjà d'un nombre impressionnant de maladresses) en 2017, le convainquent de jeter l'éponge, maintenant.

Qu'il se retire et qu'il laisse se faire le mouvement naturel vers l'union, ce mouvement qui rassemble les progressistes qui existent au PCF, à la FI, à EELV et même quelques uns au PS. Il en est l’élément bloquant. Son attitude renforce, dans tous les partis, les coteries des plus sectaires et les plus opportunistes.

C'est ce mouvement, ce sont ces équipes unitaires qui ont permis de gagner TOUTES les grandes villes de France aux dernières municipales.

Que Mélenchon se retire.

Que son ami Ruffin prenne le relais. Lui peut rassembler une équipe unitaire qui fera une campagne unitaire et victorieuse sans forcément être lui-même candidat. Pour des partisans de la VIème République, peut importe le nom du candidat. Ce qui compte c'est l'EQUIPE et un programme en quelques points fondamentaux.

Que cesse le manège de petits chevaux où l'on observe des chefs ridicules en train de sauter pour attraper la queue du Mickey !

Nous voulons gagner ! Nous voulons battre la droite et l'extrême-droite ! Nous voulons l'union des progressistes.

Ni Dieu, ni César, Ni Tribun !!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette