Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 sept. 2019

Sweet little sixties

Le métier d’urbaniste ne consisterait-il pas pour une grande part à réparer les erreurs du passé ? Prenons l’exemple des grands ensembles. On les a construits, dans les années 60, en un peu plus de 5 ans. 40 ans après, on tente toujours d’apporter des réponses à leurs problèmes. Qui dit mieux ?

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© jean-pierre charbonneau

Le métier d’urbaniste ne consisterait-il pas pour une grande part à réparer les erreurs du passé ?

Prenons l’exemple des grands ensembles.

On les a construits, dans les années 60, en un peu plus de 5 ans. 40 ans après, on tente toujours d’apporter des réponses à leurs problèmes. Qui dit mieux ? Depuis, on démolit puis reconstruit, puis poursuit la démolition… Au passage, les budgets s’accumulent. Les habitants, à qui l’on ne veut que du bien, sont ballottés. Alors on les amuse avec des animations réalisées à partir de palettes de chantiers… Il y a longtemps déjà, je fus chef de projet des Minguettes, à Vénissieux, à l’époque le plus important quartier de grands ensembles de France. J’ai pu prendre la mesure du sujet car à cette occasion, nous avons eu à organiser, entre autres, la démolition des dix tours d’un des quartiers appelé alors La Démocratie. Construit dans l’enthousiasme, délaissé peu à peu par ses habitants, il était devenu un vaste cimetière de boîtes de 15 étages alignées, vides et murées. Mausolée à la gloire des sixties, à la gloire des familles qui y avaient vécu une partie de leur vie et l’avaient fui ? Il fut remplacé, des années après, par des bâtiments à deux étages. Difficile dès lors d’avoir une opinion idéalisée des bienfaits de l’industrialisation du logement. Dans la décennie qui a suivi, j’ai eu à travailler sur tous les quartiers d’habitat social du Grand Lyon. Difficile de ne pas relativiser les théories urbaines censées apporter le bien-être. Elles supportent mal la confrontation avec le réel.

A présent, on aborde plutôt mieux et avec plus d’efficacité l’intervention sur ce sujet compliqué qu’est la transformation des grands ensembles. D’autant plus compliqué qu’ils sont habités. C’est bien leur but mais la tâche n’en est pas plus aisée car l’on sait moins bien gérer le domaine de la sociologie que celui de la technique. En tout cas, il n’est pas nécessaire de faire de longues analyses prospectives pour se rendre compte qu’il y a du travail pour longtemps encore.

Prenons les espaces publics.

La voiture a été la reine pendant près d’un demi-siècle, depuis les années 60 encore. Et son règne n’est pas terminé, notamment dans certaines métropoles d’Asie ou d’Amérique latine. On a construit pour elle de grandes infrastructures, transformé les rues en voies, aménagé, organisé les villes, les quartiers, la vie urbaine selon ce paradigme. Au début des années 90, suite à une prise de conscience initiée à Barcelone, on a commencé à s’intéresser aux espaces publics et j’ai été impliqué sur ce thème au Grand Lyon, à Saint-Etienne ou par exemple à Naples. Peu à peu, l’espace alloué à la voiture a été grignoté au profit des piétons. Des endroits à vivre ont été créés là où il y avait des parkings, on a construit des trottoirs. On a défait en quelque sorte ce qui avait été réalisé à grands frais dans les années 60, les réalisations étant devenus en partie inutiles voir néfastes. A la place, on a dépensé de nouveau de l’argent pour améliorer la vie quotidienne, la qualité de l’air, planter des arbres. Et cela dure depuis des années. Réparer d’une part, empêcher que de nouvelles « exactions urbaines» soient commises d’autre part.

A cette époque, on aurait pu faire autrement. A Copenhague, la pression populaire avait alors conduit à privilégier le vélo. La détérioration de la ville et de ses espaces a donc été évitée. De ce fait, il n’est pas, à présent, nécessaire de revenir avec des investissements importants sur les travaux effectués alors. Juste moderniser, actualiser. C’est le but du « Copenhagen urban Space Action Plan » que nous avons réalisé et qui, pour améliorer les usages piétons, n’a pas eu à remettre en cause la priorité donnée aux vélos. Il en est de même en France aujourd’hui où les deux-roues ont le vent en poupe. Dans les territoires où la qualification des espaces publics a été engagée, on n’a pas à tout casser pour intégrer cet élément en plus.  

Derrière ces exemples, apparaît la notion de patrimoine, non pas au sens où il s’agirait d’un témoignage remarquable du passé qu’il faudrait conserver. Plutôt comme cette accumulation lente de qualités urbaines qui, peu à peu, se constitue avec le temps, au fil des générations. Susceptible d’évoluer, ce patrimoine là n’est pas figé. Il ne doit pourtant pas être remis en cause car il constitue le socle de la personnalité d’un territoire, à partir duquel l’évolution doit se faire, s’appuyant sur les valeurs qu’il a apportées et en les respectant.

Qu’en est-il du paysage ?

Des années 60 jusqu’à peu, ce ne fut guère une préoccupation majeure. On y porte plus attention à présent et tente d’en assurer la préservation partielle. Mais que de « dégradation » durant le demi-siècle écoulé. Est-il possible alors de réparer ?  Localement peut-on revenir avec un réel impact sur les conséquences d’une période douloureuse? Compte-tenu du relatif consensus sur le climat, le moment est peut-être venu de faire des choix radicaux. Pourquoi ne pas se donner comme but de reconstituer et même d’étendre le patrimoine paysager ? Remettre en cause le modèle de développement urbain utilisant les terrains vierges serait un choix formidable, qui inverserait la logique en cours depuis les « sixties ». Cela nous obligerait, nous autres urbanistes, à nous adapter. Mais réparer les erreurs du passé dans ce domaine et même aller plus loin est une belle perspective que bien des professionnels seraient prêt à viser.

Peut-on parler de la même manière de l’eau ?

Quand j’étais lycéen à Chalon-sur-Saône, durant les années 60 justement, on se baignait dans la Saône. Depuis cette époque, personne n’ose plus le faire. C’est heureux car la qualité de l’eau, des fleuves, des rivières s’est dégradée. Des améliorations certes sont en cours et les cygnes sont réapparus à Lyon et ailleurs tandis qu’à Paris la Seine accueille de nouveau des canards …Mais le travail reste en grande partie à faire pour que l’eau redevienne ce qu’elle était, un élément de nature. 

Pour réparer les erreurs, les inconsciences du passé, les tâches à conduire à l’avenir sont énormes. Les urbanistes devront s’y impliquer, bien d’autres métiers aussi. Elles dureront des décennies si l’on se réfère aux chiffres concernant les grands ensembles, non pour en être effrayé mais pour mesurer la réalité. De 5 à 10 ans pour les construire, 30 à 40 ans d’intervention sur eux ensuite. Déjà prenons garde à ce que nos actes présents ne poursuivent pas, même sans le vouloir, même sous une autre forme, l’entreprise de destruction engagée dans les années 60. Vérifions donc chaque fois ce qu’apportent nos actions au patrimoine tel qu’évoqué plus haut. Ensuite ?

Ensuite : « au boulot ! »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau