Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 mars 2020

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

DIRE BREL

Jacques Brel insufflerait-il un amour de la vie qui manquerait ? Un comédien récite des textes tirés d’entretiens ou de chansons, un violoncelle et un piano rappellent des mélodies inoubliées. « Dire Brel » est un spectacle subtil et un intense moment d’émotion.

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jacques Brel insufflerait-il un amour de la vie qui manquerait ? Un comédien récite des textes tirés d’entretiens ou de chansons, un violoncelle et un piano rappellent des mélodies inoubliées. « Dire Brel » est un spectacle subtil et un intense moment d’émotion. Olivier Lacut en a assuré la mise en scène. Il confie que tout au long de sa vie, (est-il le seul ?) le chanteur l’a accompagné. Il n’a pas tenté de se substituer à lui mais il raconte des mots et des phrases dont il exprime le sens comme on extrait un jus. Ainsi renaissent intacts les sentiments profonds et doux ressentis jadis à l’écoute de « Ne me quitte pas », ou du « Plat pays ». Ainsi en ressort l’humanité qui les traverse.

« Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps… ».

Quand il était vivant, mon père ne cessait de penser à cette chanson, qui lui rappelait les personnes connues dans l’enfance et peu à peu disparues.

Le comédien ne chante pas. Il laisse au spectateur la liberté de fredonner en silence, dans sa solitude intérieure. Les textes/poèmes sont récités avec tendresse, avec énergie parfois. La mélodie suit son propre chemin, à côté. Le piano de François Bettencourt rythme, apaise ou stimule les sentiments qui ne cessent de naître, parfois de la seule évocation des premières notes d’une chanson. Le violoncelle de Julie Sévilla-Fraysse précède la parole, la renforce, la relaie. Il plonge le spectateur dans un monde de sensations. Puis, de temps en temps, le rythme des mots et des instruments s’accélère, envahissant tout l’espace de la scène et de la salle.

« Ce soir j’attends Madeleine… »

Comment ne pas penser à cette incroyable énergie que donnait Brel dans ses concerts ? Mené avec talent par Olivier Lacut et ses musiciens, « Dire Brel » est le titre de ce spectacle intense. Il ne sombre pas dans la facilité dangereuse que serait la reprise des chansons de l’artiste disparu. La tâche serait difficile et peu souhaitable tant ce qu’il offrait de son cœur et de son corps était incomparable.

Les trois créateurs sur la scène ne font qu’un, dans un jeu continu et vivant entre les sons, la musique, la présence même des instruments et des corps. Tous au service de la parole, des messages, des agacements, des saillies parfois de l’auteur. Le choix des textes et la mise en scène procèdent d’un montage subtil, juste et efficace. On en mesure la difficulté au long d’une création où le spectateur est moins un voyeur écoutant et passif qu’un acteur impliqué, emporté dans un moment qui le concerne tout entier.

En ressort un personnage, Brel, qui, quarante ans après, continue de générer des émotions allant du sourire à la tristesse, qui échappe à toute vulgarité bavarde, même quand il chante les putains d’Amsterdam. Un personnage qui sait partager ses doutes, ses douleurs, sa soif de liberté, son appétit de vivre.

« Ne me quitte pas, je t’inventerai des mots insensés… »

Des vers dont on comprend d’autant plus la signification que l’on connait la fulgurance de sa vie. Un personnage qui nous donne envie d’être humain, d’accepter d’être humain. Avec nos faiblesses, avec nos libertés possibles aussi, pour peu que l’on prenne conscience de la saveur de vivre. Message post-mortem précieux quand l’ambiance n’est guère à l’enthousiasme, quand il est plus aisé de porter des jugements définitifs et qui séparent, de faire tomber des couperets plutôt que d’admettre la complexité des êtres, leurs contradictions, leurs possibilités aussi.

Le spectacle est jubilatoire. Bien sûr parce que Brel a accompagné en partie l’histoire personnelle de chacun. Il n’est pas de phrase, de début de mélodie qui ne nous incite à en poursuivre le récit. Mais Olivier Lacut et ses musiciens donnent aussi avec talent à voir et ressentir la poésie, la douceur, la grandeur du message que Brel nous transmet. Qu’est-ce que je peux, je dois faire de ma vie ?

Les vieux de mon père sont morts. La pendule du salon de chez mes parents s’est tue. Une vieille femme passe chaque jour dans la rue en promenant sa frange de vieille jeune fille.

Mais on a tous attendu Madeleine qui n’est jamais venue. On a été Jeff et pensé qu’on n’était bon qu’à s’foutre à l’eau. On aurait tous aimé parler ainsi de notre plat pays à nous, y mettre des mots aussi beaux. Le spectacle nous console en nous rappelant que le Grand Jacques l’a fait pour nous.    

« Rêver un impossible rêve »

Quelle formidable énergie que de quitter une vie pour en écrire une autre. Notre destin est-il inaccompli ou seul Brel pouvait-il s’écrire un nouvel avenir ? La leçon de liberté et de sensibilité qu’il laisse est d’autant plus précieuse qu’il est parti jeune et adorait la vie. Une existence qui ne fut pas un long rire compulsif mais témoigna de sa capacité à ressentir le monde et ceux qui l’entouraient. Sans toujours les ménager mais toujours en les aimant, tels « les vieux amants ».

*Dire Brel : Les Déchargeurs, scène des arts et de la poésie, 3 rue des Déchargeurs, Paris 1er   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — L’argent libyen de Sarkozy

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez