Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 avr. 2020

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

L'ALIGNEMENT DES PLANETES VII. Les plans de relance, opportunité ou danger?

Il est illusoire et dangereux de tenter de revenir à la situation d’avant, à l’économie d’avant. Au contraire, sans ignorer la dimension dramatique de la situation, il y a une opportunité pour tirer profit de circonstances exceptionnelles pour réaliser, dans les faits et avec l’appui de plans stratégiques, la transition écologique pour un autre modèle de développement.

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déjà des plans sont annoncés de tous côtés. On pourrait saluer la capacité de réponse des diverses institutions nationales ou internationales. Ou prendre peur. Propos qui mérite quelques explications.

Le confinement ne sera pas éternel. La possibilité de plans de relance est déjà l argement évoquée, notamment par les institutions régionales. L’Etat lui-même travaille à faire repartir l’économie. Ce moment est déterminant. Soit on repart « comme en 14 » sur les mêmes bases. Elles sont connues et, pour simplifier, font peu de cas de la planète, de la résilience, du soin à apporter aux gens et aux territoires, des ressources. Elles privilégient les vues à court terme, les performances financières et la consommation comme horizon sociétal. Soit l’on tire les leçons de ce que l’on aura vécu pour, en sortant de la situation, en atténuer les effets et s’engager vers un autre avenir. Clairement, il est illusoire et dangereux de tenter de revenir à la situation d’avant, à l’économie d’avant. Au contraire, sans ignorer la dimension dramatique de la situation, il y a une opportunité pour tirer profit de circonstances exceptionnelles et réaliser, dans les faits et avec l’appui de plans stratégiques, notamment la transition écologique pour un autre modèle de développement (voir « L’alignements des planètes 2, Confinement, transition écologique et élections municipales »).

L’économie actuelle n’est pas durable. Elle fait partie du problème plus que de la solution. On dira que les projets sont là, prêts à repartir, financés (du moins l’étaient-ils). Que le BTP par exemple donne la possibilité de réenclencher le mouvement tout de suite, qu’il offre des emplois pour des personnes sans formations complexes et qui, sinon, seront au chômage. Pourtant repartir tout de suite dans la même direction serait n’avoir rien compris ni appris de ce qui s’est passé. L’équation est certes compliquée. Il serait plus simple de recommencer à démolir, à bétonner, à utiliser les rivières comme des égouts, à aller chercher les produits manufacturés à bas prix en Chine, les tomates en Andalousie. Face aux enjeux de développement durable, il serait facile de se dire que la science et la technique résoudront tout. Ce serait ne pas voir la réalité et repartir bille en tête vers un développement sans avenir qui déjà met en danger nos existence même, comme le prouve la pandémie actuelle.

Il faut prendre le temps de la remise en question, de la discussion, de la reconfiguration. Le temps pour que de nouveaux objectifs soient décidés, que de nouvelles méthodes, de nouveaux rôles soient inventés. On ne part pas de rien puisque cela fait un moment que ces questions sont posées, avant même la pandémie. L’équation n’est pas simple ? La société a montré, dans la période que nous vivons, qu’elle était capable d’évolution comportemental rapide. Des initiatives spontanées ont fleuri partout, qu’il ne faudra pas oublier. Il est dès à présent possible de s’intéresser aux réponses à apporter face à l’augmentation attendue du chômage. Le collectif et les collectivités devront y jouer leur rôle. L’on doit se pencher sur ce dont nous ne voulons plus et dont il faut se séparer, sur ce qui est essentiel et qu’il faut promouvoir, accompagner. Une approche naïve de la vie sociale ? Non, une approche pragmatique, construite sur des décennies d’accompagnement de politiques publiques. De réelles marges de manœuvre, concrètes, opérantes existent. Je les évoquerai dans un texte à venir intitulé « Tentative d’analyse du changement ».

Dès à présent, tout plan de relance doit s’appuyer sur de telles réflexions. A ce titre, il ne devra pas seulement financer des travaux, des équipements nouveaux ou non, mais également des analyses, des études, la recherche de solutions, l’animation de débats, des innovations…Dans tous les cas, il ne doit pas notamment financer des projets qui, au lieu de faciliter la transition écologique, la rendraient encore plus aléatoire. En fait, il ne faut pas un mais des plans de relance. Ils devront être adaptés à chaque territoire et non parachutés, ratant alors souvent leur cible. Rappelons-nous du dernier en date qui s’est concentré sur les infrastructures. Certains parlent déjà de plans de résilience au lieu de plans de relance. Les questions posées ne seront pas seulement comment fournir du travail ou faire tourner les entreprises du BTP. Elles devront traiter de la manière de retrouver une autonomie d’approvisionnement à diverses échelles de territoires. Elles auront à imaginer un mode de développement urbain qui soit à la hauteur des obligations énergétiques, proposer des solutions pour nourrir chacun dans chaque territoire. Elles devront viser à réaliser tout de suite les investissements nécessaires à une évolution drastique des modes de déplacement, dont on sait le rôle dans la production de gaz à effet de serre.  Voilà quelques questions entre autres qu’il faut aborder dès à présent. Et parmi les actions à conduire, la société, les collectivités devront accompagner les transformations rendues nécessaires, notamment du fait de l’évolution de la nature des emplois. Des stratégies devront être imaginées afin de ne pas laisser des gens sur le carreau. Elles devront être efficaces et capables d’entraîner les acteurs, notamment les entreprises ou les associations. Il faudra intégrer le temps comme nous en reparlerons plus loin.

Tout cela décrit finalement la possibilité d’autres politiques, adaptées à d’autres modèles de développement local et national que ceux qui nous ont emmenés là où l’on est. Nous dirons quelques mots du niveau mondial en l’évoquant plus loin dans un chapitre intitulé « Défaire les fils emmêlés de la mondialisation ».   

Revenons au BTP. Fut un temps (il y a vingt ans, trente ans ?), il travaillait essentiellement sur le logement, les voiries et les infrastructures. Depuis il a su orienter également ses interventions sur les transports publics, la récupération des berges des rivières traversant les villes, les espaces urbains, les parcs et bien d’autres sujets aujourd’hui plébiscités. Sa capacité d’adaptation est grande. Il saura trouver les débouchés vertueux dont il a besoin pour peu que les collectivités et le public s’y investissent. Il pourra alors devenir un des leviers de la réussite au lieu d’être comme souvent une partie du problème. Les plans (provisoirement encore appelés « de relance ») doivent participer à ce changement. Plus les collectivités réfléchiront à leur futur « désiré », plus les initiatives comme celles des Régions seront enrichies et adaptées aux enjeux locaux et contemporains. Comme pour la sortie du coronavirus, il va falloir faire preuve de sens politique pour mobiliser les compétences et les acteurs, animer les réflexions et faciliter ou accompagner l’innovation. Il va falloir de l’empathie pour prendre en compte ceux qui seront en difficulté, de la détermination et du courage pour arbitrer, en tirer des priorités puis suivre un chemin vertueux. D’autres qualités encore seront mobilisées, à l’image de ce qui fut imaginé après la deuxième guerre mondiale ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige