Playlist d'un confiné, jour 49

Chaque jour, trois titres dans des styles musicaux variés. Bonne écoute cher.e.s confiné.e.s ! Aujourd'hui, le chanteur algérien Idir, la bassiste et chanteuse américaine Meshell Ndegeocello, puis les Blues Brothers.

Le chanteur algérien Idir, légende de la musique kabyle nous a quitté samedi dernier. Je l'avais vu en concert au siècle dernier lors d'une soirée spéciale dans une ville de banlieue parisienne avec excusez du peu, Idir donc, l'Orchestre national de Barbès, Cheb Mami et Khaled : quatre excellents concerts ! Et ce fut l'occasion pour moi de découvrir à l'époque les chansons d'Idir que je ne connaissais pas avec notamment l'album "Identités" de 1999 et la chanson "Un Homme Qui N'a Pas De Frère" avec le groupe Zebda. Et hier, j'ai découvert grâce à cet article de la journaliste de Mediapart Rachida El Azzouzi que le titre "El Harba Wine" chanté par Khaled et la chanteuse Amar que je connaissais et appréciais est en fait très inspiré de la chanson d'Idir "Zwit Rwit", et voici l'originale :

Zwit rwit · Idir © Idir

Dans son dernier album "Ventriloquism" sorti en 2018, la bassiste et chanteuse américaine Meshell Ndegeocello a repris des chansons de Prince, Tina Turner, Sade et celle-ci de Lisa Lisa & Cult Jam With Full Force :

I Wonder If I Take You Home · Meshell Ndegeocello © Lisa Lisa & Cult Jam With Full Force
 

Ils étaient bien sympas ces deux-là : John Belushi et Dan Aykroyd alias Les Blues Brothers : Everybody Needs Somebody To Love !

The Blues Brothers (1980) - Everybody Needs Somebody to Love Scene (6/9) | Movieclips © Bert Berns, Jerry Wexler, Solomon Burke

A demain cher.e.s confiné.e.s et n'oubliez pas : même caché par les nuages, le soleil est toujours présent wink

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.