GILET-JAUNE 52 :ROND-POINT DES NATIONS.

La Macronie a de la fièvre, je crois.

Sur ses deux pieds, avance la Macronie:

Les faits sont têtus même  si on les nie.

Ici mensonge et violence ne sont point songe.

Les Gilets-Jaunes ont éventé son mensonge;

Par la plume ou la voix, arrêtons sa violence!

Le reflux n'est pas refus de combat mais résilience 

Avant l'assaut des places jalouses, îlots

De pouvoir; que chaque rond-point devienne brûlot!

Nous accotant sur l'histoire des aïeux

Une légitime  fureur dans les yeux,

Malgré le sang qui coule, le bruit l'air rance,

Il faut espérer contre toute espérance

Que des gilets jaunes la  fluorescence 

Mette le peuple en ébullition, en effervescence.

 

"Ils ont commis le crime de manifester!

Brigadiers anticriminalité,

Vite foncez!" Un étudiant se  meurt; 

Au  lycée à la fac, silence des professeurs.

Hier policiers matraquant  ouvriers,

Aujourd'hui policiers bastonnant  pompiers; 

Et demain, policiers tirant sur infirmiers;

Puis viendra le jour des policiers contre policiers.

Hier c'était LBD contre révoltés,

Ce jour quarante-neuf trois contre députés.

Ici,  ailleurs,  partout  la colère  croît:

La Macronie a de la fièvre, je crois;

le thermomètre indique quarante-neuf,  trois;

Le seul antidote est le quinze, trois.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.