Le sentiment antifrançais en Afrique francophone: suite mais non fin.

Il y a quelques jours nous avons affirmé qu'il n'y a pas ENCORE de sentiment antifrançais en Afrique francophone, mais une profonde haine de la Françafrique.

Il y a quelques jours nous avons affirmé qu'il n'y a pas ENCORE  de sentiment antifrançais en Afrique francophone, mais une profonde haine de la Françafrique et que, si le peuple français ne se désolidarisait pas de sa bourgeoisie françafricaine, à très juste raison les Africains et Afrodescendants le considéreront comme complice actif de la Françafrique. 

Traitant de l'affaire Juan Rémy QUIGNOLOT, le ministère français des affaires étrangères a parlé d'instrumentalisation et de désinformation ceci après que le gouvernement français par ses officines médiatiques que sont FRANCE 24,  TV5, RFI appelée en Afrique RADIO FRANCE INTOXICATION, a orchestré une campagne de calomnie à l'encontre des soldats russes et de l'armée centrafricaine depuis que celle-ci aidée par ses alliés vole de victoire en victoire ; d'où  le spectre de la Syrie :  de 2011 à 2015 les armées occidentales prétendaient combattre l'Organisation de l'Etat Islamique qui bizarrement  soumettait ville après ville jusque l'entrée de la Russie dans la danse. Depuis 2013 le gouvernement français et la MINUSCA commandée par un Français prétendent protéger la population tandis que le territoire contrôlé par le gouvernement légitime et légal se réduit en peau de chagrin jusque ne représenter qu'environ 30% du territoire national. Quand monsieur le Président Touadéra demande au gouvernement de monsieur Macron de lui livrer des armes afin qu'il puisse protéger la population civile, le gouvernement de monsieur Macron lui  propose l'acquisition de 1300 à 1400 fusils confisqués aux pirates somaliens alors que simultanément il arme les bandits. En 6 mois à peine, l'aide de la Russie et du Rwanda a permis aux forces armées centrafricaines de reconquérir près de 90% du territoire perdu.

Nous aurions aimé que le peuple français par sa représentation nationale exigeât des explications au gouvernement quant à son propos sur le cas de Juan Rémy QUIGNOLOT.

*Pourquoi parle-ton d'instrumentalisation  ? 

*Où sont les preuves de désinformation ? 

*Que Juan Rémy QUIGNOLOT  connu non comme polygame mais célibataire loue dans 3 quartiers différents de Bangui  3 villas, est-ce une désinformation ?

*Que l'une d'elle située à environ 500 mètres de la résidence privée du Président de la République centrafricaine cachait des armes de sniper,  est-ce désinformation ? 

*Que dans une autre villa on ait retrouvé des uniformes des drapeaux russes, est-ce désinformation? 

*Que sur le disque dur de son ordinateur il y a non seulement un plan détaillé de la ville de Bangui mais aussi et surtout le plan exact du palais présidentiel centrafricain, est-ce désinformation ? 

*Que l'ambassadeur de France à Bangui oubliant que dans cette histoire la Russie pourrait se porter partie civile ses uniformes et son drapeau ayant été utilisés sans son assentiment , ait fait pression sur le procureur pour que Quignolot soit extradé en France - -  comme si les Tunisiens, Algériens ou Marocains arrêtés en France pour fait de terrorisme avaient été extradés dans leurs pays d'origine - -, est-ce désinformation ? 

Nous arrêtons ici la longue liste des questions que les parlementaires français auraient pu poser au ministre des affaires étrangères. Il n'en est rien été : le sentiment antifrançais en Afrique francophone, une prophétie autoréalisatrice ? ...          

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.