INDISPENSABLE À SAVOIR, SI C'EST DIRECT-ASSURANCE QUI VOUS ASSURE.

Nombre d'automobilistes dont je fus, ne lisent pas à la virgule près leur contrat d'assurance automobile et ce, jusqu'au moment de l'épreuve.


Assuré multirisque auprès de DIRECT-ASSURANCE, le 15 juin dernier j’ai été victime du vol de ma voiture à Paris, soit à 200 kilomètres de mon domicile. Dans mon véhicule se trouvait le siège-auto de mon petit-fils, siège acheté par sa mère .
Arrivé à la gare de l’est, je n’avais plus de train pouvant me conduire à destination, mais me dit un agent de la SNCF sur le quai, il en restait un qui s’arrêtait à 70 kilomètres de ma destination ; départ dans 8 minutes. Au terminus je fis appel à un ami qui vint me chercher à la gare afin que je rentrasse chez moi.


Quand je demandai à DIRECT-ASSURANCE de me rembourser le prix du billet du train et la valeur après décote du siège-auto, elle me répondit qu’elle ne pouvait le faire eu égard au fait que le billet n’était pas nominatif . À la question de savoir si elle pensait que de Paris j’étais rentré chez moi à la nage en remontant la Marne, elle me communiqua un numéro de téléphone où peut-être quelqu’un pourrait avoir l’aménité de s’occuper de mon cas. Pour ce qui était du siège-auto, la facture portant le nom de ma belle-fille mais non le mien, ma demande était nulle et non advenue ; en d’autres termes, si assuré auprès de DIRECT-ASSURANCE vous transportez un objet appartenant à un membre de votre famille ou à un ami, DIRECT-ASSURANCE refusera de le rembourser en cas de problème. Par ailleurs, ma voiture était assurée jusqu’en mars 2021, assurance créditée en une fois un an avant échéance ; mais DIRECT-ASSURANCE me fit savoir qu’à compter du 17juillet 2020, elle ne l’était plus ; que devient alors le reste de ma créance ? Silence.


Le 18 septembre 2020 j’ai adressé une lettre avec avis de réception à la direction des relations avec la clientèle : l’avis m’est revenu, mais non la réponse de DIRECTE-ASSURANCE. Ce comportement résulte-t-il d’une stricte application du code des assurances, ou est-ce une prérogative superfétatoire que s’est octroyée DIRECT-ASSURANCE ? Peut-être que certains lecteurs pourraient m’éclairer là-dessus. Dans la première hypothèse, le problème est politique; dans la seconde, il est de droit. Si vous êtes automobiliste notamment assuré auprès de DIRECT-ASSURANCE, prenez la précaution de tirer ce point au clair avant de renouveler votre contrat.

Je tiens à  disposition de qui le voudrait tout mon échange épistolaire avec DIRECT-ASSURANCE.


Un médecin n’est pas bon médecin parce qu’il vous aura permis de guérir d’un rhume de cerveau, mais pour vous avoir tiré d’affaire lorsque votre vie était en danger, ou pour avoir toujours été présent quand vous vous trouviez dans une profonde détresse : alors, méfiez-vous des résultats de sondages publiés ici ou là.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.