La civilisation occidentale en état de siège : l’appel du vide.

L’an 2020 marquera probablement l’année de trop pour un certain mode de vie, celui de la liberté d’opinion, celui du droit d’expression, du droit au blasphème, du droit au débat, celui de la souveraineté nationale, celui de notre culture et enfin l’année de trop pour notre identité.

La civilisation occidentale en état de siège : l’appel du vide.

L’an 2020 marquera probablement l’année de trop pour un certain mode de vie, celui de la liberté d’opinion, celui du droit d’expression, du droit au blasphème, du droit au débat, du choix vestimentaire, celui de la souveraineté nationale, celui de notre culture et enfin l’année de trop pour notre identité.

Quand il s’agit de liberté, nous ne pouvons plus évoquer le principe d’égalité, de parité ou du choix d’obédience religieuse. La liberté de chacun commence à la frontière même de celle l’autre, cet autre qui nous ressemble, qui possède les mêmes droits et les mêmes devoirs, mais dont les différences se confrontent aux nôtres.

Un couple a la liberté de s’embrasser dans un lieu public, mais n’en possède plus le droit si cela offusque une communauté environnante. Le dictionnaire a la liberté de définir des mots que la population n’a plus le droit de prononcer. Au titre de la diversité, un criminel notoire reçoit une récompense pour une fresque des cités. Au titre du féminisme, on condamne un genre tout entier et on se tait quand une adolescente est déscolarisée, confrontée à des menaces de mort islamistes. Au titre d’une invention sémantique, l’islamophobie, des leaders syndicaux et des responsables politiques défilent et font cause commune avec des activistes extrémistes.

Un tribunal à rebours fait désormais le compte des libertés autrefois acceptées et aujourd’hui condamnées, des actes politiques passés et aujourd’hui condamnables. Les héros d’hier sont jugés à l’aune de nouvelles lois sociétales. Nous assistons à une régression révolutionnaire davantage qu’à une contre révolution, nous sommes sommés de nous repentir pour les comportements de nos parents admis, voire recommandés, à une époque et proscrits aujourd’hui.

5c1a26f684373-1

La Révolution française était laïque. Elle a établi de nouvelles formes politiques du monde contemporain au travers de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 qui proclame l'égalité des citoyens devant la loi, les libertés fondamentales, et la souveraineté de la Nation, apte à se gouverner au travers de représentants élus, et se constituant autour d'un État.

Nous sommes tous coupables devant le tribunal de la pensée obligatoire. Coupables de « Oh Hisse » homophobes dans les stades, coupables d’accepter l’immuabilité de la reproduction naturelle, coupables de préférences nationales, coupables de désirer une école laïque sans voiles, coupables de porter des décolletés, coupables de faire la bise aux femmes, coupable de souhaiter des lieux publics sans religiosité ni insultes sexistes et sans la mendicité culpabilisante de ressortissants étrangers percevant le RSA et abrités dans des structures d’accueil…. Coupables de tout ce qui faisait de nos régions des terroirs de productions locales non halal.

La guerre fait rage, on ne peut prédire de son issue, cela importe moins que les coups portés. D’ailleurs, personne ne gagne durablement une guerre, elles ne sont pas faites pour cela.

Les vaincus d’hier s’approprient des armes et la protection des vainqueurs pour les infiltrer, les combattre et s’y substituer.

Le concept même de la démocratie porte en lui, à sa naissance, le cancer qui le terrassera. La démocratie ce peut être aussi accepter en son sein, comme membres à part entière, à droit égal, à voix égales, ceux-là mêmes qui ne rêvent que de la détruire.

Notre civilisation occidentale a inventé la démocratie moderne. Cela devait être la loi du peuple souverain et c’est devenu la dictature des communautés.

pensee-obligatoire-2

Puisqu’une voix vaut une voix, toutes ont fini par compter, mais certaines plus que d’autres.  Sont-ce celles dont le discours fédère le plus grand nombre de convictions ? Non pas !

Ce sont les voix virtuelles venues d’ailleurs qui ont progressivement modifié notre société, celles qui portent le plus loin, le plus fort et le plus largement possible. Une voix virtuelle en vaut mille, il suffit de la répandre avec le geste auguste du semeur.

Et pour cela, il existe les médias, les réseaux sociaux, les lieux de cultes, ceux de rassemblement populaire, les stades, les concerts…

Les minorités, car ce sont elles qui mènent le bal, ont bien assimilé cette nouvelle arme de guerre civile. Comme toute guerre, c’est la logistique qui fait la différence et le nerf en est le financement.

La France sous le déferlement du panislamisme néo-ottoman…

L’ennemi d’hier était la vague noire du pangermanisme nazi, et ses cousins romains et ibériques. Celui d’aujourd’hui est islamiste, alors que des frontières faisaient obstacle au fascisme et au stalinisme, le cancer des Frères Musulmans se développe à l’intérieur même de nos Institutions. Les financements coulent à flots de l’extérieur, du Qatar et de la Turquie.

Aujourd’hui l’attaque la plus frontale provient de l’axe Doha-Istanbul du rêve panislamiste du despote Erdogan alimenté par les gazodollars qatariens. L’arme migratoire se substituant à la menace nucléaire iranienne a déjà mis l’Allemagne d’Angela Merkel à genoux.

Dans le même temps, la présence des cellules des Frères Musulmans dans les associations, les collectifs et les cités s’est accrue au point que des zones entières sont aujourd’hui interdites aux forces de la République. Il existe bien d’autres formes de djihad, dont celui politique, qui corrompt nos corps intermédiaires députés et sénateurs, nos élus et conseillers municipaux.

S’agissant d’un effondrement de Civilisation, ce sont tous les aspects d’un mode de vie civilisationnel qui s’écroulent sous les attaques multiples.

« Le 21e siècle sera religieux ou ne sera pas. » c’est une prophétie que l’on prête à Malraux et qu’il niait avoir prononcée. Il avait tort, car il est aujourd’hui évident que ce siècle n’est ni spirituel, ni mystique, il est bel et bien religieux, radicalement, extrêmement religieux par la faillite même des idéaux libertaires et égalitaires des mouvements intellectuels de l’après-guerre.  Faillite causée par leur propre excès de libéralisme.

Les modèles de civilisation s’écroulent tous de la même manière. La crise actuelle de l’Europe rappelle celle de la République romaine dont le déclin commence avec l’assassinat de Jules César, frappée de plein fouet par une succession de crises politiques, économiques, démographiques, ethniques et sociales.  La stabilité sociale ne revient en général qu’au prix de la perte des libertés individuelles et culturelles.

Nous avons en 2020 atteint un point de bascule qui pourrait nous plonger dans l’obscurantisme sans retour possible avant une période de dictature et d’épuration idéologique d’une vingtaine d’années, voire davantage.

Les leviers qui nous poussent vers le précipice sont divers : l’immigration de masse, le vieillissement de la population, l’islamisation, l’intelligence artificielle, l’utilisation de la science pour remplacer la procréation naturelle, le renoncement à la Souveraineté des États Nations, la destruction du système éducatif, la dépendance de l’Europe envers la Chine, l’abandon de la Démocratie au profit de la technocratie.

La plus forte des poussées vers le vide est certainement celle de la perte de confiance en notre système politique concomitamment à l’accroissement des fossés sociaux.

islamisation-1

Je ne crois pas en ce qu’il est convenu de nommer le déclin de l’Occident, pas encore. Dans la réalité, celle de la rue, nous sommes lancés dans une guerre que nos élites refusent de reconnaître. Pour l'instant, un seul belligérant en toute impunité porte tous les coups, alors que l’exécutif républicain n’a pas encore réellement réagi ni pris conscience de l’urgence.

Il existe néanmoins des marges de manœuvre et des réformes possibles afin de résister à l’appel du vide. Encore faut-il ne pas concentrer nos efforts dans de faux combats idéologiques.

L’urgence climatique, l’exploitation excessive de nos ressources naturelles sont des conséquences et non pas les causes d’un effondrement de Civilisation. C’est en renouant avec les racines et les valeurs originelles de la démocratie que l’amoindrissement de nos défenses civilisationnelles pourra être ralenti puis stoppé.

L’identité Démocratique et Républicaine subit les dégradations causées par la destruction du concept de la famille traditionnelle, la négation du patrimoine culturel, l’autoflagellation du passé historique, l’imposition d’une pensée politiquement obligatoire, la censure de tout avis dissonant, le remplacement de communautés homogènes par des communautés intégristes, l’injustice sociale, l’assistanat social, le regroupement familial…

Notre modèle civilisationnel n’est pas encore mort, il peut se régénérer en changeant de structure, comme tout organisme vivant s’adapte et survit à un nouvel environnement. La société civile doit se fédérer pour reconnecter les micro-sociétés parallèles qui commencent déjà à faire sécession. Un choc républicain, un déclic civique, une prise de conscience sociétale sont nécessaires si nous voulons conserver notre modèle identitaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.