NON, Paris n'est pas Minneapolis !

La récupération des émeutes de Minneapolis par des groupes d’influence identitaires et les troubles qui ont suivi l’anniversaire de la mort d’Adama Traore ne font pas de la France un pays raciste.

Non, Paris n’est pas Minneapolis !

La récupération des émeutes de Minneapolis par des groupes d’influence identitaires et les troubles qui ont suivi l’anniversaire de la mort d’Adama Traore ne font pas de la France un pays raciste. Pour autant, dire que le racisme n’existe pas en France est une absurdité, le racisme est accroché aux gènes de l’humanité comme une tique sur un animal à sang chaud. Le racisme est comme une autoroute, on s’y déplace à grande vitesse et dans les deux sens. « C’est une peur devenue folle », écrivait Germaine Tillion.

paris-mineapolis-2

La pensée dominante que l’on ne peut plus qualifier de pensée unique, mais bel et bien de pensée obligatoire, tant elle ostracise toute autre approche dissonante, occulte les faits à des fins politiques et communautaristes.

Il ne reste que les statistiques, aussi discutables soient-elles, pour tenter de démêler l’excès de la réalité. Si l’on en croit les chiffres officiels pour une injustice inqualifiable comme celle qui fut faite à Amada Traoré, ce sont des dizaines de crimes racistes commis à l’encontre de citoyens non issus des communautés arabes ou africaines qui sont à déplorer. Pourtant la médiatisation pour des actes de violences contre des personnes n’appartenant pas à une minorité est bien moindre, comme si la violence était moins grave dès lors que l’on soit blanc, laïc et en règle avec les administrations.

La législation française n’autorise pas les statistiques ethniques ce qui rend la communication des associations communautaires sans contestation possible. La mobilisation médiatique de la marche récente contre l’islamophobie en est un exemple frappant, l’islamophobie n’existe pas en France, c’est un concept inventé par les communicants iraniens. Si l’on s’appuie sur des données officielles, la grande majorité des musulmans ne rencontre pas davantage de difficulté à vivre en France que les provinciaux catholiques ou juifs. La récupération, l’amplification et la politisation de dysfonctionnements des administrations françaises sont le fait de groupes d’influence islamogauchiste visant à déstabiliser la démocratie laïque.

Le racisme fait partie de notre héritage, il est le reflet de nos peurs et de nos différences.

Le racisme fait partie de notre héritage, il est le reflet de nos peurs et de nos différences. Toutes les civilisations y ont été confrontées, tous les peuples dans leurs histoires ont été soumis à une colonisation et/ou à l’esclavage.  Les provinces françaises ne sont rien d’autre que des conquêtes coloniales des rois de France, les barbaresques capturaient les vaisseaux européens pour réduire leurs équipages en esclavage, la traite des blanches par l’Empire ottoman…

Plus généralement, l’asservissement de l’autre parce qu’il appartient à une autre ethnie est une constituante peu glorieuse, mais commune à toutes les civilisations. Il ne convient pas de minimiser ces dérives, pour autant il est nécessaire de faire la part de la vérité et de la manipulation.

En matière de racisme, les communautés résidentes en France sont souvent issues de pays et de confessions qui désignent l’autre comme l’ennemi.

Le tribalisme africain a fait plus de morts ces cinquante dernières années que tous les conflits armés sur la planète durant la même période.  Le génocide rwandais à lui seul comptabilise 1.174 000 morts soit 13% de la population de l'époque. L’épuration ethnique en ex-Yougoslavie en aura fait 140 000 morts et la récente guerre en Syrie 114 000.  Le racisme existe sous de multiples formes depuis l’aube des temps et le plus souvent, ce sont les victimes du racisme qui en sont les plus fervents adeptes.

Prétendre que la République française est raciste dénote de la manipulation d’opinion.

Il se trouve évidemment des racistes parmi la population française, que ceux-ci soient des Français de souche, de branche, les fruits inattendus de l'arbre ou des résidents étrangers, ne change rien à l’affaire, la constitution française, qui est l’ossature de la république, ne transige pas avec la naissance ou les origines, nous sommes tous, hommes et femmes égaux en droit dès la naissance.

Les dysfonctionnements de la justice ou des forces de l’ordre sont inacceptables et doivent être sanctionnés dans l’esprit des lois et non pas en fonction de l’hystérie des nouveaux prêtres du jusqu’auboutisme identitaire et communautaire.

 Le fait qu’il se trouve dans la population des individus racistes ne change pas la nature de nos institutions.

gcbc-mediapart
French cops are not American cops.

Les inégalités ne sont pas des manifestations de discrimination raciale, elles sont le fait d’injustices sociales qui frappent tous les citoyens. C’est revendiquer une préférence sous motif d’être différent qui est anticonstitutionnel. La mort révoltante de George Floyd à Minneapolis ne souffre d’aucune clémence de jugement, nous devons néanmoins nous garder des images et des déclarations chocs.

Face à l’ampleur de l’indignation internationale pouvons-nous faire abstraction de la proximité d’une élection qui voyait Donald Trump conserver tranquillement son fauteuil ?

Devons-nous ignorer le goût immodéré des statistiques qu’autorise la constitution américaine à tort ou à raison ?

  • 97 % des noirs tués aux USA le sont par des noirs.
  • Aux USA, sur les 8000 Américains blancs qui sont annuellement assassinés 80% le sont par un agresseur noir. Dans la même période, 4000 Américains noirs sont tués essentiellement par des noirs.
  • La police américaine tire autant sur les blancs que sur les noirs, rappelons que 40% des Américains sont armés ce qui explique en partie la réactivité paranoïaque et excessive de la police.

En France, les bavures policières ont été plus fréquentes envers les étudiants, les ouvriers et les gilets jaunes qu’envers les ressortissants de minorités ethniques ou religieuses. Les instructions données par les préfets de ne pas intervenir dans les cités dites sensibles sont le fait d’une discrimination positive que l’on pourrait qualifier de racisme positif, voire de racisme inversé.

Un pays où 40% de l’aide sociale est distribué à des personnes nées à l’étranger est-il un pays raciste ?

La France est le deuxième pays d’Europe après l’Allemagne à accueillir le plus de migrants.  Devant l’Italie, l’Autriche et la Suède.

Qu’une partie de notre jeunesse éprise de liberté et d’équité soit révulsée par tout acte de racisme est en soi un gage de bonne santé de notre République, il ne faut pas pour autant que l’idéalisme devienne naïveté. Il est évident que le racisme doit disparaître de notre société, il est de notre devoir citoyen de combattre tous les racismes, y compris celui qui s’inverse et ne porte pas son nom.

L’idéologie fait trop souvent le lit de l’extrémisme et nombreux sont les loups s’abreuvant volontairement en aval des agneaux. La soif d’égalitarisme inscrite dans l’ADN des Français ne doit pas servir de marchepieds aux factions antidémocratiques qui tentent de profiter d’un état affaibli par l’incompétence coupable et la fébrilité d’un gouvernement transitoire.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.