Jean-Pierre Marongiu
Entrepreneur et Écrivain
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2019

AJ+ : Le Djihad Digital du Qatar.

En actionnant les leviers mis à sa disposition par les valeurs humanistes des démocraties, en jouant avec virtuosité des instruments de la victimisation et de la discrimination fictives les Frères musulmans infiltrent et noyautent notre société. Une de leurs armes ? AJ+.

Jean-Pierre Marongiu
Entrepreneur et Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

AJ+ français outil propagande Qatar

La stratégie médiatique affûtée grâce à AJ+ la chaîne des minorités.

Créé en France en décembre 2017, AJ+ attire un public grandissant sur les réseaux sociaux francophones.  Derrière ces initiales anonymes et dynamiques, magnifiées d’un Plus, comme un coup de griffe au groupe concurrent Canal plus, il s’agit des initiales d’Al Jazeera, qui se dissimulent aux regards des spectateurs plus avertis accusés de conservatisme. AJ+ se présente aux jeunes francophones comme suit : “AJ+ français est un média inclusif qui s’adresse aux générations connectées et ouvertes sur le monde. Aux générations éveillées, impliquées et créatives.”

Sous l'alibi de relayer les préoccupations d’une jeunesse en proie au doute, la chaîne qatarie distille habilement des vidéos pour promouvoir son idéologie auprès de cette précieuse cible. Au menu, le port du voile, la discrimination musulmane incluant les causes palestinienne, rohingya, mais négligeant celles des Kurdes, des chrétiens du Liban, etc. 

Avec une sélectivité politique, AJ+ fait quotidiennement un état des lieux de l’occident en répertoriant toutes les frustrations et les errances du mode de vie occidental omettant qu’au Qatar l'on enferme et torture les homosexuels, l’on emprisonne les femmes enceintes hors mariage, l’émirat pollue proportionnellement davantage que la chine et les états unis réunis… AJ+ fustige le racisme à longueur de vidéos militantes alors qu’au Qatar le racisme est institutionnalisé au point que les salaires varient en fonction des nationalités et que l’esclavage fait office de législation du travail.

Les personnalités les plus "Al Jazeera compatible" ont statut de consultants comme le journaliste français d’extrême gauche Alain Gresh (soutien indéfectible de Tariq Ramandan)  ou de présentatrice vedette Yasmina Bennani qui se réjouissait en 2015 de l’attentat contre Charlie Hebdo et qui diffuse les clips islamistes du Qatar.

La lutte contre la supposée suprématie blanche dans les médias occidentaux constitue la ligne éditoriale d’AJ+. La mission d’AJ+ reçue des Frères musulmans est d’œuvrer pour la radicalisation de la jeunesse française autour de l’idée fictive que l'islamophobie et le racisme sont des pratiques courantes en France.

Comment ce piège a-t-il pu se refermer sur nos démocraties ? 

Les savants des Frères musulmans voient la démocratie occidentale et les droits de l’homme comme une arme défensive, une armure, leur permettant d’infiltrer et de détruire le modèle occidental à la manière d’un cheval de Troie. Car la seule loi qui doit gouverner les fidèles est la loi coranique, les règlements ethniques et les nations devant se soumettre à la loi islamique. 

Un prédicateur Frériste, invité hebdomadaire à la prison centrale de Doha, citait fréquemment le théoricien qatari Sultan Jassim promoteur de la nouvelle idéologie des Frères musulmans : pour abattre un arbre, il ne suffit pas d’en couper le tronc, il faut beaucoup d’énergie et ce n’est pas sans risques, il faut au préalable l’affaiblir en empoisonnant ses racines.

Les Frères Musulmans se sont caparaçonnés des libertés qu’accordent les constitutions démocratiques occidentales aux communautés minoritaires pour infiltrer tous les secteurs de la civilisation occidentale. L’éducation, la technologie, la politique, l’économie, les médias.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena