jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2021

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Médée, metteure en scène de ses forfaits

Le metteur en scène Christian Esnay revient une nouvelle fois à Euripide avec une intense « Médée » interprétée par Marie Desgranges. L'actrice montre combien ce personnage aussi attachant que terrifiant, est, sur le plateau, celui qui règle le tempo des événements diaboliques.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Médée" © dr

Au premier plan du film de Philippe Garrel, L’amant d’un soir, une jeune femme pleure. On entend ses sanglots, ses hoquets, un râle continu. On la voit assise contre un mur, sonnée de douleur, comme anéantie. A la première scène de la Médée d’Euripide dans la mise en scène de Christian Esnay, tandis que la nourrice raconte l’histoire de sa maîtresse, cette dernière, mère de deux enfants encore petits, pleure, se lamente. On entend ses râles, mais on ne la voit pas. Elle se tient derrière un long rideau au fond et au centre de la scène. Film ou pièce, chacune pleure l’homme qui vient de les quitter.

On peut voir ou revoir le film de Garrel ( en ce moment sur Arte replay ou en DVD) on ne peut pas voir le spectacle d’Esnay. Filmer la représentation ne serait qu’un succédané, un matériau pour la mémoire, non pour le temps présent. Quoiqu’on en dise en haut -lieu ou dans les théâtres qui parlent de «  direct » et autre streaming à heure dite. Le film de Garrel, faute d’être vu actuellement dans une salle de cinéma, peut l’être dans un salon sur un téléviseur de belle dimension ou, mieux, un grand écran digne d’une salle art et essdai modestte, qu’offre un vidéo projecteur. Médée et toutes les pièces de théâtre portées à la scène ont besoin du temps de la représentation, de la confrontation avec le public. Or celle-ci est, pour l’heure, non impossible mais interdite. Sauf pour les privilégiés que sont les programmateurs et les journalistes qui ont pu voir cette Médée lors d’une représentation un jour à 15h à l’espace Marcel Carné de Saint-Michel sur Orge qui regroupe un théâtre et un cinéma.

La distanciation y était affirmée et on ne peut plus respectée : un rang sur deux, et dans chaque rang, un siège sur trois ,soit une bonne centaine de places possible. De plus, le hall du théâtre est suffisamment vaste pour empêcher aisément tout attroupement d’autant que les portes de sortie donnent sur une vaste esplanade. Bref il ne manquait que le public qui aurait pu prendre place dans les mêmes conditions. C’est ce qu’aurait pu constater la locataire de la rue de Valois si elle était venue. A moins de mille places, la question ne semble pas l’intéresser.

Mais revenons à Médée. Après ce préambule, Médée apparaît enfin, se nouant une longue étoffe rouge sur son corps nu (costumes signés Rose Mary d’Orros qui tient bien, également, le rôle de la Nourrice) . « Iô ! Maltraitée, / saoulée de coups !/Iô !/ sur moi, moi !/ C’est possible / que je meure ?/ » traduction (assez libre) Jean Delabroy, commandée par Christian Esnay. On peut lui préférer celle, plus fidèle et mieux rythmée, de Florence Dupont : « Iô/ Malheur à moi douleurs/ Iô A moi A moi/ Mourir je voudrais mourir ». N’empêche, la force tragique de l’actrice Marie Desgrandes nous emporte. Tout comme, en contrepoint, tel un pansement sur une plaie, les dires du chœur chantés par la fascinante Jeanne-Serah Deledicq. Laurent Pigeonnat (Jason) , Thiérry Vu Huu (le précepteur, Créon, le Messager) complètent parfaitement la distribution avec le compositeur et musicien live Marco Quesada.

Ce qui est toujours étonnant et diabolique dans la Médée d’Euripide, c’est que le personnage-titre est celui qui règle la mise en scène des événements à venir et, les annonçant , les rendent inéluctables: tuer la fiancée de Jason celui avec lequel Médée a eu deux enfants encores petits (en faisant porter par ses enfants une couronne et un manteau empoisonnés), tuer le roi Créon, et tuer elle-même ses propres enfants.Ce qui va , quand les premiers meurtres sont accomplis jusqu’à la jouissance perverse de leur récit : quand le messager apprend à Médée que la fiancée de Jason et le roi Créon sont morts, elle demande en plus au messager de raconter tout cela en détails : « Et parle. Comment ils ont péri ? Car doublement Tu vas nous régaler, s’ils sont morts de la pire des façons » (Jean Delabroy) , « Dis moi plutôt comment ils sont morts /Tu redoubleras mon plaisir si tu me dis en plus qu’ils sont morts dans d’atroces souffrances » (Florence Dupont). Et Médée règle ma mise en scène jusqu’à la scène finale où elle interdit à Jason de voir et caresser leurs enfants morts de sa main. Quelle actrice n’ a pas rêvé d’interpréter ce rôle diabolique de femme blessée, abandonnée et prête à tout, jusqu’à tuer le fruit de ses entrailles pour se venger ? Marie Desgranges y déploie un talent qui, comme l’exige le rôle, va des larmes à l’effroi

Spectacle vu fin février à l’espace Marcel Carné de Saint-Michel sur Orge devant un public restreint de professionnels et journalistes. Le spectacle devrait être donné devant le public la saison prochaine, tournée en cours de construction.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa