jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

963 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2015

Romeo Castellucci (3): vingt ans après, il trouve par terre et ramasse son «Orestie»

Troisième et dernier volet du portait de Romeo Castellucci présenté par le Festival d’Automne : « L’Orestie (une comédie organique ?) » d’après Eschyle. Reprise troublante d’un spectacle créé il y a vingt ans. Comme un vieux pull que l’on retrouve dans une armoire : il a beau être un peu usé aux coudes, on l’aime encore.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L'orestie (une comédie organiques)" version 1995 © SRS

Romeo Castellucci dit avoir « trouvé par terre » son vieux spectacle, comme une carte d’identité d’un autre qui vous ressemble, qui gît là dans le caniveau. Etrange autant que passionnant le fait de voir cette Orestie après, et non avant, les plus récents Ödipus der Tyrann (lire ici) et Le Métope del partenone (lire ici).

Les métamorphoses du battement de cœur

C’est comme un retour sinon aux origines du moins aux racines. Et doublement. Celles du théâtre de Castellucci et celle du théâtre occidental. Comme tous les spectacles de l’Italien,tout y est grondement et surgissement, articulant une brassée de visions fortes et charpentée traversant ici, de façon parfois laborieuse, la trilogie d’Eschyle.

Ses visions ouvrent des champs d’exploration, de gouffres énigmatiquesoù le spectateur peut s’enfoncer, tout en épousant le rythme souvent hypnotique de ce spectacle qui associe les métamorphoses dubattement du cœur aux métaphores du cercle, depuis les petits trous ménagés dans le tulle à la face jusqu’à l’enfermement circulaire où Oreste cohabite avec des singes qu’il affole. C’est beauet vertigineux comme les tableaux de Gilles Aillaud ayant trait au zoo.

La mère et l’enfant

C’est une très vieille histoire vue et lue à travers les yeux d’un enfant. L’enfant est du côté de la mère, de Clytemnestre. Elle est immense comme toutes les mères, elle déborde de seins, de cuisses odorantes, elle estle plus souvent allongée sur ce lit où l’enfant aime venir se lover entre sesgrosses cuisses, respirer l’endroit de son origine. Elle a tous les droits. Elle tue son mari Agamemnon, depuis trop longtemps parti faire la guerre et qui revient, ce porc hilare, avec une concubine (Cassandre). Il sent trop le sang, le sperme, la boue, la merde. Agamemnon a le sourire stupéfiant d’un trisomique.

L’enfant est du côté de la mère. Comme Artémis, il « en veut aux chiens ailés de son père qui ont immolé avant sa délivrance la malheureuse hase avec sa portée » (traduction Mazon).Dans le spectacle, la portée de la femelle du lièvre apparaît sous forme de lapins en plâtre dans un stand de tir de fête foraine. L’enfant rêve un jour d’être en âge de tirer à la carabine, de faire mouche, de gagner l’ours ou le singe en peluche.

Et l’enfant qui sait déjà lire associe ces petits lapins innocents au lapin d’Alice qui paraît au début du livre de Lewis Carroll et emmènera Alice au pays des merveilles. L’enfant devenu l’éphèbe Oreste hésitera, souligne Castellucci, avant de tuer sa mère. Cassandre sur son char (une cabine de verre comme une papamobile) dit ce qu’elle a à dire et à prédire. L’enfant devenu Castellucciassocie Alice à Iphigénie, fille de Clytemnestre et d’Agamemnon que ce dernier se résout à sacrifier pour obtenir des vents favorables et gagner la guerre.

Des clowns enfarinés

C’est un spectacle vu par les yeux d’un enfant qui observe un vieux monde plein d’animaux, de clowns enfarinés, de « grands » filiformes affublés de chapeau pointus, d’oreille de lapins(le Coryphée) ou du nez de Pinocchio. Oreste est un adolescent, malingre, timide et maladroit. Le noir, couleur de la guerre, engendre le blanc, couleur de la mort.

C’est un très vieux monde fait de papiers, de toiles parcheminés, de tulles troués, de machines anciennes recyclées, de pistons, de fils qui pendouillent, de crochets de boucher.Dans Les Pèlerins de la matière (éditions Les Solitaires intempestifs), Castellucci dit avoir travaillé à partir de vieilles traductions en italien très datées, « parce que c’est le côté de la chose, sa poussière de rêve qui m’intéressait ». Un univers qui sent le renferméet où l’irruptiongénéreuse du rouge (le sangqui coule en abondance) est la seule tache de couleur. C’est un spectacle fait des rides du trop-plein et de soudains électrochocs.

Il ne reste du texte d’Eschyle que des lambeaux, des pages rescapées auxquelles l’ingénieur du son tord le cou. Reste la violence des corps ensanglantés, restent les stridences, le chant d’horreurs. Tout le reste est littérature. Reste le théâtre.

Vingt ans après ce spectacle revisité, Ödipus der Tyrann montre le chemin parcouru. Le texte n’est plus distordu, les corps ont trouvé leur voix, les blancs sont plus blancs que jamais, les visions ont gagné en simplicité et en intensité, Romeo Castellucci est devenu le classique de lui-même.

Théâtre de l’Odéon, 20h, jusqu’au 20 décembre.

A l’Apostrophe, Théâtre des Louvrais (Pontoise), les 8 et 9 janvier, puis les Célestins à Lyon, la Rose des vents à Villeneuve-dAscq, le TNT à Toulouse, etc.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain