jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

981 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

De Carmelo Bene à Sénèque, la bande des cinq de Georges Lavaudant

Dans une traduction up to date de Frédéric Boyer, Lavaudant met en scène « Phèdre » de Sénèque avec cinq actrices et acteurs, chiffre magique. Celui de son spectacle mythique « La rose et la hache » (Carmelo Bene réécrivant Shakespeare) qui a fait l’objet d’une miraculeuse captation dont le Printemps des comédiens a eu la primeur. En bonus, de rares propos d’Ariel Garcia-Valdès.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hippolyte et Phèdre © Marie Clauzade

Quand Hippolyte est apparu sur le plateau vide de tout - meubles, tentures, accessoires - en regardant son corps musclé paré d’un simple slip, j’ai tout de suite pensé aux corps d’Alain Cuny et de Jean-Louis Barrault, eux aussi en simple slip, vus sur une photo d’un spectacle qui s’est donné avant ma naissance au stade Roland Garros en 1941 : Huit cents mètres d’André Obey. Ainsi va la mémoire du théâtre en associant un spectacle que l’on a pas vu mais dont on a rêvé à celui que l’on vient de voir  et vous laisse rêveur: Phèdre de Sénèque dans une nouvelle traduction-adaptation de Frédéric Boyer et une mise en scène de Georges Lavaudant lequel a opéré des coupes dans la traduction-adaptation. C’est ainsi que Le chœur est réduit à quelques strophes projetées sur le fond de la scène.

Dans le train pour Montpellier, ayant emporté le volume du Théâtre complet de Sénèque paru aux éditions de l’imprimerie nationale en 1990, et le putain de Ouigo ayant une heure de retard, j’ai eu le loisir de pouvoir relire la traduction admirable de Florence Dupont. Ainsi le début de la pièce où Hippolyte est seul en scène :

« Là-bas !/ Allez dans la nuit encercler les forêts !/Allez encercler les sommets !/Enfants de Cécrops, vite dispersez vous ! Quadrillez les pentes caillouteuses du Parnesse ! Quadrillez la vallée du Thrie/ La vallée aux torrents coupés de rapides/Montez à l’assaut des neiges éternelles !/Vous ! Par ici !/Vous, allez dans les bocages ».

Frédéric Boyer, lui, propose :

« Partir à l’assaut des forêts noires, des cimes et sommets des montagnes. /Courir vite, rôder dans les champs de pierre. Prairies oh vallée/ oh rapides de la rivière./ Grimper sur la neige toujours blanche./ Par ici ! par ici ! »

Plus de trente ans après celle de Florence Dupont, la traduction-adaptation de Frédéric Boyer se veut plus en accord avec l’époque des tweets et autres pitchs et où la vitesse prime sur la lenteur, le condensé sur le développé et où l’universel ne s’embarrasse pas de particulier : quasi tous les noms propres de lieux et de pays disparaissent dans sa version. On y perd en ailleurs et en noms mystérieux, ce que l’on gagne en fluidité et rapidité, et Lavaudant renchérit avec des coupes : le spectacle tient en un souffle, il est plié en moins de une heure tente.

Au final,Thésée est seul en scène, son fils Hippolyte, déchiré par ses propres chevaux n’est plus, quant à la fiévreuse Phèdre...

Version Frédéric Boyer : « En attendant, faites un feu./ Faites entrer la lumière dans la maison du crime./ Faites entendre les lamentations./ Et vous apportez la flamme du bûcher royal./ Et vous partez à la recherche des membres dispersés de mon fils à travers champs. Et remplissez la fosse./Que la terre écrase la tête sacrilège de Phèdre. »

Dans La traduction de Florence Dupont, plus rythmique, Thésée se refuse à prononcer le nom de Phèdre : « Vous, préparez le bûcher royal et mettez-y le feu !/ Vous, allez là-bas ! / Parcourez les champs/ Recueillez les débris épars dans la campagne/ Cherchez !/ Celle-là, qu’on la jette dans une fosse/ Que la terre lui écrase la tête/ Et étouffe ses désordres ! ».

Étonnante pièce où s’agrègent trois passions aveuglantes : la chasse et la vie sauvage (Hippolyte), l’amour sans entraves (Phèdre), la guerre sans fin (Thésée). « Cette nouvelle traduction et adaptation s’inscrit dans un travail personnel de confrontation aux textes anciens (la Bible, saint Augustin, La Chanson de Roland, Virgile, Shakespeare…). Elle tente de faire entendre dans une langue française contemporaine la vigueur, la violence, l’étonnement de ce texte qui se met à résonner étrangement avec nos propres violences aujourd’hui » écrit Boyer. Qui ajoute justement : « Tous les personnages de cette pièce cèdent à la furor, à la passion, à la transgression ». Sur cela , Lavaudant pianote. Chaque acteur étant comme une note. A chacun sa tonalité.Pas de décors, pas costumes qui se la jouent. Des mots en acte et des acteurs en scène. Basta.

Après avoir dirigé des dizaines d’années durant des grands établissement ( àGrenoble, Paris en passant par Lyon), Lavaudant, libre comme l’air, dirigeant une jeune compagnie hors d’âge, signe désormais des mises en scène pour le plaisir du faire et de la rencontre. Les meilleures comme cette Phèdre semblent comme sorties comme naturellement de ses doigts experts en acteurs et lumières (signées avec Christobal Castillo-Mora) entouré de vieux complices : Jean-Claude Gallotta ( chorégraphie) et Jean-Louis Imbert (musique). Dix jours de répétition ont suffit pour mettre en scène es cinq actrices et acteurs amis et performants : Astrid Bas (Phèdre), Aurélien Recoing (Thésée) Maxime Taffanel (Hippolyte), Bénédicte Guilbert (nourrice) et Mathurin Voltz (messager). Aller hop !

Le chiffre cinq semble porter bonheur à l’ami Jo. C’était aussi le nombre des acteurs de son spectacle le plus mythique et le plus joué  de tous : La rose et la hache, d’après Richard III ou l’horrible nuit d’un homme de guerre, une adaptation foisonnante de Shakespeare par Carmelo Bene (dont l ‘œuvre a été traduite en français et commentée par Jean-Paul Manganaro, Carmelo Bene a aussi signé avec Gilles Deleuze le précieux Superpositions). Un nombre incalculable de représentations qui se sont étalées sur quatre décennies. Un jour, le cultureux émérite René Koering demande à Lavaudant s’il existe une captation de La Rose et la hache. Lavaudant comme Planchon ou Chéreau appartient à la génération d’avant les captations, il ne s’en est jamais préoccupé. Non, il n’existait pas de captation de La rose et la hache. Alors saint Koering met l’affaire entre les mains de son fils Ephrem qui touche sa bille en la matière.

Pour l’occasion, le spectacle est donc joué une dernière fois il y a deux ans au théâtre de Versailles . Avec toujours Georges Lavaudant, extraordinaire dans le rôle de la reine Marguerite et bien entendu le fabuleux Ariel Garcia-Valdès dans le rôle-titre. Tous les deux accompagnés cette fois par Astrid Bas (Élisabeth), Philippe Morier-Genoud (Édouard et Buckinggham) et Irina Solano (Lady Anne). Un spectacle et une captation d’une rare intensité. Le décor inoubliable de Jean-Pierre Vergier reste inchangé : une longue table couverte d’ une nappe blanche elle-même débordant de verres à demi vide ou à moitié plein de liquide rouge. Cette captation très travaillée et très réussie a été pour la première fois projetée sur grand écran au Théâtre Jean-Claude Carrière, lieu phare du Printemps des Comédiens à Montpellier, devant un public majoritairement jeune qui découvrait ce spectacle mythique.

La projection était suivie d’un bijou, Ariel Garcia-Valdès, parole d’un acteur, réalisé en 2020 dans les coulisses de la représentation à Versailles par le même Ephrem Koering. 25 mn qui devraient tourner en boucle dans toutes les écoles de théâtre, consacrées à celui qui dirigea celle de Montpellier et n’en fit aucune. Ariel raconte comment, adolescent, il allait dans les sentiers de montagne au dessus de Grenoble et, ayant pour seuls spectateurs les arbres, les roches et les animaux, des heures durant il disait de la poésie. Ce fut là sa seule école. Il raconte bien d’autres choses. Un document rare.

Ces événements sont passés. Le Festival Le Printemps des comédiens continue jusqu’au 25 juin.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt