jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

963 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2018

Laurent Cazanave embrasse le théâtre avec la langue

Acteur fétiche de Claude Régy, Laurent Cazanave écrit et met en scène « Tous les enfants veulent faire comme les grands », une pièce où l’éveil des sens et l’éveil d’une écriture se font des bises.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "tous les enfants veulent faire comme les grands" © Jean-Louis Fernandez

On a beau ne plus être enfant depuis longtemps, quand on ouvre un livre « pour enfants » qui déploie en relief un paysage de papier (château hanté, forêt mystérieuse), on tombe sous le charme et on retombe en enfance. C’est une forêt de papiers découpés en forme d’arbres blancs ciselés qui occupe la scène avec en son centre une souche où vont s’asseoir les deux amoureux comme sur un dessin de Peynet et on tombe sous le charme de ce décor. On y voit bientôt deux adultes jouer à cache-cache entre les arbres de papier dressés sur l’étroite scène, et non deux acteurs adultes imitant tant bien que mal des enfants. Ce travail de glissement fait le charme de la pièce de Laurent Cazanave Tous les enfants veulent faire comme les grands.

On aurait aimé écrire que c’est la première pièce de cet acteur qui nous a emporté loin dans les spectacles de Claude Régy en particulier avec des textes de de Tarjei Vesas, écrivain qui est pour lui un modèle. On aurait aimé écrire qu’il est on ne peut plus charmant qu’une première pièce ait pour sujet le premier baiser. Sauf que non. Ce n’est par la première pièce de cet acteur sorti de l’école du Théâtre national de Bretagne en 2009 et les deux amoureux qui prennent place sur la souche ne sont pas des pré-ados au cœur battant s’apprêtant à connaître pour la première fois les délices et les affres du premier baiser.

Elle, plus âgée que Lui, apparaît à tout le moins plus expérimentée et décontractée. « Des rencontres, j’en ai fait. Beaucoup. Trop, certains diront. Des hommes sont venus me voir. Des femmes aussi. J’ai déjà embrassé, tu sais. J’ai déjà fait l’amour », lui dit-elle. Lui, plus jeune, plus gauche, plus craintif (« Tu es beau. Tu as le regard de ces petits garçons qui ont peur du noir », dit-elle) prétend avoir déjà embrassé quinze filles. Elle lui demande s’il va lui faire l’amour. « Dans un premier temps, nous baiserons comme des bêtes. Comme des bêtes. Juste physiquement. Juste le plaisir d’un autre corps collé contre son propre corps », dit-il, un rien vantard, ayant fantasmé des films et peut-être encore vierge, on ne sait, on se saura pas. L’amour viendra après, « petit à petit ». C’est assez mignon, un peu trognon.

Ils sont là face à face, ils s’effleurent avec leurs mains, se touchent mutuellement le front comme le font certains animaux, retardent, autant que possible, le moment où leurs lèvres se toucheront et se mêleront, attendant que le désir, nourri de leurs mots n’en finissant pas de danser l’approche, n’en puisse plus.

Pour écrire sa pièce, Laurent Cazanave dit s’être inspiré de deux textes : Le Camion de Marguerite Duras et Les Beaux Jours d’Aranjuez, un dialogue d’été de Peter Handke. Deux balises qui éclairent le chemin de son écriture encore en devenir.

Le metteur en scène qu’il est a su s’entourer d’acteurs complices : Flora Diguet (Elle) et Nathan Bernat (Lui) sortis de l’école du TNB respectivement en 2006 et 2013, et les deux joueurs de cache-cache, accessoirement musiciens, Hector Manuel lui aussi sorti de l’école du TNB (en 2015) et Michaël Pothlichet qui, comme Laurent Cazanave, est passé par la troupe des Enfants de la Comédie de Karin Catala.

Théâtre des Déchargeurs, 19h30, du mar au sam, jusqu’au 18 octobre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra