jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

C’est bien, c’est chouette, chez Laurène

« Pour un tant soit peu », premier spectacle de la compagnie Je t’accapare. Aux manettes Fanny Sintès, écriture et jeu Laurène Marx. Atout, à tout trans !

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Pour un tant soit peu" de et par Laurène Marx © dr

Sur la petite scène du Théâtre de Belleville, un micro posé sur pied. Laurène Marx (née en 1987), cheveux blonds et autres, tenue hybride, colorée, se pose devant le micro, et ça commence. Un monologue ? Plutôt un dialogue avec elle-même où le « tu » tient de l’adresse à soi-même autant qu’à l’assistance. « Puis tu dis… Y’ a un tas de variantes en fait, mais l’idée c’est un truc du genre : ah...ok, merde...je suis une meuf, je crois..Je suis une trans, je crois... » Début d’une longue logorrhée.

Stand up ? Pas vraiment. Comme dire ? Des injonctions balancées à soi-même mâtinées de confessions, pas de côté, dialogues possibles, invectives, de tu à toi et à tue-tête, flot continu... Bientôt s’instaure une dialogue micro / hors micro. Le récit est suffisamment troué de salves pour ménager des improvisations que l’on ne soupçonne pas. Une sorte de virtuosité à nu, des mots dégainés comme des lames, les larmes aussi sont des armes.

« Y a urgence, tu te dépêche de vivre, même en désordre, même à l’envers, tu peux tout être, tu dois tout être. / Bien sûr...ils sont tout un tas dehors, qui t’attendent avec des torches et des fourches comme dans la belle et la bête tu sais, et si tu crois que t’es plus belle que la bête bah tu sais pas te servir d’un miroir chérie et tu peux tout être dans cette société, mais pas un travelo. Là, tu joues ta vie ». A la ville comme à la scène.

Ce texte, Pour un tant soit peu, est le fruit d’une commande passée par le festival Lynceus qui se tient chaque été à Binic en Bretagne. Une première version du texte y a été lue, ce qui allait déboucher sur deux mises en scène, chacune signée par une des co-fondatrices du festival : Lena Paugan dont une avant-première de sa mise en scène a été donnée au Train bleu lors du dernier festival d’Avignon, et aujourd’hui au Théâtre de Belleville, la mise en scène de Fanny Sintès avec, seule en scène Laurène Marx, ensemble elles viennent de la compagnie Je t’accapare.

Loin d’un monologue-confession, Pour un tant soit peu nous offre la richesse et les rythmes d’un théâtre à plusieurs voies-voix et registres entre micro, sans micro, entre dialogue intérieur/extérieur :

«SANS MICRO . « Et pour le bas , vous allez faire quoi ? »

MICRO Tu ne sais pas...Tu n’y avais pas vraiment pesé. Enfin si. Tu y avais pensé mais pas pensé Pensé.

Dialogue intérieur SANS MICRO JARDIN .Je ne crois pas que cela un fin en soi… J’avais pensé à être heureuse avant de penser au bas. ...Tu ne vas pas répondre ça. NE répond PAS ça. Tiens -toi bien. Pour une fois, tiens toi bien. C’est ta vie.

MICRO. Tu vas répondre ?

Dialogue extérieur SANS MICRO COUR. Le bas ? Ah ben , je veux une chatte. J’en veux même deux, si possible. Une devant, une derrière, où vous voulez. J’adore les organes génitaux. J’en suis moi-même une grande consommatrice. Et si je pouvais, je vais vous avouer un truc que je n’ai jamais dit à personne mais… Je serai moi-même un organe génital. Honnêtement ». »

Un peu plus loin cette injonction : « J’’ai été intense hein ? Mais t’inquiète ;, la suite est plus douce. Respire ».

Laurène Marx fraie un chemin de traverse dont elle invente les balises en avançant. Elle appelle cela joliment un stand up triste. « Dans un stand up triste on ne recherche pas forcément le rire de l’auditeur mais on s’applique à produire une rythmique furieuse qui permet d’enchaîner les idées et les concepts sans jamais perdre l’attention du spectateur. Dans un stand up l’auditeur attend forcément le prochain moment où il devra rire, dans un stand up triste, il ne pourra pas se détacher de l’inquiétude de se demander ce qui va venir après, un rire ou une larme. » Ce ne sont pas seulement des mots. C’est là, palpable, vibrant devant nous.Oui, elle est "intense".

Pour un temps soit peu au Théâtre de Belleville, les lun, mar, sam 21H15, dim 17h30, jusqu’au 29 nov. Le texte est publié aux Éditions théâtrales.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani
Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial