jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1002 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2015

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

La mairie écolo de Grenoble veut municipaliser le Tricycle, tollé des artistes !

A Grenoble, l’excellent collectif Tricycle programme et anime le Théâtre 145 et le Théâtre de Poche. Belle entité. La mairie écolo entend y mettre fin et municipaliser les deux salles. Economie ou connerie ?

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sous couvert d’économie budgétaire, la ville de Grenoble entend raccourcir la tête etjeter aux orties l’indépendance du Tricycle en matière de programmation et d’animation, et mettre les deux salles que gère le collectif Tricycle sous la tutelle du théâtre municipal, en régie directe.

Le poumon des compagnies

C’est une très mauvaise idée et un très mauvais calcul. La vie théâtrale d’une grande ville comme Grenoble a besoin de diversité, de contre- pouvoirs. Ne voir la vie théâtrale grenobloise qu’à travers deux entités, la MC2 d’un côté et le théâtre municipal et ses succursales de l’autre, c’est banaliser et corseter le paysage.

L’histoire de la ville le prouve. Contentons-nous de mentionner le Théâtre partisan d’où allaient sortir Georges Lavaudant, Ariel Garcia Valdès et toute la bande, le théâtre du Rio (lui aussi municipalisé sous l’équipe précédente) ou le groupe Alertes de Chantal Morel et son Petit 38. Le poumon du théâtre en France, ce sont les compagnies, les collectifs. Ils ont besoin, surtout dans les grandes villes, de lieux qui les repèrent, les accueillent, les suivent, les programment. Il faut des petites maisons pour cela et des êtres à l’écoute. C’était le cas de l’association Tricycle et de son équipe (huit artistes travaillant sur tous les fronts) forte de ses deux salles. C’est une affaire de relations personnelles, de confiance, de prises en commun d’envies, de rêves, de risques.

Or que propose Corinne Bernard, l’adjointe à la culture grenobloise ? Elle reconnaît publiquement (conseil municipal du 19octobre) qu’« effectivement le bilan [du Tricycle] est bon », mais elle entend pourtant y mettre fin (à l’issue de la saison 2015-2016). Pourmettre en place une structure technocratique (pour ne pas dire bureaucratique) aux allures d’usine à gaz.Elle annule l’expertise du Tricycle, les liens noués au fil des années, et elle entend noyer cela dans un « fonds d’aide à la création ». Pour le « gérer », elle réunira une armée mexicaine soit « tous les programmateurs », « les gens du théâtre municipal », la « Direction des affaires culturelles », le « conservatoire », mais encore la MC2, la directrice de l’Espace 600, etc. (Entretien avec le site grenoblois Placegre’net).

Le poumon de la création

On connaît les limites de ce genre de grosse commission : elles vont vers le connu plutôt que l’inconnu, le moyen plutôt que l’exceptionnel, l’ordinaire plutôt que l’extraordinaire. Banalisation et nivellement par le bas assurés. Un boulevard pour l’opportunisme et le populisme.

Chaque lieu culturel se doit d’avoir une identité propre, alliant équipe et projet. C’est ainsi que sefaçonne un esprit et qu’on fidélise un public. Instaurer une bipolarité de la vie théâtrale la MC2 d’un côté, le théâtre municipal et ses succursales de l’autre nuira à la santé de la nécessaire diversité.

Je ne voudrais pas offenser Corinne Bernard, maisson projet de régie directe, de municipalisation à tout va et d’un fonds d’aide (ponctuelle) sont des mauvaises idées, si mauvaises qu’elles seront lues ailleurs avec attention et intérêt par d’autres élus, en particulier ceux de la droite extrême. Les compagnies, naissantes ou pas, ont besoin de continuité et d’interlocuteurs identifiables, la vie artistique au coup par coup décidée administrativement par un aréopage, les fragiliseraient encore plus.

Le poumon du bénévolat

Autre point très étrange : le fonctionnement du Tricycle est celui d’un collectif d’artistes qui font ce travail bénévolement, la municipalité devrait s’en réjouir. Eh bien non.  « Je ne crois pas au bénévolat », clame Corinne Bernard (site Placegre’net). Elle a tort. Les ATP, (amis du théâtre populaire) pour ne citer qu’eux, sont des bénévoles comme bon nombre de militants associatifs, les grands festivals ont drainé dans leur sillage des flopées de bénévoles, et puis quoi de moins polluant qu’un bénévole ?

Enfin, dernier point, commun à bien des élus de tout bord et, on le constate, les écolos grenoblois n’y échappent pas : on brandit le spectre de l’élitisme. Le Tricycle serait un temple de l’entre-soi, croit-on entendre. En vérité, en privilégiantla création et en prenant tous les risques qui lui sont liés, le Tricycle fortifie le pouls de la vie artistique grenobloise, ce qui ne va pas sans errements et sans découvertes, loin des sentiers battus. Et c’est cela qu’on veut arracher comme une mauvaise herbe ?

Les artistes et pas seulement eux, et pas seulement à Grenoble, se sont émus de cette situation. Une pétition circule. Elle est impressionnante (lire et/ou signer ici).  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial