jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

960 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2022

Dernières nouvelles de la bande à Béasse

REPRISES. Après la création de « Ceux-qui-vont-contre-le-vent »au dernier festival d’Avignon, Nathalie Béasse et sa bande paraachèvent la tournée du spectacle en s'installant au Théâtre du Maillon dix jours durant, reprenant deux autres créations "Tout semblait immobile" et "Aux éclats", animant des ateliers une soirée DJ,etc.Tout un "paysage" bluffant, surprenant et irracontable,

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Ceux-qui-vont-contre-le-vent" © Jérôme Blin

Avec ou sans toit, tous les spectacles de Nathalie Béasse tombent du ciel. On ne sait trop ce que c’est. Un oiseau échappé de son nid qui pépie? Une brique de chantier qui, au terme de sa chute, échoue miraculeusement dans une flaque d’eau  laquelle éclabousse la robe à fleurs d’une passante qui, elle-même, dans un mouvement de recul, décanille le bouquet de bleuets que tient un homme cravaté qui passait par là, les deux finissant six mois plus tard, par vivre un temps ensemble avant de divorcer à l’amiable l’année suivante… des choses comme ça. C’est fou comme les spectacles de Béasse dégoupillent l’imagination du spectateur. On pourrait également se demander si son nouveau spectacle Ceux-qui-vont-contre-le-vent ne serait pas aussi le bouquet des précédents dans un nouveau paysage riche en nouvelles fleurs et tous façonneraient un nouveau pot  pour étoiler l’ensemble.

Bref, on ne sait trop ce que c’est. Une pluie de vêtements que la bourrasque remporte ? Une comptine que se refilent les nuages ? Une danse des origines ? Un rite initiatique ? Tout cela et bien d’autres choses. Autrement dit un OTNI (Objet Théâtral Non Identifié) si vous avez la manie des catégories et des classements. Mais est-ce bien nécessaire ?

Personne n’a jamais fait et ne fera jamais le tour d’un spectacle de Nathalie Béasse. On ne sait par quel bout les prendre ne serait-ce parce qu’ils sont faits, de plus en plus, de petits bouts. Ils sont donc irracontables, d’ailleurs il n’y a pas de narration, pas plus que de personnages, pas de pitch pas plus que de chichis. il y a des corps en mouvement qui parfois ont quelque chose à dire, à fredonner, à tournicoter. Ça bouge tout le temps. C’est d’abord une histoire de personnes qui se retrouvent ensemble le temps d’un pique-nique de gestes, d’actions collectives (le plus souvent), de mots arrachés à quelques livres aimés sur un plateau de théâtre (Gertrud Stein, Duras, les écrits des indiens d’Amérique du nord, etc). Dit autrement, c’est un enchaînement de marabout-bout-de-ficelles (ce que suggèrent les tirets du titre), une sorte de confrérie du gigotis (inventons ce mot) en séance plénière de jour comme de nuit.

Les sept (qui ne sont pas des nains pas plus que Béasse n’est une Blanche Neige) de Ceux-qui-vont-contre-le-vent (j’ai nommé Mounira Barbouch, Estelle Delcambre, Karim Fatihi, Clément Goupille, Stéphane Imbert, Noémie Rimbert, Camille Trophème) sont souvent de fidèles acteurs des spectacles de Nathalie Béasse tout comme la musique de Julien Parsy. Le mot acteur chez elle renvoie à la personne et non à je ne sais quel personnage ou métier. Dit autrement (bis), chez Béasse il n’y a d’autres personnages que les personnes et leur richesse. Mieux vaudrait parler de magicien, de prestidigitateur, d’ouvriers spécialisés. Tous se démènent pour raconter une histoire qui ne raconte rien d’autre que ce qu’il advient d’un groupe de zigotos lâchés sur un plateau en compagnie d’une chamane en goguette venue d’Angers, avec son sourire énigmatique, son sac à visions, deux ou trois livres lus et relus, des musiques amies et dans son poudrier magique (qui est une poudrière) une curiosité insatiable du genre humain et des choses, des bricoles de la vie ordinaire. On peut aussi y voir un baromètre du temps qui passe.

Ceux-qui-vont-contre-le-vent comme le titre l’indique montre que l’homo sapiens doit se coltiner les éléments. Les sept ne tiennent pas debout mais c’est pour mieux se redresser. Ça pleut des seaux, ça glisse, ça fait des rondes, ça enferme, exclut, rassemble. Ça lutte ferme, ça chute, ça se relève. Ça remet ça.

Ceux-qui-vont-contre-le-vent a été créé en juillet 2021 au Cloître des Carmes dans le cadre du festival d’Avignon. Sa tournée commencée au Théâtre de la Bastille s'achèvera  les 29 et 30 mars à la Rose des vents (Villeneuve d’Ascq). Auparavant  la compagnie Béasse vient de s'installer pour dix jours au Théâtre du Maillon à Strasbourg pour un "paysage"avec cette création et deux anciens spectacles (Tous semblait immobile et Aux éclats), des ateliers, des rencontres, une soirée DJ, etc. Jusqu'au 26 mars.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre