jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1004 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2021

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Entendre « La Question » d’Henri Alleg

Qu’on le découvre ou qu’on le retrouve, le livre témoin d’Henri Alleg, récit de son corps torturé pendant la guerre d’Algérie par des paras français, reste un brûlot implacable qui s’en tient aux faits. Avec raison, le metteur en scène Laurent Meininger a voulu le porter à la scène, confiant les mots de « La Question » à ce remarquable acteur-diseur qu’est Stanislas Nordey

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "La Question" © Lila Gaffiero

En prison, après avoir été longuement torturé par les paras français sans avouer quoi que ce soit, en choisissant de titrer son livre La question écrit discrètement dans sa cellule, Henri Alleg faisait mouche. Il résumait tout en un mot : désignant à la fois les instruments de torture qui lui avaient brisé le corps sans en vaincre la résistance, ceux qui inlassablement l’avaient interrogé durement et salement et toutes les questions que son livre ainsi titré ne manquerait pas de poser à ses lecteurs, livre écrit à partir d’un unique credo : les faits.

Directeur d’Alger Républicain, Henri Alleg entre dans la clandestinité lorsqu’en 1955 son journal est interdit. Journaliste, militant communiste, il continue d’écrire et d’envoyer des articles en France (certains sont publiés par L’humanité).Le 12 juin 1957, il tombe dans une souricière : il est arrêté par les parachutistes de la 10e DP5 qui l’attendent chez son ami Maurice Audin, arrêté la veille. Le voici à El-Biar.

« Dans cette immense prison, dont chaque cellule abrite une souffrance, parler de soi est une indécence. Au rez-de-chaussée, c’est la « division » des condamnés à mort. Ils sont là quatre-vingts, les chevilles enchaînées, qui attendent leur grâce ou leur fin. Et c’est à leur rythme que nous vivons tous ». Ainsi commence La Question. Le ton est volontairement sec, froid, descriptif. Des faits, des faits, des faits. Alleg décrit. Ce qu’il a vu, les tortures qu’il a subi (il ne nous épargne aucun détail), ceux qu’il a rencontré. Les bourreaux et leurs blagues atroces , les victimes réduits à de la viande. Implacable. C’est le témoignage personnel d’un rescapé, c’est un témoignage qui vaut pour tous les torturés de l’armée française en Algérie et ailleurs, qu’ils aient survécu ou qu’ils aient été liquidés. Nombre de pages nous saisissent. Ainsi ce moment où les paras tortionnaires vont chercher son ami Audin :

« ‘Allez Audin, dites-lui ce qui l’attend. Evitez-lui les horreurs d’hier soir’ . C’était Charbonnier qui parlait. Erulin me releva la tête. Au-dessus de moi je vis le visage blême et hagard de mon ami Audin qui me contemplait tandis que j’oscillais sur les genoux. ‘Allez, parlez-lui’ dit Charbonnier. ‘C’est dur, Henri’ dit Audin. Et on le ramena. ».

Transféré au camp de Lodi, c’est là qu’il commencera à écrire La Question. Publié aux éditions de Minuit, en février 1958. Le livre est vite interdit, les journaux qui en publient des extraits, saisis. Il circulera clandestinement, passera entre des milliers de mains. Condamné à dix ans de prison, Henri Alleg sera transféré à la prison de Rennes d’où il s’évadera lors d’un séjour à l’hôpital, se réfugie en Tchécoslovaquie, revient en France après les accords d’Evian, retrouve Alger et le nouvel Alger Républicain. Le coup d’état de Boumédienne l’oblige à partir en 1965. Il retrouve la France, intègre la rédaction de L’Humanité et suit la ligne du parti communiste. Plus tard en 1998 il condamnera la « la dérive social-démocrate du PCF qui abandonne son authenticité communiste ».

Alleg restera avant tout comme l’homme qui a posé La question, celle de la torture et des morts expéditives dans l’armée française, un livre – traduit dans le monde entier qui reste fortement actuel à l’heure où l’ouverture totale des archives concernant la Guerre d’Algérie continue de connaître des soubresauts et où son traumatisme s’inscrit dans le sous-texte des Élections présidentielles. Fort heureusement, une nouvelle génération d’historiens creuse ces questions. Citons le magistral et précis ouvrage de Raphaëlle Branche La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (Folio Histoire).

« Si je souhaite faire entendre ce texte, ces mots, cette histoire autobiographique, c’est parce qu’elle parle d’un homme qui reste fidèle à ses conviction, quel que soit le prix pour lui-même. Cet endroit de la résistance, du courage, de la dignité, de la défense des valeurs fraternelles, m’émeut profondément » écrit l’acteur et metteur en scène Laurent Meininger qui a fondé la compagnie Forget me not en 2011.

Quand il a proposé à Stanislas Nordey de porter ce texte sur une scène, le directeur du Théâtre National de Strasbourg au calendrier on ne peut plus chargé, n’a pas pu dire non. Il est là, seul en scène, entouré d’ombres invisibles, devant un rideau vibrant. Sa diction est aussi sobre que celle du texte. Ses bras, ses jambes, sa démarche soutiennent les mots en les accompagnant. Comme tout remarquable diseur, l’acteur Nordey est un éclaireur. Que l’on connaisse ou pas ce texte, l’entendre est un choc salutaire.

A la fin, Nordey se tourne vers un écran blanc au-dessus de lui, et, par le bras, désigne les mots qui viennent d’y défiler : les intitulés des lois et décrets qui ont amnistiés les Charbonnier, les Erulin, tous les tortionnaires de la guerre d’Algérie.

Création au Théâtre des quartiers d'Ivry, jusqu’au 17 janv, du mar au ven 20h30, sam 18h, dim 17h. Puis tournée : Quartz de Brest du 8 au 10 mars, Granit de Belfort du 17 au 18 mars, Théâtre 14 à Paris du 22 au 26 mars, L’archipel de Fouesnant le 29 mars, , Théâtre national de Strasbourg, été 22

La Question, par Henri Alleg, Éditions de Minuit, collection double , 94p, 6, 90 €

La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie par Raphaëlle Branche, 808 p, Gallimard Folio Histoire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre