Gilles Ostrowsky fait de sa maladie dégénérative un spectacle jubilatoire

Entouré de comédiens amis, l’acteur Gilles Ostrowsky, atteint d’une maladie qui l’entrave chaque jour un peu plus, raconte dans « Voyage en ataxie » et met en scène (avec Sophie Cusset) son chemin de croix pas seulement médical. Pathétique ? Non, magnifiquement drôle..

Scène de "Voyage en Ataxie" © Alain LMonot Scène de "Voyage en Ataxie" © Alain LMonot

« Je te dirais ce que je sais...c’est à dire pas grand-chose...comme les médecins...C’est une maladie dégénérative dans le sens où ça évolue pas en bien, ça se dégrade doucement, très doucement, ça attaque d’abord l’équilibre, et puis l’élocution, j’ai envie d’en faire un spectacle ». Ce sont là, quasiment, les premiers mots du spectacle Voyage en Ataxie.

Gilles 1 , le père, s’adresse ainsi à son fils L qui veut aussi être acteur, il lui propose de jouer dans le spectacle et prévient : « il faut que tu comprennes qui si on se lance dans ce processus, alors tout peut être utilisé, la frontière entre le réel et la fiction va devenir trouble.Par exemple la conversation qu’on a là pourra très bien être utilisée, mot pour mot ». Et c’est le cas. D’emblée, Voyage en Ataxie, caracole dans le vertigineux. Bien que le sujet soit des plus poignants, cela sera de bout en bout diablement cocasse.Une comédie, oui, une drôle de comédie.

L’auteur de la pièce est l’acteur Gilles Ostrowsky. Il est atteint effectivement de cette maladie, dite MSA, une atrophie multi-systématisée ou ataxie cérébelleuse comme le lui a dit une neurologue.. Ne pouvant plus physiquement assumer son rôle, il le confie à l’acteur Thomas Blanchard. Ce qui nous vaut cette réplique dite par Blanchard jouant Ostrowsky tout en restant lui-même « je me dis qu’il faut que je songe à me remplacer, le 8 octobre [2019], je demande à Thomas de jouer mon rôle [celui de Gilles1]. Le 8 octobre Gilles Ostrowsky est venu me voir pour le demander de jouer son rôle, j’ai dit oui, je SUIS Thomas Blanchard ». La scène suivante se passe sur le divan d’un psy où Gilles1, c’est à dire Gilles Ostrowsky joué par Thomas Blanchard dit : « J’ai l’impression d’avoir des troubles de la personnalité » et le psy croyant le rassurer « Je peux vous assurer que vous être bien Gilles Ostrowsky ».. Formidable Thomas Blanchard. Toute la pièce et le spectacle sont ainsi traversés par des gaguesques renversements.

Celui qui joue L, c’est à dire tous Les autres, c’est le non moins formidable Grégoire Oestermann. Il est le fils de la première scène puis chaque soliste du chœur médical (médecin traitant, spécialiste ami du médecin traitant, Hélène la neurologue, etc) mais aussi « l’ami africain » qui propose la potion magique du « remède musulman » et « Frédéric le camionneur » qui est aussi sorcier, etc. A chaque scène son gag, ses gags. On sourit, on rit et l’auteur, Gilles Ostrowsky,qui se tient sur le côté droit de la scène, assis devant un ordinateur comme un régisseur, sourit en regardant ses camarades raconter l’histoire qu’il a écrite à partir de ce qu’il est en train de vivre. Gilles 1, son double, raconte avoir souvent fait le clown en scène avec des gestes fuyants et malhabiles, et voilà que son personnage le rattrape : il voit son corps se  « clownifier ».

L’acteur-auteur, fort de beaux compagnonnages avec l’auteur Eugène Durif ou le metteur en scène Jean-Michel Rabeux, pour ne citer qu’eux, connaît la musique. Celle de la scène et celle des coulisses. Il ne se prive pas de faire la satire des « programmateurs » frileux, tel ce « directeur de théâtre avec fausses dents » qui trouve son projet « intéressant », mais...Il a également l’intelligence de ménager dans son spectacle quelques ponctuations musicales qui sont autant de respirations lui permettant de faire corps avec ses camarades en les rejoignant.Tel ce moment, où affublés de masques de Johnny Halliday, les trois lascars gigotent sur Gabrielle.

Sophie Cusset cosigne la mise en scène avec Gilles Ostrowsky (tous les deux et Jean-Mathieu Fourt ont fondé ensemble la compagnie Octavio). Clédat &Petitpierre a eu la bonne idée de concevoir une scénographie faite de matelas gonflables qui sont, pour les deux acteurs, comme autant de partenaires.

Le spectacle Voyage en ataxie devait être créé au Quartz de Brest du 12 au 14 janvier. Il l’a été, mais devant un public restreint (professionnels et journalistes). Il devait ensuite effectuer une tournée du 17 au 19 fév à la Comédie de Picardie d’Amiens ; puis le 4 mars à l’Odyssée de Périgueux, le 9 mars au Théâtre Firmin Gémier, piscine d’Antony et du 16 au 18 mars au CDN de Besançon. Toutes ces dates sont annulées. Représentations pour professionnels  du 28 au 30 mars au Lokal à Saint-Denis. Représentations publiques en juillet prochain au CDN d'Orléans et au CDN de Besançon( dates à venir). Puis tournée en cours pour la saison 2022/23.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.