jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

880 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Comment ne rien dire de « Silêncio » ?

Le Français Cédric Orain et le Portugais Guilherme Gomes ont écrit et mis en scène « Silêncio », spectacle en français et en portugais avec une distribution portugaise. Mais comme en parler sans rompre le Silêncio ? Comment parler du spectacle en se taisant ? On va essayer mais chut, motus, ne dites rien.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Silêncio" © Raynaud de Lage

Mieux vaut être deux pour parler du silence. Seul, il suffit de se taire pour entendre le silence, y penser, l’écouter, voire l’interpeler ( que veux-tu me dire ? Pourquoi ne dis-tu rien?). Oui, mais sans rien dire, comment  en faire part ? Comment partager ? C’est ainsi que le metteur en scène français Cédric Orain (on se souvient de son fameux D comme Deleuze) a croisé dans une rue de Lisbonne l’acteur et metteur en scène portugais Guilherme Gomes, fondateur du Teatro da cidade en 2015 avec des amis.

Quand un homme de théâtre français rencontre un homologue portugais à Lisbonne le plus souvent, il lui demande (outre un endroit où bien bouffer) où peut-on voir la malle de Fernando Pessoa ? .Le Portugais qui a lu et relu Le livre de l’intranquillité botte en touche en proposant d’aller boire un verre et, après quelques verres, à renfort de tapes dans le dos, les deux en conviennent : « il faut  faire quelque chose ensemble » . Aucun des deux ne parlant bien la langue de l’autre, la conversation a généralement lieu en anglais, langue que les deux interlocuteurs font mine de parler couramment. Et c’est donc en anglais que Cédric et Guilherme ont décidé d’écrire une pièce ensemble mais chacun dans sa langue. Oui, mais une pièce qui parle de quoi ? Là, chacun a réfléchi sans rien dire. Le silence allait devenir pesant quand l’idée commune a jailli : « écrivons une pièce sur le silence ! » .

« Nous avons besoin de silence pour faire naître une pensée qui va ensuite se développer, se construire dans et avec le langage. On pourrait dire que c’est dans le silence que toute pensée se fonde » a développé le Français. « Le silence comme véhicule pour un dialogue plus approfondi, bien au-delà des paroles anticipées ou préconçues. En même temps, le silence est finalement le compagnon de tous les spectacles et de toutes les énigmes à résoudre » a poursuivi le Portugais. Alors ils se sont mis au travail et les répétitions en français et en portugais ont commencé avec des acteurs portugais dont Guilherme Gomes en personne

Dans leurs travaux d’approche, ils sont allé à la source du langage là où se niche le silence, là où commence son empire lequel, souvent violé, cependant demeurant inviolable car infini (surtout la nuit dans les déserts). Comme c’était à prévoir, le mystère du silence a volé la vedette au langage, ce bavard, et laissé les deux amis bouche bée. Obstinés randonneurs de l’infini, pour mieux y voir clair, ils ont alors emprunté en moyenne montagne les sentiers balisés de l’ethnologie. Pour la route, Cédric avait emporté des barres chocolatées : plusieurs textes de Pascal Quignard dont La Frontière et, en cas de fringale, Le silence de Nathalie Sarraute. Curieusement, les deux compères ne mentionnent pas  Le silence , ce bel ouvrage de John Cage. Sans doute parce qu’alors ils ont eu une autre idée (c’est mentionné dans le programme sinon je n’en aurais rien su) : l’art de l’azulejo. « Nous ne pouvons pas donner de voix à des figures muettes, prises dans des carrés de céramique  raconte Guiherme, cependant est-ce peut-être dans ce puzzle, dans ce tracé fragile du peintre, dans l’espoir de confection d’une pièce, que se trouve la clé d’un spectacle sur le silence ». Ah, c’était donc ça ! J’ai demandé Cédric et Guilherme s’ils avaient un double de cette clef. Le mot double les a fait rigoler. Alors, ils sont partis, sans rien dire, parlant silencieusement du silence en quelque sorte. Esseulé, je suis resté songeur à la porte de leur Silêncio..

Théâtre de la tempête (Cartoucherie) , du mar au sam 20h30, dim 16h30, jusqu’au 24 octobre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : le président réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro