jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

949 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

À l’est de l’amour, dans les chambres de l’ Hôtel Europa

La compagnie Hôtel Europa est le rejeton théâtral de la rencontre (amoureuse) entre le Portugais André Amálio et la tchèque Tereza Havličková. Leur dernier spectacle « Eastern loves » (amours de l’est) croise leur histoire avec celles de beaucoup d’autres exilés, déplacés, colonisés. Ils étaient logiquement à Metz au festival Passages Transfestival, les voici à Paris, au Théâtre des Abbesses.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Esatern loves" © Tmn Dachs

Au fond de la scène un mur de postes de télévisions, métaphore possible de bien des choses. On peut y voir un écho ironique au Mur de Berlin mais aussi une référence aux murs invisibles de la désinformation aveuglants les canaux des chaînes de télévision des pays autoritaires et pas seulement ( slogan de mai 68 « la télévision ment », en vogue ces jours-ci à Moscou, in petto). Le Portugais André Amálio commence par raconter sa propre histoire. Enfant, il est fasciné par les champions d’échecs qui viennent de l’est et d’abord de Russie. Des combats de géant. Lui-même, comme son frère, devient champion d’échecs du Portugal ce qui lui vaut d’aller pour la première fois à l’est, deux ans après la chute du mur.: « nous, nous avions vécu 48 ans de dictature fasciste, 500 ans de colonialisme portugais...mais quand je suis arrivé à l’Est, ce que j’ai vu, ce sont des personnes grises, des personnes qui ne souriaient pas dans le métro, ni dans les restaurants, ni dans la rue ».

Dix ans plus tard , lors d’un autre voyage à l’est, il tombe amoureux d’une artiste tchèque Tereza Havličková, et des années encore plus tard c’est avec elle qu’il signe ce spectacle. A cette histoire se mêlent tout de suite une autre histoire, celle de José Serra dont le père Jaime, souvent emprisonné dans son pays sous un régime dictatorial, dirigeait le parti communiste portugais clandestin.Pour le protéger, il envoie son fils de sept ans à Moscou, etc ; et voici que se greffe une autre histoire, celle d’un groupe d’exilés portugais à Prague , (à l’époque laa ville de l’est la plus facile à atteindre par train depuis Lisbonne via Paris ) ; mais encore l’histoire de Manueola Sambo qui vient des colonies africaines du Portugal et sa retrouve à Leipzig, en ex Allemagne de l’est. Etc.

Le spectacle,fruit de multiples témoignages ici entrecroisés, enchaîne ainsi des fragments de parcours de vies individuels qui sont souvent aussi celles des acteurs. On passe d’une bout de confession à un autre bout entrecoupés de scènes collectives dont la première met en scène un cours d’allemand pour exilés portugais venant d’arriver à Leipzig après la chute du mur mais avant le chute de la dictature au Portugal.

Quand ils se rencontrent le Portugais André Amálio vit dans son pays sous une dictature et la tchèque Tereza Havličková vit, elle, dans un pays dont les espoirs démocratiques du « printemps de Prague » viennent d’être écrasés par les troupes soviétiques. Leur définition du communisme les oppose : pour lui cela voulait dire « résistance, combat pour la liberté et contre l’oppression » , pour celle «  le communisme voulait dire oppression, occupation militaire, manque de liberté ». Ces visions sont éclairées par d’autres comme celles de Mbalango dont le frère et l’oncle sont partis du Mozambique pour aller étudier en RDA, Jorge, fils de militants communistes, parti faire ses études à Moscou en 1990 avec une bourse payée par le Soviétiques. Etc. S’en suit des histoires d’amours contrariées en RDA, un racisme anti noir assez palpable hier comme aujourd’hui à l’Est, une exploitation des ouvriers venus des colonies qui on promet de payer leur solde au retour au pays et qui ne toucheront rien et n’ont toujours rien touché.

Si le spectacle est fait de témoignages recueillis, et uniquement de témoignages, il est aussi agrémenté de scènes collectives festives (danses, gymnastique collective, défilé) inventée à partir de situations réelles comme cette réjouissante danse des bananes. La banane était une denrée rare à l’est avant la chute du mur et l’éclatement de l’URSS. Quand il y avait miraculeusement un arrivage, une fuite de l’information provoquait immédiatement une queue devant la boutique généralement étatique. Dès que l’on voyait une queue on se mettait dedans et ensuite on demandai taux autres pourquoi ils faisaient la queue. Et parfois c’était vraiment pour des bananes. Et parfois aussi, dans ces queues naissaient des « eastern loves» comme le dit le titre de spectacle.

Béatrice (l’un des actrices, allemande) vivait dans l’Allemagne de l’est, la RDA. La chute du mur a permis à son grand-père de venir voir ses sœurs. « La seule chose que j’ai rapporté de l’est, dit-elle, c’est mon carnet de santé ». Mais aussi « l ’envie de voyager et de choisir mes études. Et le fait de ne pas savoir vraiment à quel endroit j’appartiens ». Elle est devenue actrice, voyage, pense qu ’il faudra beaucoup de temps avant que l’Allemagne soit « un seul pays ». Comme ses voisins de scène Tchèques, Portugais,venus du Cap vert ou du Mozambique, elle a chambre avec vue sur le monde à l’Hôtel Europa, l’une des troupes le plus joyeusement cosmopolites d’Europe.

Eastern loves par la compagnie Hotel Europa, du 16 au 18 mai au Théâtre des Abbesses.

Le festival Passages Transfestival, se poursuit au Luxembourg à Esch-sur-Alzette (capitale européenne de la culture) du 20 au 22 mai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux