jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

963 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

À l’est de l’amour, dans les chambres de l’ Hôtel Europa

La compagnie Hôtel Europa est le rejeton théâtral de la rencontre (amoureuse) entre le Portugais André Amálio et la tchèque Tereza Havličková. Leur dernier spectacle « Eastern loves » (amours de l’est) croise leur histoire avec celles de beaucoup d’autres exilés, déplacés, colonisés. Ils étaient logiquement à Metz au festival Passages Transfestival, les voici à Paris, au Théâtre des Abbesses.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Esatern loves" © Tmn Dachs

Au fond de la scène un mur de postes de télévisions, métaphore possible de bien des choses. On peut y voir un écho ironique au Mur de Berlin mais aussi une référence aux murs invisibles de la désinformation aveuglants les canaux des chaînes de télévision des pays autoritaires et pas seulement ( slogan de mai 68 « la télévision ment », en vogue ces jours-ci à Moscou, in petto). Le Portugais André Amálio commence par raconter sa propre histoire. Enfant, il est fasciné par les champions d’échecs qui viennent de l’est et d’abord de Russie. Des combats de géant. Lui-même, comme son frère, devient champion d’échecs du Portugal ce qui lui vaut d’aller pour la première fois à l’est, deux ans après la chute du mur.: « nous, nous avions vécu 48 ans de dictature fasciste, 500 ans de colonialisme portugais...mais quand je suis arrivé à l’Est, ce que j’ai vu, ce sont des personnes grises, des personnes qui ne souriaient pas dans le métro, ni dans les restaurants, ni dans la rue ».

Dix ans plus tard , lors d’un autre voyage à l’est, il tombe amoureux d’une artiste tchèque Tereza Havličková, et des années encore plus tard c’est avec elle qu’il signe ce spectacle. A cette histoire se mêlent tout de suite une autre histoire, celle de José Serra dont le père Jaime, souvent emprisonné dans son pays sous un régime dictatorial, dirigeait le parti communiste portugais clandestin.Pour le protéger, il envoie son fils de sept ans à Moscou, etc ; et voici que se greffe une autre histoire, celle d’un groupe d’exilés portugais à Prague , (à l’époque laa ville de l’est la plus facile à atteindre par train depuis Lisbonne via Paris ) ; mais encore l’histoire de Manueola Sambo qui vient des colonies africaines du Portugal et sa retrouve à Leipzig, en ex Allemagne de l’est. Etc.

Le spectacle,fruit de multiples témoignages ici entrecroisés, enchaîne ainsi des fragments de parcours de vies individuels qui sont souvent aussi celles des acteurs. On passe d’une bout de confession à un autre bout entrecoupés de scènes collectives dont la première met en scène un cours d’allemand pour exilés portugais venant d’arriver à Leipzig après la chute du mur mais avant le chute de la dictature au Portugal.

Quand ils se rencontrent le Portugais André Amálio vit dans son pays sous une dictature et la tchèque Tereza Havličková vit, elle, dans un pays dont les espoirs démocratiques du « printemps de Prague » viennent d’être écrasés par les troupes soviétiques. Leur définition du communisme les oppose : pour lui cela voulait dire « résistance, combat pour la liberté et contre l’oppression » , pour celle «  le communisme voulait dire oppression, occupation militaire, manque de liberté ». Ces visions sont éclairées par d’autres comme celles de Mbalango dont le frère et l’oncle sont partis du Mozambique pour aller étudier en RDA, Jorge, fils de militants communistes, parti faire ses études à Moscou en 1990 avec une bourse payée par le Soviétiques. Etc. S’en suit des histoires d’amours contrariées en RDA, un racisme anti noir assez palpable hier comme aujourd’hui à l’Est, une exploitation des ouvriers venus des colonies qui on promet de payer leur solde au retour au pays et qui ne toucheront rien et n’ont toujours rien touché.

Si le spectacle est fait de témoignages recueillis, et uniquement de témoignages, il est aussi agrémenté de scènes collectives festives (danses, gymnastique collective, défilé) inventée à partir de situations réelles comme cette réjouissante danse des bananes. La banane était une denrée rare à l’est avant la chute du mur et l’éclatement de l’URSS. Quand il y avait miraculeusement un arrivage, une fuite de l’information provoquait immédiatement une queue devant la boutique généralement étatique. Dès que l’on voyait une queue on se mettait dedans et ensuite on demandai taux autres pourquoi ils faisaient la queue. Et parfois c’était vraiment pour des bananes. Et parfois aussi, dans ces queues naissaient des « eastern loves» comme le dit le titre de spectacle.

Béatrice (l’un des actrices, allemande) vivait dans l’Allemagne de l’est, la RDA. La chute du mur a permis à son grand-père de venir voir ses sœurs. « La seule chose que j’ai rapporté de l’est, dit-elle, c’est mon carnet de santé ». Mais aussi « l ’envie de voyager et de choisir mes études. Et le fait de ne pas savoir vraiment à quel endroit j’appartiens ». Elle est devenue actrice, voyage, pense qu ’il faudra beaucoup de temps avant que l’Allemagne soit « un seul pays ». Comme ses voisins de scène Tchèques, Portugais,venus du Cap vert ou du Mozambique, elle a chambre avec vue sur le monde à l’Hôtel Europa, l’une des troupes le plus joyeusement cosmopolites d’Europe.

Eastern loves par la compagnie Hotel Europa, du 16 au 18 mai au Théâtre des Abbesses.

Le festival Passages Transfestival, se poursuit au Luxembourg à Esch-sur-Alzette (capitale européenne de la culture) du 20 au 22 mai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra