jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

964 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2018

Le jour où Pauline Peyrade et Justine Berthillot se sont rencontrées, et après

Née d’une rencontre lors d’un « Sujet à vif » au Festival d’Avignon, « Poings » est une pièce de Pauline Peyrade et un spectacle qu’elle cosigne avec la circassienne Justine Berthillot et le chercheur de sons Antoine Herniotte. Une belle passe de trois pour raconter l’histoire d’une femme tétanisée par une rencontre et ce qu’il en advient.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

scène de "Poings" © Slimane Brahimi

On leur avait proposé de se rencontrer au Jardin de la Vierge. Drôle d’endroit pour une rencontre. Elles auraient dû se méfier. C’était couru qu’il allait leur arriver une bricole avec un nom comme ça. L’une et l’autre avaient été contactées par une officine qui sous le nom de « Sujets à vif » abrite en fait un site de rencontres dont la mère maquerelle se fait appeler Madame Essacédé. Cette dernière avait chuchoté à chacune qu’elle était faite pour rencontrer l’autre dont jusqu’ici chacune ignorait l’existence. Elles avaient à peu près le même âge, disons la trentaine, et connaissaient bien la même ville, Lyon.

Justine rime avec Pauline

Justine, après sa licence de philo, avait troqué l’éthique pour le cirque, elle était entrée au CNAC et en était ressortie spécialisée dans la voltige en main à main. Avec Frédéric Vernier, elle avait écrit Noos, une pièce de portée acrobatique qui n’en finit pas de tourner. Pauline, elle, avait étudié la mise en scène à Londres (Royal Academy of Dramatic Art) et l’écriture dramatique à Lyon (ENSATT) avant d’écrire des pièces dont certaines allaient être publiées et jouées plus tard, comme Ctrl-X et Bois impériaux (lire ici et ici). Un jour donc, la mère maquerelle habillée en fée a sorti sa baguette magique et les a présentées l’une à l’autre. Celle qui venait du cirque, Justine Berthillot, et celle qui venait des planches, Pauline Peyrade.

Leur « Sujet à vif » au Festival d’Avignon 2015 témoignait de la joie, du plaisir et plus que ça, que leur avait procurés cette rencontre. Comme si elles l’attendaient, en avaient rêvé. Sur la scène si particulière du Jardin de la Vierge gardée par de vieux et hauts murs, une touffe d’arbres, et donnant sur un coin de ciel, elles s’enroulaient l’une à l’autre, elles étaient parfois deux en une. Elles n’allaient pas se quitter comme ça. Et ce qui devait arriver arriva : elles ont fait un enfant. Dans le spectacle vivant, on appelle ça une jeune compagnie. Elle a pour nom #CiE et vient de présenter son premier vagissement, un spectacle à partir de Poings, une pièce écrite par Pauline et dédiée à Justine.

Un, deux, trois

C’est une histoire à deux ou trois. Elle met en scène Moi (Justine Berthillot), Toi (Pauline Peyrade) et Lui (Antoine Herniotte). Et entrelace trois écritures : les mots de Pauline, les acrobaties de Justine, les sons d’Antoine. Ce dernier, sorti du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, joue avec diverses compagnies et aime « architecturer les sons » pour ses propres textes, pour des danseurs et des circassiens.

La pièce a été publiée de façon classique (aux éditions Les Solitaires intempestifs, comme les précédentes), mais en annexe on peut voir quelques pages de la partition telle qu’elle a été écrite par Pauline Peyrade : trois portées, une pour chaque voix et en regard le mouvement ondulatoire des « BPM », les battements de cœur par minute. C’est une pièce qui fait battre les cœurs et les corps en cinq mouvements.

Sur un dancefloor, Toi et Moi rencontrent l’homme aux mains immenses, Lui. Au milieu de la piste, Lui danse avec Toi sous l’œil de Moi qui est comme le regard intérieur de Toi, son garde-fou, sa face cachée, son conseil, celle qui observe au dedans ce que l’autre vit, son double, sa meilleure amie ou encore sa mauvaise conscience. Il y a quelque chose d’irrésistible dans cette rencontre. Oui mais quelle rencontre ? Celle qui relie Toi à Moi et inversement, ou celle qui relie Toi à Lui ou Lui à Moi ? La pièce multiplie les courts-circuits, les chevauchements. L’attirance réciproque qui ne va pas sans une mâle violence grandissante. Il n’y a pas d’amour sans violence, sans coups de poings, sans jambes qui flageolent, sans KO debout. Les poings du titre sont tout autant ceux que l’on serre quand les mots manquent, quand le corps semble impuissant à réagir aux assauts hostiles, quand la parole s’engorge ou quand elle engrange sa future révolte. Des répliques s’échangent, passent d’une bouche à l’autre comme « des choses comme cela, ça arrive ». A certains moments, cela ressemble rythmiquement à ces échanges entre joueurs lors d’un match de ping-pong quand les adversaires se renvoient la balle de plus en plus rapidement jusqu’à ce qu’elle sorte du cadre ou s’abîme dans le filet.

Rollers stone

Seconde séquence, une voix off nous entraîne dans un conte : forêt, lac, maison, une collection de visions. « L’homme parle avec une femme très belle. Je ne me reconnais pas, mais je sais que c’est moi », dit la voix off. Sur scène, Moi fait tourbillonner ses rollers, le récit avance par glissements, les rollers s’affolent quand l’homme enfonce son sexe dans la bouche de la femme.

Scène de "Poings" © Slimane Brahimi

Les mouvements suivants nous entraînent, une (des) année(s) plus tard, dans une voiture roulant vers la mer où Lui n’a qu’une envie : aller faire de la plongée avec ses potes, sans Toi. Scène de ménage d’un couple installé, dislocation qui entraînera en prolongement ou métaphore une fracassante séquence de danse acrobatique. S’ensuivront des renversements de postures, la rupture, la fuite à Paris. A la fin, l’écartèlement cède à l’étreinte entre Toi et Moi, réconciliées, réunies.

Quelque chose achoppe dans le récit que je viens de faire et qui entendait restituer quelques lignes du spectacle et de la pièce. C’est que mon récit est linéaire, forcément, alors que la pièce et le spectacle ne le sont jamais.

En écrivant Poings, Pauline Peyrade fait une fois de plus preuve d’une écriture des plus singulières qui met en scène et explore ici les arcanes du vertige intérieur qui peut aller de la pétrification à la fuite en passant par la tétanisation de l’instant.

Le spectacle a été créé sur la scène du CDN de Vire dont l’architecture tient le public trop à distance de la scène (un théâtre relativement récent que l’architecte a pourvu d’un hall à colonnes d’une remarquable laideur). C’est l’une des neuf créations (sur cinquante spectacles) du festival Spring consacré aux « nouvelles écritures du cirque » et qui se déroule jusqu’à la mi-avril dans toute la Normandie. Le CDN de Vire est l’un des soixante lieux partenaires. Le spectacle Poings relève bien des « nouvelles écritures » mais excède la catégorie « cirque » puisqu’il relève de plusieurs et à dire vrai d’aucune. La preuve : Poings poursuit sa route dans une des salles des Subsistances à Lyon, la ville où Justine Berthillot et Pauline Peyrade auraient pu se rencontrer.

Poings aux Subsistances de Lyon du 23 au 25 mars, saison Acces’soirs salle Dumoulin à Riom le 3 mai. Texte de la pièce aux éditions Les Solitaires intempestifs, 112 p., 13€.

Festival Spring en Normandie, jusqu’au 18 avril.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn