jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

981 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

« Fin de partie », un sommet de sorcellerie théâtrale

Beckett disait que « Fin de partie »  était sa pièce préférée, c’est assurément la plus intense mise en scène de Jacques Osinski, mettant face à face deux acteurs géniaux que tout oppose et rassemble comme chacun son personnage : Denis Lavant (Clov) et Frédéric Leidgens (Hamm). C’est où ? dans le Off ? dans le In avignonnais ? C’est.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Fin de partie" © Pierre Grosbois

Disons-le comme cela : l’un des meilleurs spectacles du In se donne dans le Off, chaque jour au Théâtre des Halles, l’un des lieux permanents du théâtre à Avignon, dirigé par Alain Timar. Cela vous cueille sur le coup de 16h, vous en ressortez deux heures plus tard, à la fois comblé et anéanti.

Beckett est un sorcier : sa pièce, Fin de Partie, d’une précision extrême, répliques et didascalies confondues. Dès les premiers mots : « intérieur sans meubles. Lumière grisâtre ». Avec humilité et orgueil, le metteur en scène et ses acteurs suivent toute la partition à la lettre. On ne chipote pas avec le génie, on boit sa potion sans barguigner, sans jouer au plus malin, on essaie d’être à la hauteur, encordés les uns aux autres, jusqu’au sommet. Ils l’atteignent et nous entraînent.

Après Cap au pire, La dernière bande et L’image, avec Fin de partie, c’est la quatrième fois que Jacques Osinski traverse un Beckett avec Denis Lavant. En revanche, c’est la première fois qu’il dirige Frédéric Leidgens. C’est aussi la première fois que ces deux acteurs d’exception se retrouvent ensemble sur un plateau. Le premier dont le corps semble précéder la parole, le second dont l’intérieur semble le préambule à l’expression. Clov (Lavant) , le serviteur, le vieil enfant attardé, recueilli naguère par l’autre, plus âgé , Hamm (Leidgens) le maître ne pouvant s’extraire de son fauteuil à roulettes, les yeux clos derrière ses lunettes noires, un linge ensanglanté sur son visage avant de le replier et le mettre dans sa poche. Hamm appelle Clov en usant de son sifflet qu’il porte au cou. L’un bouge et parle peu, il ne cesse d’aller dans sa cuisine il à « à faire », Hamm, sans bouger, a le babil voyageur L’un dépend de l’autre et inversement.

La pièce s’achève sur leur séparation possiblement sans retour. Premiers mots de la pièce dits par Clov : « Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir ». Derniers mots de la pièce dits par Hamm après avoir jeté le sifflet et deviné la sortie (définitive?) de l’autre . « Clov ! (un temps long). Non ? Bon. (Il sort son mouchoir).Puisque ça se joue comme comme ça...(il déplie le mouchoir)...jouons ça comme ça….(il déplie)...et n’en parlons plus...(il finit de déplier)...n’en parlons plus. (il tient à bout de bras le mouchoir ouvert devant lui) Vieux linge ! (Un temps). Toi – Je te garde. Un temps. il approche le mouchoir de son visage. » Comme on clôt le visage d’un mort. Une écriture d’une précision sans pareille.

C’est fini. Que dire de plus ?

Peu après la fin du spectacle, je demandais à Denis Lavant comment il avait inventé ce jeu de jambes décalé et bancal qu’il ne quitte pas tout au long de la pièce et qu’il déploie pour commencer en usant d’un escabeau comme Beckett l’indique. L’acteur sort alors de sa poche un vieil exemplaire de la pièce parue comme toute l’oeuvre de Beckett aux aux Editions de Minuit et me montre le bas de la première page : « Démarche raide et vacillante ». Tout est dit par Beckett. Mais tout est à faire, à traduite par l’acteur. Denis Lavant parle le Beckett couramment( humble et harassant travail), son personnage, moins éduqué, est beaucoup moins disert que la voix de son maître.

Cloué dans son fauteuil, privé de regard et d’amples mouvements, Frédéric Leigdens dans le rôle de Hamm, outre les mots dont son personnage use volontiers, déploie un registre restreint dont il fait moisson : parfois de légers mouvements du buste et de la tête, et avant tout ses mains nues qui sont comme des ailes au dépliement entravé. C’est infinitésimal et fabuleux. Cependant , tout parfois se déchire (Beckett a plus d’un tour dans son sac), ainsi cette séquence avec le chien en peluche à trois pattes ou ces violences soudaines  comme venues d’un autre monde : « foutez-moi le camp , retournez à vos partouzes ! ». D’un côté, vers lafin, cette référence de Hamm à un vers de Baudelaire (« Tu réclamais le soir, il descend, le voici » ), de l’autre ces mots de Clov qui sonnent étrangement aujourd’hui : « Je suis si voûté que je ne vois que mes pieds, si j’ouvre les yeux, et entre mes jambe un peu de poussière noirâtre. Je me dis que la terre s’est éteinte, quoique je ne l’ai jamais vue allumée. (Un temps). Ça va tout seul. (Un temps). Quand je tomberai je pleurerai de bonheur. »

Dans sa présentation, Jacques Osinski cite une lettre que Beckett écrit à son épouse au moment où il travaillait à Fin de partie : « C’est étrange de se sentir à la fois fort et au bord du gouffre ». La pièce déploie ce double mouvement et Osinski met bien en valeur la part d’humanité et de cruauté domestique qu’elle recèle et que déploient aussi Nagg (Peter Bonke) et Nell (Claudine Delvaux) , le père et la mère de Hamm enfermés chacun dans une jarre, soulevant parfois le couvercle, parlant, puis, ne le soulevant plus.

Avignon, Théâtre s des Halles, 16h, jusqu’au 28 juillet. Reprise la saison prochaine au Théâtre de l’Atelier à Paris, du 19 janvier au 26 février.

s

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière