jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

877 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

Danse avec Ivan Viripaev

Dix ans après la création de « Danse « Delhi » » du russe Ivan Viripaev par Galin Stoev, Gaëlle Hermant renoue avec cette pièce en sept pièces où la vérité, la mort et l’amour ont et donnent le tournis. Les acteurs se régalent. Leur plaisir contamine le public.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis son arrivé à Moscou en décembre 2000, en provenance d’Irkoutsk, avec sa première pièce Les rêves présentée au premier festival de théâtre documentaire moscovite (bien qu’elle soit nullement documentaire), Ivan Viripaev n’a cessé d’être l’agité du bocal du théâtre russe. Par son écriture, ses postures, son activisme ( participant à la création de Teatr.doc, dirigeant quelque temps le théâtre Praktica voué aux auteurs contemporains) et surtout écrivant des pièces aux structures déjantées peuplées de personnages peu habitués à frayer les scènes des théâtres russes. Sa seconde pièce Oxygène allait faire le tour du monde.Dès le début, l’originalité de l’écriture de Viripaev est repérée à Moscou par Tania Moguilevskaïa et Gilles Morel qui allaient par la suite traduire la plupart de ses pièces dont Danse « Delhi » en 2011, l’année où Galin Stoev crée cette pièce piégée au Théâtre de la Colline après avoir mis en scène Oxygène en bulgare puis en français.

Dix ans plus tard, Gaëlle Hermant s’y attelle à son tour, cette fois au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis, un projet longtemps retardé pour cause de Covid. Le soir de la première avaient pris place dans la salle plusieurs actrices de la création dix ans plus tôt, venues voir par quel bout leurs camarades (et souvent ami.e.s) avaient abordé cette pièce étrangement et savamment structurée. Dans la navette du retour, Caroline Chaniolleau qui interprétait la femme âgée il y a dix ans a longuement parlé avec Laurence Roy qui lui a succédé dans ce rôle, On se serait cru au cœur d’une pièce de Viripaev où les glissements identitaires sont monnaie courante.

C’est le cas pour Danse « Delhi ». Tout se passe dans une salle d’attente d’un hôpital où quelqu’un.en est sur le point de mourir, est déjà mort ou bien se remet miraculeusement, mais nous n’en dirons rien car le plaisir du spectateur est dans le cheminement tapissé de surprises, entre vie, mort et amour. Dans cette pièce gigogne, la tragédie naissante est étouffée dans l’œuf par la comédie. « Détendre les gens et les ouvrir , voici les deux objectifs de mon travail » déclarait Viripaev au moment de la création dans un entretien avec ses traducteurs.

C’est ainsi que le comique de répétition s’invite à l’hôpital à l’heure où l’infirmière doit faire signer des papiers pour le transport du corps à celui ou celle qui vient de perdre un être cher. C’est le cas dès le début de la première des sept pièces composant Danse « Delhi » (je vous laisse découvrir le pourquoi de ce titre) où dans le rôle de Catherine, l’actrice Manon Clavel, donne le bon tempo de ce qui va suivre : mi-figue, mi-raisin. En outre, la metteure en scène Gaëlle Hermant a demandé à Viviane Hélary de ponctuer la fin de chacune des sept pièces d’une création musicale qu’elle interprète sur scène derrière un voile blanc et s’accorde bien, elle aussi, avec l’écriture ritournelle de ce diable d’Ivan Viripaev..

Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis jusqu’au 22 oct. Reprise en 22 au Théâtre de la Criée (Marseille) du 18 au 20 janv ; les 28 et 29 janv au théâtre Eurydice à Plaisir (78), enfin les 14 et 15 juin à St-Quentin-en-Yvelines.

La pièce est publiée en traduction aux éditions Les Solitaires intempestifs comme tout le théâtre de Viripaev.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade