jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

877 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

Gilles Pandel, infra photographe

Heureux ceux qui ont pu voir dans cinq lieux toulousains une rétrospective du photographe inclassable Gilles Pandel. Pour les autres, dont je suis, il faut dévorer l’extraordinaire catalogue de la première rétrospective de celui pour qui le portrait est un havre de tourments intérieurs et un faux-vrai miroir, une mine de noir et blanc et une profondeur sans limite..

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Claude Régy, ,2009 © Gilles Pandel

On dit d’un infra-son qu’il est une vibration de fréquence inférieure aux fréquences audibles. Disons qu’il en va ainsi des photographies de Gilles Pandel - essentiellement des visages et des mains - elles vibrent dans une lumière et une pigmentation inférieures à ce qui est habituellement visible. Regardez ce visage de Claude Régy photographié dans un parc à Vidy-Lausanne en2009. Bien que vivant, ayant les yeux fermés il semble revenu d’entre les morts. Yeux ouverts, biaisés parfois comme retournés ou pas, saisis au plus serré, il en va de Régy comme de Michel Serres, Alexander Kluge, Sharunas Bartas, Enki Bilal, Georges Didi-Huberman, Armand Gatti, Jacques Rancière, Alexandre Sokourov et bien d’autres, plus ou moins, voire pas, connus. Gilles Pandel semble les avoir photographiés de l’intérieur, au plus profond de leur peau et de leur pilosité.

Plus rares, les visages de femmes aux peaux plus lisses, sont plus doux. Ni Régy, ni personne ne pose devant l’appareil, dans un studio savamment éclairé. Gilles Pandel mitraille lors de promenades souvent lors de causeries ou conférences publiques, il vole tant et plus. Paparazzi de l’âme via la complicité du corps. Jamais dans l’arrêt d’un visage figé dans une pose, toujours dans son mouvement intérieur, celui de la vie, saisi à vif, immortalisé dans une précaire suspension. Puis retravaillé, un peu comme le laboureur le fait de sa terre en la retournant pour en exprimer l'humus et la profondeur. Tout cela se fait avec des réglages ultrasensibles de l'appareil numérique, poussant le grain à l’extrême, dans une hypertrophie de la prise. La rapidité et la multiplicité de la prise n’a d’égale que ce qui s’oppose à elle au bout de la chaîne : la lenteur, l’épaisseur, l’énigme du rendu. « L’expression doit dépasser et faire oublier la technique, il faut être dans cette zone de chaos entre la maîtrise et la perte de contrôle » écrit-il dans un carnet de notes ( extraits publiés dans le catalogue de l’exposition) où on lit des phrases miraculeuses comme « je recadre le hasard », «  je ne compose pas, je décompose » ou encore « je photographie des statues qui n’existent pas » et pour finir : « ma photographie c’est la peinture à la vitesse de la lumière »

Sharunas Bartas © Gilles Pandel

.

Né à Genève en 1963, Gilles Pandel y fera des études d’informatique. En 1993, il s’installe à Paris, se tourne vers le théâtre, rencontre l’acteur et élève d’Antoine Vitez, Redjep Mitrovitsa, assiste Madeleine Marion dans plusieurs spectacles, découvre Claude Régy, croise aussi Jany Gastaldi, Valérie Dréville, etc. Il lit tout Céline, lui consacre un livre et adapte au Théâtre Guignol’s Band en 1999 dans le off avignonnais, spectacle repris à Paris au Théâtre de proposition pour une actrice sous la houlette de Gilles Deleuze. Il mettra aussi en scène un spectacle qui réunit le peintre Jean Dubuffet et le philosophe chinois d’un autre temps Tchouang-Tseu. Quand il dit qu’« un bon comédien fera d’un accident un bon moment » ou que c’est « cette capacité à se servir de l’aléatoire qui distingue les artistes », il parle aussi de lui comme photographe bien qu’amateur de paradoxe, il dit aussi ne pas en être un.

En 2006, Gilles Pandel revient en Suisse, s’installe à Pully près de Lausanne et commence à écrire Ce que je vis, futur livre au merveilleux titre à double sens qui paraîtra en 2020 (Lille, The book éditions) avant de reprendre ce titre pour la présente rétrospective à Toulouse dont, croisé par hasard, m’a parlé le photographe Xavier Lambours (que Gilles Pandel a aussi photographié) qui lui voue une belle admiration.

Alexander Kluge en 2021 © Gilles Pandel

Gilles Pandel a exposé ici et là, rencontré Christian Caujole (fondateur de l’agence vu et commissaire de bien des expositions, long dialogue entre eux dans la catalogue de l’exposition), le photographe Antoine d’Agata et bien d’autres artistes , écrivains et philosophes (il les photographie tous) avant d’exposer une série de ses « anti-portraits « (comme il les nomme parfois ) pendant l’été 2019 au Château de Cerisy, en marge d’un colloque réunissant Alexander Kluge, Georges-Didi-Huberman et Wolgang Asholt. C’est là qu’il rencontre la germaniste Hilda Inderwildi, traductrice de Kluge, autrice de nombreux ouvrages et assurant un haut poste à l’Université de Toulouse. Après avoir vu ses photos, elle contacte le Goethe Institut de Toulouse pour organiser une exposition, proposition d’autant plus recevable que Gilles Pandel, outre Alexander  Kluge a déjà photographié Bruno Ganz ou Werner Herzog. De fil en aiguille, cette proposition, très vite actée, en appelle une autre puis d’autres encore, bref l’ensemble façonne une rétrospective éclatée pour laquelle Gilles Pandel met au point un système d’accrochage léger. La rétrospective se tient dans cinq lieux depuis le début septembre et s’achèvera fin octobre avec une prolongation en novembre au Goethe Institut toulousain. A quand une rétrospective parisienne  dans un grand lieu ou mieux dans plusieurs? Car la force du travail de Gilles Pandel c’est aussi la multiplicité. Des portraits en série d’une même personne, des milliers dans un même couloir. Impressionnant et envoûtant.

Ce que je vis, par Gilles Pandel, une rétrospective 1981-2021, catalogue très illustré de 382p.

Lieux d’exposition : Galerie Concha de Nazelle, Goethe Institut, librairie Etudes, Le Tube/ La Fabrique, Université du Mirail. (dans certains de ces lieux les expositions se sont, hélas achevées, le 17 octobre).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux