jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1005 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2017

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Elise Chatauret : confession d’une grand-mère du siècle

Elise Chatauret construit ses spectacles à partir d’entretiens. C’est le cas de « Ce qui demeure » sauf que cette fois, c’est sa grand-mère qu’elle interroge. A 93 ans, la vieille femme aura sous peu traversé un siècle. Deux actrices et un musicien jouent finement la partition de cette remémoration trouée en multipliant les angles d’approche.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scème de "Ce qui demeure" © Hélène Harder

Une femme traverse le plateau en diagonale. Elle s’est levée de son siège, au premier rang des spectateurs, est entrée dans la lumière de la scène, elle marche à pas lents jusqu’à disparaître au fond derrière une vitre et une grande photo, on ne voit plus que ses pieds gainés de gris. C’est une femme âgée, dans l’indétermination de la vieillesse mais la certitude que sa vie est plus derrière que devant elle. Elle va lentement, elle ralentit le temps, le monde. Comme les fantômes, elle ne dit rien. Elle traverse. Ce point aveugle (ou cette métaphore d’une vie si l’on veut) intervient au mitan de Ce qui demeure, un spectacle plein de tact conçu, écrit et mis en scène par Elise Chatauret.

Quand Elise Chatauret aura l’âge de la vieille femme qui traverse la scène, se souviendra-t-elle de ce spectacle ? Sans doute, mais comment lui reviendra-t-il ? Qu’est-ce qui, de lui, demeurera, perdurera ? Et cette mémoire sera-t-elle « fidèle » ? N’y a-t-il de mémoire que vagabonde ? Qu’est-ce qui reste, persiste ? Des « grands » événements, des chocs ? ou bien des « petits » détails longtemps oubliés, des saveurs, des odeurs ? C’est ce qui obsède Ce qui demeure.

 L’entretien infini

Tous les spectacles d’Elise Chatauret et de sa compagnie Babel (créée en 2008) sont fondés sur des rencontres. Des petits-enfants de Républicains espagnols, des jeunes de la Courneuve, des personnes ayant une double culture comme récemment, pour Nous ne sommes pas seuls au monde, une jeune femme française d’origine sénégalaise. La première rencontre est suivie de beaucoup d’autres, Elise Chatauret pose un enregistreur sur la table, souvent vite oublié dans la chaleur, l’amitié des échanges. De ces heures d’entretiens retranscrites, elle tricote un spectacle sans pour autant traficoter la parole recueillie mais en la réorganisant, en la nourrissant d’autres éléments que le théâtre apporte : musique, lumière, scénographie, jeu. C’est exactement ce qui se passe pour Ce qui demeure. Sauf que la personne avec laquelle elle a longuement conversé, c’est sa grand-mère, 93 ans.

Au début du spectacle, derrière une baie vitrée, on voit deux femmes attablées dans ce qui s’apparente à une kitchenette. L’une (petite, blonde, nerveuse) mange avidement, l’autre (grande, brune, attentive) presque pas. C’est cette dernière qui a préparé les carottes avec un assaisonnement dont elle seule connaît la recette. Une scène de la vie ordinaire. Les actrices n’élèvent pas la voix, cependant on les entend bien, on remarque des micros sur pied bien en vue sur la table. Les carottes avalées (tout un saladier !), elles se lèvent et sortent. Alors on entend en voix off, la même scène : l’enregistrement entre Elise Chatauret et sa grand-mère.

 Un dialogue secret

Cette règle du jeu étant posée, le spectacle peut vagabonder dans la vie de la vieille femme à travers les deux excellentes actrices (Solenne Keravis et Justine Bachelet) très différentes l’une de l’autre non seulement par leur physique mais aussi par leur façon d’investir la parole. L’une et l’autre vont jouer tour à tour le rôle de la grand-mère et celui de la petite-fille, ou bien se relayer dans le même rôle de la grand-mère, un zigzag en osmose avec sa mémoire chaotique, associative, reconstruite ou soudainement microscopique. Un quasi-siècle par tous les bouts, grands et petits, historiques et intimes. Marc Sens qui improvise à la guitare fait partie du voyage ainsi qu’un sol fait de reproductions de fragments de chefs-d’œuvre, de photos exotiques, de rares photos de famille.

Un dialogue secret s’instaure entre chaque spectateur et cette vieille personne en en convoquant d’autres appartenant à la vie de chacun. Ces êtres bien plus âgés que l’on a écoutés des heures et des heures sans se lasser de les entendre dévider la pelote de leur vie, avec des nœuds, des fils emmêlés, des trous, réitérant à l’infini telle scène héroïque, tragique ou comique qui aura marqué leur vie. Filtré par le jeu tout en finesse des actrices et leur empathie distancée, le spectacle évite tous les pièges du pathos en se tenant à une distance juste.

Embarquée dans cette aventure, consentante mais un peu affolée, la grand-mère d’Elise Chatauret envoie un mail à sa petite-fille qui vient de lui envoyer une première version du texte de Ce qui demeure. Elle souhaite que l’on biffe certains détails par trop intimes, elle ne veut pas que ses « anciens élèves » (elle fut longtemps professeur) la reconnaissent. Elise Chatauret acquiesce à ses demandes. Ces mails figurent dans le spectacle. Elle lui écrit aussi ne pas vouloir « jouer » le rôle de la vieille femme qui traverse en diagonale le plateau à un moment du spectacle.

 Le Colombier à Bagnolet, du 31 janvier au 5 février, du mar au sam 20h30, jeu 14h30, dim 17h ;

 La Loge, Paris, du 28 février au 2 mars, 21h ;

 Amis Gras, Arcueil, du 30 mars au 1er avril ;

 Pôle culturel, Alfortville, le 27 avril, 20h30 ;

 Théâtre 95, Cergy-Pontoise, le 27 mai, 22h.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre