jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1003 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2016

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Au festival Artdanthé, Clara Chabalier shampouine « Effleurement », une pièce croate

Le 18e festival Artdanthé s’est ouvert à Vanves sans celui qui l’a créé, mis en retraite forcée, mais avec une jeune équipe qu’il a formée. Créations, works in progress, performances. Des artistes à découvrir ou à suivre, comme Clara Chabalier qui nous fait elle-même découvrir une pièce inédite en français de la croate Asja Srnec Todorovic et participe au projet "UFE" de César Vayssié.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

scène de "Effleurement" © Mériko Lahana

Puce, Bouboule. La quarantaine, la vingtaine. Une mère et sa fille. Deux femmes aux noms de chien qui vivent comme elles peuvent leur chienne de vie. Misérabilisme ? Théâtre du quotidien en version hard déprime ? Nullement. L’écriture d’Effleurement, par la croate Asja Srnec Todorovic, est plus sinueuse, suggestive, plus mystérieuse. Joliment portée par deux actrices, Pauline Jambet et Caroline Darchen. Et mise en scène avec tact par Clara Chabalier.

Shampooing et cheval de bois

Quand les spectateurs entrent, elles sont là (quelque part en Europe, terre tourmentée), dans un salon de coiffure déserté en ce dimanche après-midi. Le jour va bientôt baisser. Puce, tête renversée, se fait masser, puis mouiller, puis shampouiner une fois, deux fois, trois fois, puis colorer les cheveux par Bouboule, seule employée du salon. La radio est allumée, mais elle grésille, crachote, parfois une chanson s’attarde, « Do you miss me tonight » (Presley), que Puce reprend et cela lui tire les larmes.

On est là devant elles, on les regarde par effraction. Elles ne se sont pas vues depuis un an voire plus, l’information nous arrivera, comme ça, presque par inadvertance, l’écriture est parfois trash mais reste allusive. Il y a des choses dont on ne parle pas, pas encore. Plus tard quand le soir viendra, quand l’électricité du salon vacillera, on en saura un peu plus, juste un peu, sur elles, sur Dédé, le compagnon de Puce (décédé ? disparu ?) qui aimait serrer la petite Bouboule d’un peu trop près sur son cheval de bois.

Ces laissés-pour-compte ne sont pas là pour régler des comptes. Plutôt pour, malgré tout, s’effleurer l’une l’autre, se parler un peu, conjurer leurs sacs de peurs, de rancœurs et de solitude à deux en ce dimanche, jour de toutes les parenthèses, de tous les projets pour la vie qui reste à vivre . « C’est pas facile de trouver un chemin jusqu’aux  gens », dira Puce. Bouboule n’en finit pas de décrasser les cheveux salement noirs (suie ? souillon ? sueur ?) de sa mère. La tendresse se réfugie où elle peut.

Croatian way of life

Le temps est comme suspendu. La mère n’a plus la montre que sa fille lui connaissait ; dans le salon de coiffure endetté il n’y a plus de pendule, ni de téléphone pour appeler l’horloge parlante, alors c’est le remue-ménage, rituel et immuable de la famille qui vit au-dessus du salon qui bat la mesure. On s’invective, tiens il est cinq heures, on se réconcilie, on baise, on passe la cassette où s’égosille un enfant aujourd’hui mort, tiens il est sept heures. C’est Kafka qui shampouine Emmanuel Bove.

Rien n’est vraiment dit, expliqué, raconté, hormis parfois un rêve ou un des rares événements qui traversent leur vie de pas grand-chose. Bouboule raconte, sans s’attarder, sa rencontre sordide et tendre avec un homme, un étranger à la langue incompréhensible, sa façon de la serrer contre un mur, de la bâillonner puis de la baiser dans un lit de misère. Des choses comme ça. Pas facile de dire ce qu’on voudrait dire et que l’on dira ou pas d’un bloc, comme on vomit d’un coup. L’envie de tuer, de se suicider qui traverse les pièces de la Croate Todorovic (Mariages morts aux éditions Les Solitaires intempestifs, Bienvenue aux délices du gel et Respire ! aux éditions L’Espace d’un instant) font écho à Effleurement (inédite).

Dédé, oh Dédé

Enfermées qu’elles sont dans le salon, le monde extérieur entre par mégarde. Sirènes hurlantes, phares de voiture, radio qui n’en finit pas de grésiller, allusions à un boulot obscur de Puce dans un « centre » (de rétention pour exilés, pour givrés ?)... L’angoisse s’insinue en nous, spectateurs, comme la teinture dans les cheveux de Puce, laquelle a des rêves furtifs de reine de beauté, laissés en jachère. Comme sa mère, Bouboule est passée dans bien des lits d’un soir, après que Dédé... oh Dédé, « on lui a tout passé, par amour, par amour », dira Puce. C’est une pièce belle et âpre comme une chanson d’amour qui finit mal, enfin pas trop.

La pièce file en effilant ses cheveux, en effleurant ces deux êtres, à coups de caresses furtives qui se voudraient consolatrices et le deviennent, peut-être, à la fin, dans ce salon de coiffure pourrave, entre ces deux êtres proches et lointains à la fois, non réconciliés et finalement réconciliés le temps morne d’un dimanche brushing où Puce et Bouboule voudraient que l’autre soit la plus belle pour aller baiser, faute d’aimer. 

De Peyret à Jelinek

Actrice chez Jean-François Peyret (Walden) et dans le film de César Vayssié UFE (Un Film Evénement)que l’on pourra voir ce samedi 26 dans le cadre du festival Artdanthé au Théâtre de Vanves (la partie performance étant programmée ce mardi 22 à 21h), Clara Chabalier est tout autant metteuse en scène. On l’avait rencontrée au Studio-théâtre d’Alfortville à la faveur de son spectacle Autoportrait à partir de textes d’Edouard Levé et retrouvée au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers pour Cassandre-Matériaux, un travail de recherche  dans le cadre d’un deuxième cycle au CNSAD, à partir d’un texte de Quignard et d’une collaboration avec le Labex arts H2H cigale. Récemment, elle a mis en scène Winterreise d’Elfriede Jelinek à l’ENSAD, l’école théâtrale de Montpellier.

Clara Chabalier cherche et se cherche. Elle est tombée sur la pièce de Todorovic  alors qu’elle travaillait à l’ERAC, l’école théâtrale de Cannes. La pièce avait été également remarquée par le comité de lecture du Studio-Théâtre de Vitry qui a accueilli Effleurement avant que le spectacle ne soit présenté ce jeudi 24 mars au Théâtre de Vanves, toujours dans le cadre du précieux festival Artdanthé. 

Festival Artdanthé au Théâtre de Vanves jusqu’au 8 avril, programme détaillé sur le site theatre-vanves.fr

Effleurement, le jeudi 24 mars 19h30 salle Panopée (suivi à 21h30 au théâtre d’une création de Nina Santes et Célia Gondol).

UFE, performance ce mardi 22 à 21h (après un work in progress de Pamina de Coulon à 19h30), film le samedi 26 à 15h (suivi jusqu’au soir d’un riche programme, détails sur le site).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant