jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1002 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Christophe Rauch met en scène « Richard II », un spectacle en noir et blanc

Après Vilar, Chereau et bien d’autres, le nouveau directeur de Nanterre met en scène « Richard II » de Shakespeare et offre à l'acteur Micha Lescot le rôle dont il rêvait avec raison. Une histoire de pouvoir, de trahison, de légitimité qui ,venue de loin, traverse le temps et nous émoustille.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Richard II" © Géraldine Aresteanu

Le metteur en scène Christophe Rauch assouvit le rêve du grand (dans tous le sens du mot) acteur qu’est Micha Lescot : interpréter Richard II , rôle premier et titre de la pièce de William Shakespeare. L’acteur avait travaillé le rôle lors d’un travail avec Gérard Desarthe pour un hommage à Vilar en souvenir de sa mise en scène de 1947 où il jouait le rôle-titre . Le rêve a pris corps l’été dernier au Festival d’Avignon dans la traduction (Pléiade) de Jean-Michel Desprats. La scénographie d’Alain Lagarde devait jouer des coudes dans l’espace du gymnase Aubanel. Elle se déploie amplement avec ses jeux de clair -obscur (lumière Olivier Oudiou, video Etienne Giol) dans la salle du théâtre de Nanterre qui, pour être provisoire (en attendant la fin des travaux), n’en est pas moins grande, une formidable machine à jouer.

Les tragédies historiques de Shakespeare ont besoin d’air, de lignes de fuite, de bordures, d’espaces perdus, de marches montant vers un trône et de machines à jouer. Tout y est dans cette scénographie ouverte et mouvante appuyée sur deux vastes gradins de marches, escaliers fantômes menant au sommet et donc au bord de la chute. Les noms de lieux (une multitude) où se passent les scènes de la pièce sont projetés sur un écran, cela suffit à notre contentement et cela concentre l’attention sur les relations humaines les jeu de pouvoir, d’alliances et de trahisons qui traversent la pièce. Le pugilat autour du trône avec son panier garni de traîtrises et de complots peut commencer.

Seul le roi Richard II porte un habit de lumière d’un blanc étincelant (« Ô que ne suis-je un roi de neige dérisoire » dira-il après sa destitution) , les autres hommes à commencer par Bolingbroke (imposant Eric Challier) ou de ce diablotin d’Aumerle, cousin du roi et fils de York (Emmanuel Noblet) ou le fieffé Mowbray (Guillaume Lévèque) sont tous parés de vêtements sombres (costumes ignés Coralie Sanvoisin), de même est sombrement flamboyante la robe de la reine. Les femmes sont rares dans cette pièce d’hommes  : ici l’épouse du roi (Cécile Garcia Fogel qui endosse également deux rôles d’homme) , là, l duchesse de Gloucester et celle d’York ( Muriel  Colvez). Christophe Rauch a en outre eu la belle idée de confier au même acteur (‘Thierry Bosc) le rôle du vieux Jean de Gand (Duc de Lancastre et oncle du roi qui mourra bien avant la fin de la pièce) et celui de son frère cadet, le duc d’York (également donc oncle du roi). Fils de ce dernier et cousin du roi, Le Duc d’Aumerle est un peu comme un double mineur du roi dans son jeu de volte-face.

Par la flexibilité de son corps, les nuances de sa voix et ses souples accélération scéniques, l’acteur Micha Lescot saisit, on ne peut mieux, le faisceau de doutes et de contradictions qui habitent le roi Richard II tout à tour souverain et enfantin, dictatorial et craintif, orgueilleux et fragile, roué et naïf, prévisible et surprenant, roi et rien. Entourés des corps mâles souvent massifs voire statufiés, il vole comme un papillon , sort ses griffes comme un tigre, file et fuit comme une gazelle. C’est à dessein que, dans sa mise en scène, Deborah Warner avec confié le rôle de Richard II à une actrice, Fiona Shaw (spectacle venu à la MC93 en 1996). L’acteur et le metteur en scène s’en souviennent peu-être.

La ministre de la culture devrait emmener le président de la République à Nanterre. Il y verrait un roi qui manie l’exil comme un hochet, s’entoure de mauvais conseillers, s accapare les biens d’un mort pas encore refroidi pour financer une opération de prestige guerrier à l’extérieur et qui , isolé dans sa tour d’ivoire, s’étonne d’être impopulaire. Il y verrait un roi douter de sa légitimité. Bref il y trouverait, outre du plaisir, de quoi méditer.

Théâtre Amandiers Nanterre jusqu’au 15 oct, du mar au ven à 19h30, sam 18h, dim 15h, relâche le dim sauf le 9 oct. Puis Onde de Vélizy les 20 et 21 oct, Théâtre de Pau le 8 nov. La tarduction de Jean-Michhel Desprats est disponible en Folio.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Énergies
Une livraison d’uranium russe repérée à Dunkerque malgré la guerre en Ukraine
Mediapart a assisté mardi, sur le port du Nord, au déchargement de dizaines de conteneurs et de fûts de substances radioactives en provenance de Russie. C’est la première fois depuis février 2022 qu’une cargaison d’uranium naturel russe est photographiée en France. 
par Jade Lindgaard
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Amériques
Pour Washington, la France est un allié énervant mais indispensable
Si la Chine reste la priorité des États-Unis, l’administration Biden a besoin d’une relation transatlantique forte et d’une Europe unie. La guerre en Ukraine sera ainsi au programme de la visite d’État d’Emmanuel Macron à Washington, qui débute mercredi 30 novembre.
par Maya Kandel

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart