jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

897 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2020

Disparition de Jean-Marie Boeglin

Il n’a pas écrit ses mémoires, il n’a pas fait un roman de sa vie et pourtant sa vie fut on ne peut plus romanesque, mêlant l’amour du théâtre et l’anti-colonialisme sous le signe commun de l’engagement. A 92 ans, Jean-Marie Boeglin vient de disparaître. Le théâtre à Lyon, à Grenoble et à Alger perd un vieux compagnon de route.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un rebelle engagé assorti d’une irrévérence anar chaleureuse mâtinée de discrétion, tel était Jean-Marie Boeglin. Né en 1928 à Châlons-en Champagne d’un père cheminot et d’une mère femme de ménage, à quinze ans comme d’autres gamins de son âge n’ayant pas froid aux yeux, il s’engage dans la Résistance dans les pas de son père, résistant lui aussi. Il devient agent de liaison FTP. A la Libération, il commet un beau doublé : exclu des Jeunesses communistes en 1947 puis exclu de la Fédération anarchiste quatre ans plus tard. L’orthodoxie, c’est pas son truc. Objecteur de conscience, le voici au trou pour six mois. Parallèlement à ces engagements, il a très tôt chopé le virus du théâtre. Il a été inscrit aux cours Dullin, a fondé une compagnie de théâtre amateur, « Les tréteaux du terroir ». Il croise Antonin Artaud ou Arthur Adamov, dit avoir été « biberonné au surréalisme ».

En 1950, il devient instructeur régional d’art dramatique et, par la suite, dirigera des stages d’« éducation par le jeu dramatique ». C’est de ce giron que sortiront quelques pointures de la décentralisation dramatique. Lors des Rencontres internationales de la jeunesse de la Loreley en 1951, il fait deux rencontres capitales : Roger Planchon et Mohamed Boudia. Avec le premier, quatre ans plus tard, il vivra l’aventure naissante du Théâtre de la Cité à Villeurbanne dont il deviendra le secrétaire général tout en s’occupant de l’école. Avec le second, plus tard encore, après l’indépendance de l’Algérie, il allait créer le Théâtre national d’Alger.

Jean->Marie Boeglin en 1984 à Chalons © dr

Mais entre-temps, c’est la guerre d’Algérie. Il est, bien sûr, pour l’Indépendance. La mort sous la torture d’un étudiant algérien grenoblois le révolte et le pousse à militer pour le FLN. « J’ai été embarqué », dira-t-il. Il organise des réseaux, continue le travail au Théâtre de la Cité et à l’école, mène ces « trois vies parallèles ». Le réseau est bientôt infiltré. On le recherche. Le 26 novembre 1960, un journal lyonnais titre : « le chef du réseau métropolitain d’aide au FLN est activement recherché » et sous-titre : « il s’agit de Jean-Marie Boeglin, le secrétaire général du Théâtre de la Cité ». Il fuit à l’étranger. Condamné par contumace à dix ans de prison, il se réfugie au Maroc où il crée une société de films portant le nom de Nedjma, héroïne et titre d’une œuvre de son ami le poète Kateb Yacine.

Après l’indépendance, il gagne Alger. Commence l’aventure du Théâtre national d’Alger avec Mohamed Boudia et Mustapha Kateb. Boeglin y signe des spectacles comme la traduction de L’Exception et la Règle de Brecht qu’il avait rencontré des années auparavant à Berlin. Il met aussi en scène Foehn, pièce du dramaturge Mouloud Mammeri, première œuvre du TNA jouée en français. Le pouvoir algérien, se méfiant des électrons par trop libres, lui montre la porte de la sortie en octobre 1968. On le retrouve, dix ans plus tard, dans l’équipe de Georges Lavaudant au Centre dramatique national des Alpes. Entre-temps, son fils Bruno Boeglin a signé ses premières mises en scène. Secrétaire général puis conseiller artistique, Jean-Marie Boeglin restera auprès de Lavaudant jusqu’en 1988. C’est dans ces années grenobloises qu’on le rencontre. Affable mais discret. Ne faisant pas exploit de sa vie. Mais quelle vie !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprises à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz