jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

881 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2016

Silvia Calderoni questionne son identité hors du commun dans « MDLSX »

A l’affiche du festival musical « Mesure pour mesure » à Montreuil, le spectacle « MDLSX » de la compagnie italienne Motus tourne autour de la personnalité de Silvia Calderoni, seule en scène, entre deux sexes.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Silvia Calderoni dans "MDLSX" © Ilariascarpa

Silvia Calderoni sidère, séduit, secoue, trouble au plus profond, une fois encore. Que l’on soit homme, femme, gay, lesbienne, trans, bi ou quoi que le l'on soit, elle nous perce, nous transperce. Seule en scène, – à la fois machiniste, DJ, éclairagiste et accessoiriste –, elle parle de son corps comme d’un compagnon étrange, mystérieux, instable, insaisissable. Un « monstre », lira-t-elle un jour dans un dictionnaire en y cherchant la définition d’eunuque et d’hermaphrodite. Un corps tout en violence d’affirmations non contradictoires mais complémentaires, une femme dont le double est un homme. L’histoire non achevée d’un être né femme, devenu homme à l’adolescence, et aujourd’hui actrice c’est-à-dire aussi acteur, indomptable bête de scène.

« T'es quoi exactement ? »

C’est ce que raconte MDLSX. Un spectacle qui fait du bien là où ça fait mal, une performance. Méli-mélo de mots personnels ou référentiels, de vidéos familiales, de toiles, d’écrans et de chiffons. Le va-et-vient explosé et dansé d’un corps multiple. Une salve de souffles en            23 « tracks » ou séquences brèves, chacune portée et soutenue (comme un pieu soutient un arbre menacé par le vent) par une correspondance musicale : Buddy Holly, The Smiths, The Cramps (« Human fly »), Rodriguez (« This is not a song »), Stromae (« Formidable »), Talkings heads (« Road to nowhere »), etc.

« Est-ce que je peux te poser une question ? T’es quoi exactement ? », lui demande un être de passage. La réponse ne tient pas dans un mot, un sexe, un genre. MDLSX est sa réponse. Sans fard, sans plainte. Une réponse rageuse, comme toujours dès que Silvia Calderoni entre sur une scène, un des rares endroits où elle doit se sentir bien (j’imagine), le lieu de toutes les identités possibles et de tous les travestissements.

Vingt-cinq ans de Motus

La mise en scène de MDLSX est signée Enrico Casagrande et Daniela Nicolò. Ils ont fondé ensemble la compagnie Motus il y a vingt-cinq ans, Silvia Calderoni les a rejoints en 2006. C’est l’une des meilleures troupes italiennes, connue en Europe et dans le monde entier, mais trop peu vue en France (jamais invitée au Festival d’Automne, ce qui apparaît peu croyable) malgré la création de deux de ses spectacles, l’un au Théâtre national de Bretagne à Rennes, l’autre au Festival Théâtre en mai à Dijon. Dans ce dernier spectacle, Iovadovia contest#3, autour du personnage d’Antigone, le rôle était évidemment tenu par Silvia Calderoni (lire ici). La compagnie a aussi présenté en France Alexis. Une tragédie grecque (lire ici).

Pour ses vingt-cinq ans d’existence (anniversaire marqué par une rétrospective de neuf spectacles à Bologne réunis sous le titre « Hello stranger »), Motus comptait mettre en scène Splendid’s de Jean Genet avec une distribution entièrement féminine. Mais les droits n’ont pas été accordés à la compagnie en raison du changement de sexe des personnages. Alors Magdalena Barile et Luca Scarlini ont écrit Raf-Fiche qui reprend la situation de la pièce et constitue un hommage à Jean Genet, le rôle de Jean étant tenu par Silvia Calderoni. Le spectacle vient d’être créé en Italie.

MDLSX est programmé au festival de Théâtre musical « Mesure pour mesure » organisé par le musicien (batterie) et metteur en scène Mathieu Bauer, directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil. Le spectacle se donne pour une série de neuf représentations, ce qui est juste, mais c’est hélas devenu une rareté et pas seulement pour les troupes étrangères. Au salut, Silvia Calderoni qui aura passé son temps à se deshabiller et à s’habiller, revient en jean, revêtue d’un T-shirt : « My girlfriend is a marxist ».

MDLSX, Nouveau Théâtre de Montreuil, 20h les 25, 26 et 30 nov, 21h les 28, 29 nov, 1er et 2 déc. En 2017, le spectacle tournera en Italie, Australie, Canada, Suisse, et dans deux villes françaises : Montbéliard le 12 avril, Toulon les 27 et 28 mai.

Le festival « Mesure pour mesure » continue jusqu’au 16 décembre, programme détaillé ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B