jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

973 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

La guerre en Ukraine, fantôme du festival d’Avignon

[REDIFFUSION] Tandis qu’Olivier Py signait son départ en invitant sur scène les Dark Daugthers de Kiev réfugiées en France, le Off donnait carte blanche aux artistes de l’Est en exil avec des prises de paroles, des tables rondes et différents spectacles dont le prenant « The Dawn of the Gods » (L'aube des dieux)

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de Dawn of the gods © jean couturier

On semblait loin de Kiev et de Marioupol sous la canicule avignonnaise dans les files de spectateurs qui patientaient devant les guichets du In essayant, le plus souvent en vain, d’acheter une place au dernier moment ou devant les caisses du Off où beaucoup de spectacles ont fait le plein, le public ayant retrouvé le chemin des salles.

L’Ukraine semblait loin aussi du spectacle Le Moine noir d’après la nouvelle de Tchekhov réalisé en Allemagne par le Russe (qui vit désormais à Berlin) Kirill Serebrennikov et qui ouvrait le festival. A moins que le spectacle, s’enroulant sur lui-même, n’en soit le fantasme plus ou moins refoulé et tordu avec ces moines multiples en tenues noires aux allures militaires, sorte de « force spéciale » pour employer une terminologie poutinienne. L’Ukraine, çà et là, traversa quelques-uns des multiples débats et rencontres qui sont l’ordinaire du Festival chaque été.

Cependant, depuis le 12 juillet et jusqu’à demain s’est tenue une passionnante manifestation multiforme : « Vilnius : Carrefour de l’ar(t)résistance » dans différents lieux du Off. Des spectacles à la Scierie, des films au cinéma Utopia, des concerts au Délirium, des rencontres au village du Off, la réalisation d’une grande fresque collective intitulée « Le mur de la paix », des lectures et même des dégustations de spécialités venues de l’Est.

Ce fut un lieu de croisements. Entre des artistes russes, ukrainiens, biélorusses exilés en Lituanie, en Allemagne, en France, à Londres, aux Etats-Unis, tous ébranlés par le 24 février et ce qui s’ensuivit. Un matin, à une même table se retrouvèrent la Russe Marina Davydova, grande figure de la scène russe (directrice de la revue Teatr qu’elle continue à l’étranger, organisatrice de festivals, éminente critique), l’une des premières à s’élever à Moscou contre la guerre en Ukraine, ce qui précipita son départ ; le clown Oleg Savtchenko qui, à Odessa, fait partie de la troupe célébrissime des Maski ; Vladimir Gourfinkel, metteur en scène russe né en Ukraine, qui était, jusqu’à son départ, directeur du grand théâtre de Perm dans l’Oural, il est aujourd’hui réfugié à Vilnius ; Olga Polievikova, directrice du théâtre dramatique russe de Vilnius ; le fort doué auteur lituanien d’origine biélorusse Marius Ivaškevičius. Mais aussi des Français qui ont une connaissance finie de la Russie et de l’Ukraine comme Jacques Livchine, boss du Théâtre de l’Unité, ou Béatrice Picon Vallin, grande traductrice de Meyerhold. Et d’autres encore.

On y parla de la place de l’artiste dans la cité, on s’interrogea sur l’avenir des artistes en exil pour cause de guerre (Ukraine) ou d’interdiction de parole (Russie et Biélorussie), on parla de bien des choses. Mais avant tout, ce fut un moment amical et fraternel, un baume de contentement de se retrouver là tous ensemble autour d’une table ou d’un verre et de parler librement. Pour ceux dont la vie a été bouleversée depuis le 24 février, ce fut comme une belle et douce parenthèse dans un long cauchemar.

Il y eut un concert du groupe de rock biélorusse de Naka (interdit dans son pays pour activité citoyenne), exilé d’abord en Ukraine et aujourd’hui à Vilnius. Il y eut L’Attrapeur de rêves, un spectacle des Maski d’Odessa réalisé en France avec la complicité du collectif cabaret Buffon.

Et puis, il y eut un grand spectacle, créé à Vilnius et finalisé à Avignon : The Dawn of the Gods, une mise en scène du Russe Vladimir Gourfinkel d’un texte du Lituanien Marius Ivaškevičius, mêlant l’intime, le dramatique et l’actualité, une pièce à chaud interprétée par des actrices biélorusses, ukrainiennes et lituaniennes. Un casting en forme de manifeste. La pièce commence par une audition : qui va jouer le rôle d’Anna, la femme ukrainienne du Lituanien Mantas Kvedaravicus, l’auteur, en 2016, du film Marioupol il filmait la vie « ordinaire » (cours de danse, café, etc.) de Marioupol, ville ukrainienne entourée de régions pro-russes et en but aux attaques des séparatistes. Auparavant, le jeune cinéaste lituanien avait signé Barzakh en 2011, un film produit par le cinéaste finlandais Aki Kaurismaki où il filmait la vie des Tchétchènes après deux guerres et un nouveau pouvoir bientôt dictatorial.

Six ans après Marioupol, alors que la ville portuaire du sud de l’Ukraine était assiégée par l’armée russe, le cinéaste y était retourné pour filmer une fois encore. Il s’est retrouvé pris au piège. Alors qu’il tentait de quitter la ville, blessé aux jambes, il a été fait prisonniers par l’armée russe. Et exécuté le 2 avril dernier : une balle dans la tête, une autre dans la poitrine. Le spectacle nous fait entendre l’une des dernières conversations téléphoniques avec sa femme ukrainienne Anna.

Tout le spectacle est centré sur cette dernière, Anna, interprétée par plusieurs actrices (ukrainienne, biélorusse, lituanienne) vivant aujourd’hui à Vilnius. Telle Antigone, Anna veut retrouver le corps de son compagnon pour l’enterrer. Un cinéaste de 45 ans dont la seule arme était une caméra. Alors que les spectacles du In sont achevés, ce spectacle uppercut se donne jusqu’à demain soir à la Scierie à 19h40. Puis les 15 et 16 septembre au théâtre dramatique russe de Vilnius.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi