jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

963 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2020

Thierry Thieû Niang : restons patients, confiants, courageux...

Le danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang travaiIlait à deux spectacles pour Avignon quand tout s'est arrêté. Confiné à Paris, il nous a envoyé cette lettre écrite le dernier dimanche d'avril 2020.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  La civilisation s’est créée le jour où une personne a commencé à danser- à soigner- avec une autre, à ne pas admettre qu’elle puisse mourir. 

Restons patients, confiants et courageux, toujours à l'écoute pour que le monde guérisse et se console et demandons nous comment nous aimerions reprendre le cours de notre vie.

J'ai profité de ce jour ensoleillé et chaud pour une balade en suivant le soleil sur les trottoirs tout autour du parc fermé des Buttes Chaumont et puis j'ai grimpé sur le toit de l'immeuble. Entre voisins on se laisse sur le paillasson des films à voir, des dessins d'enfants, des recettes de cuisine ou des gâteaux, des journaux et des livres, des autorisations pour ceux qui comme moi n'ont pas d'imprimante et la clé du toit. 

Je m'y suis installé, torse nu, pour lire, et même fumer une cigarette et goûter à cet instant magique jusqu'au coucher du soleil, entendant les applaudissements de la ville pour les soignants ! 

Oui, je tiens debout - assis et couché -  entre compassion et écoute, colère sourde et tendresse partagées, entre les messages des amis proches qui confinés réinventent leurs quotidiens, profitent de la nature, des jardins et des terrasses ouvertes et d'autres messages de proches entassés dans de petits appartements anxiogènes, quelquefois sans ressources, ou avec quelqu'un de malade impossible à visiter, ou pire n'ayant pu aller aux obsèques l'un de sa grand mère, l'autre de son frère. 

Il y a ceux qui ont encore un travail et prennent tous les risques pour le garder. Ceux qui craignent pour l’avenir de leurs enfants. Et il y a ceux qui ont faim ou peur. Ce sont souvent les mêmes.

Il y a les messages impatients des adolescents autistes avec qui je travaille et qui enfermés dedans déjà, vivent très mal que le dehors leur soit interdit, leur quotidien remué, et souvent les familles restent impuissantes et désarmées, aujourd'hui épuisées. Leurs psychiatres et psychologues ont été recrutés pour soutenir les soignants dans les services de réanimation !

Je sais aussi par expérience que l'on ne revient pas d'un chagrin, d'un deuil, d'une sombre traversée. Nous ne sommes plus les mêmes. 

Ne soyons plus les mêmes, même si la tristesse peut continuer de nous mordre et nous atteindre car nous éprouverons toujours un besoin désespéré d’être avec les autres, parmi les autres.

Mais j'ai bien peur que lorsque nous sortirons de ce temps le réel des uns et des autres se cogne,  et se blesse tant nos expériences de retrait au monde ne sont pas communes, pas pareilles.

Et quoi de nos projets ? Nos métiers ? Nos vies ? 

Ce sera compliqué de partir à l'autre bout du monde si partout les frontières restent fermées ; ce sera difficile de mettre en route des créations ? comment à la sortie du confinement retrouverons nous les chemins des théâtres, des cinémas, des musées ?  

Comment allons nous nous retrouver et ensemble partager la vie ?

Les deux projets en cours de création  - Novarina/ Bellorini et Vossier / Theron -sont reportés, annulés pour Avignon. Avec les deux équipes nous cherchons comment nous allons nous retrouver et travailler vite, les uns avec les autres. Comment les corps bougeront, ensemble et séparés. À quelle distance, par quels mouvements ? Le moindre geste. Un par un ? Puis deux. Après demain trois. Puis dix. Cent. Mille. 

Oui, il nous faut continuer. 

Tenter, inventer, partager. Chercher dans les livres et les heures, le loin et le proche, les enfants et les vieux, les vivants et les absents. Le monde.

Alors, ensemble, on y va, on continue, on rêve ...

On danse !

D'accord ?

Nos estamos viendo. 

Nous sommes en train de nous voir. 

Enfin, ces mots de Pierre Guyotat parti en ce début d'année. (Tous les mois nous marchions ensemble, bras dessus, bras dessous dans Paris. La dernière phrase de son livre Coma - que j'ai mis en espace pour Patrice Chéreau - est : "patience, patience,",le livre se termine avec une virgule !) :

" Attendons, voyons, faisons ce qu'on peut, on ne peut pas non plus tout faire. Il faut bien se garder aussi de cette sagesse de l'âge qui est un peu stupide. Il faut rester dans la mémoire de son corps jeune, infatigable, disponible, politique : et l'esprit alors vous le rend bien. Donc, il faut rester politique, finalement. " ( Divers, textes, interventions, entretiens, 1984-2019, Belles lettres).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra