jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1003 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2022

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ode à la touch Marthaler

Christoph Marthaler nous revient telle une entêtante musique. On s‘y plonge une nouvelle fois avec délectation. C’est doux comme une petite larme, triste comme le dernier mot d’un long poème, drôle comme toujours. Cela s’appelle « Die Sorglosschlafenden, die Frischaufgeblühten », c’est Hölderlin qui le dit.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de ... © Horn

C’est la treizième fois que Christophe Marthaler est programmé au Festival d’automne depuis le fameux Murx den Europäer! Murx ihn! Murx ihn! Murx ihn! Murx ihn ab! Ein patriotischer Abend en 1995. Mais, cette année, avec Die-sorglosschlafenden-die-frischaufgebluhten, c’est la première fois qu’un de ses spectacles est accueilli au Théâtre de l’Aquarium dirigé par la compagnie la vie Brève.

La compagnie française et le metteur en scène suisse- allemand ont beaucoup de choses à partager : entre théâtre et musique leur cœur ne balance pas, l’un et l’autre les font battre ensemble à l’unisson. Jeanne Candel, l’un des piliers de la compagnie, barmaid d’un soir de première, ne cachait pas sa joie d’avoir œuvré pour accueillir chez elle ce metteur en scène aîné et admiré.

Qu’est ce qu’on aime dans les spectacles de Marthaler ? Qu’est ce qui nous donne toujours envie d’y revenir depuis le fameux Murx. .. ? Des tas de petites choses, des virgules (jamais des points sinon des pointillés), des tas de petits gestes aussi vains qu’obstinés, des tas de petites musiques au vaste répertoire (présentement Bach, Beethoven, Rachmaninov, Webern, Schumann, Schubert), des histoires qui, à peine nées, se ratatinent, des costumes passés de mode depuis un demi-siècle rescapés de je ne sais quelle mercerie ou third hand ou vieille frippe zurichoise, des personnages au but limité, aux rêves avortées, abonnés au ratage domestique ou professionnel, à la résistance obstinée des éléments y compris les instruments de musique, autant de solitudes abonnées au friable, au cassable.

Et puis les actrices, les acteurs formidablement imbibés d’atmosphères en loucedé, suintant formidablement de jus marthalerien, les habitués de ses spectacles comme les invités occasionnels. Depuis toujours, la salle d’attente sous toutes ses formes est un des lieux privilégiés des spectacles de Marthaler. On attend on ne sait quoi, on espère vaguement et le temps d’un spectacle passe

A chaque fois -et on ne s’en lasse pas- c’est la chronique aigre-douce d’un monde fatigué qui se délite, qui espère malgré tout, qui vit de petits malheurs mais croit, allons-y allonso, à un avenir pas pire sinon un chouia vivable.

Cela se passe toujours entre deux portes ( souvent closes), dans un lieu qui se débine par petits morceaux, un monde de planches pourris, de Ripolin hors d’âge. Des bancals, des bras cassés, des rescapés, des démodés de naissance. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre dans le rétroviseur de leur vie, la solitude est pour chacun, chacune, un lot de consolation. Tous, abonnés du mal vivre, ont une bouée de secours et même deux cette fois dans ce nouveau spectacle : la musique, bien sûr, mais aussi la poésie. Le spectateur n’a lui qu’une seul stratégie possible : le rire éruptif assorti d’une tendresse infinie. C’est parti.

Ils sont quatre assis sur des chaises. Ils se lèveront de concert, entraînant leur chaise pour aller s’asseoir ailleurs ou à la même place . Marthaler ou l’épuisement du même. Dans un coin au milieu fatras d’instruments à cordes plus ou moins cassés se tient un joueur de violoncelle tel un gardien du temple. De chaque côté contre un mur gris, un piano droit où un pianiste joue et, sans se presser, va et vient de chaque côté de la scène. Les quatre ont pour bagage une boite, un étui censé abriter un cor, quand ils ouvriront l'étui ils y pencheront leur tête comme on se penche sur un puits pour y chercher la vérité, en sortiront les mots du poète. Plus tard surgira une trompette plus ou moins bouchée. Parfois ils se lèvent, reviennent.Ce qui les réunit, comme une patience ou une manille réunit des retraités pour passer le temps, c’est un tricot poétique, celui de Friedrich Hölderlin, une sorte de bouquet picoré dans son œuvre poétique, ici une lettre, là un fragment, souvent Hypérion. Ceci, par exemple (traduction Philippe Jaccottet) :

« N’étais-je pas, quant à moi, pareil à des cordes brisées ? Je résonnais encore un peu, mais d’une musique de mort. J’avais chanté sombrement le chant du cygne. J’aurais bien voulu aussi me tresser une couronne funèbre, mais je n’avais que des fleurs d’hiver.Et maintenant où étaient le silence funèbre, la nuit, le désert de ma vie ? Et son affreuse précarité ? »

Jusqu’au 2 octobre au Théâtre de l’Aquarium, 29h30 du lun qu jeu, sam 15h et 20h30, dim 14h, relâche ven

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
« L’esprit critique » théâtre : silences, histoires et contes
Notre podcast culturel discute de « Depois do silêncio » de Christiane Jatahy, d’« Une autre histoire du théâtre » de Fanny de Chaillé et de « Portrait désir » de Dieudonné Niangouna.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme