jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

973 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2018

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Tg STAN: «Quoi/Maintenant», un spectacle maison

Dans son lieu de résidence parisien, le tg STAN présente en prologue un étonnant texte signé Jon Fosse, puis s’approprie une pièce de plus de Marius von Mayenburg. De bout en bout, la griffe tg STAN impose sa marque.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Quoi/mainetnant" © Koen Broos

Trois voix habitent Dors mon petit enfant, court texte de Jon Fosse aux accents beckettiens. « Nous devons rester ici pour toujours », dit 1. « Et nous sommes ici depuis toujours », réplique 2. « Depuis toujours / allons / toujours n’existe pas », complète le troisième. Simple et magnifique entrée en matière.

Une amicale distanciation

Il est à la fois étrange et délicieux d’entendre ces répliques dites par Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver et Frank Vercruyssen, trois des quatre fondateurs du groupe tg STAN.

Délicieux, car on a plaisir à retrouver leur façon de parler le français en l’engorgeant des brumes et des bières de leurs Flandres natales ; leur façon d’aborder les personnages de biais, à la fois dedans et dehors, dans une amicale distanciation ; et, enfin, leur façon immuable d’accueillir le public en étant déjà installés sur le plateau du Théâtre de la Bastille, regardant les spectateurs, leur parlant, en attendant comme nous que cela commence.

Etrange, car ces mots de Jon Fosse parlent d’eux. Oui, le tg STAN semble être là sur la scène du Théâtre de la Bastille « depuis toujours ». Depuis sa première venue en 2002 avec Les Antigones et jusqu’à Art la saison dernière, il est revenu presque chaque année, présenter une création (dix sept en tout) parfois une création et une reprise d’un spectacle à succès comme My dinner with André et Mademoiselle Else (lire ici).

Après la condensation Jon Fosse, la dilatation Marius von Mayenburg. Stück Plastik (pièce en plastique) est la dernière en date des pièces écrites par le dramaturge de la Schaubühne de Berlin. C’est une pièce dans la lignée d’Art de Yasmina Reza : tout se passe dans un salon bourgeois d’aujourd’hui, idéal pour faire fructifier une satire des milieux bobos.

Je n’ai pas vu leur version d’Art mais j’imagine qu’il y avait la même absence de décor ; simplement, comme c’est le cas aujourd’hui, une table chargée de bouteilles de vins et d’alcool, et que les acteurs allaient et venaient tranquillement debout comme ils aiment à le faire moitié en dehors, moitié en dedans des situations.

Scènes et femme de ménage

La pièce de Mayenburg commence lorsque le couple accueille une nouvelle femme de ménage un jour de pluie. Lui est médecin (Frank Vercruyssen), elle « artiste » spécialisée dans le graphisme et le textile (Els Dottermans). Ils ont un fils de 12 ans, Vincent, en plein éveil. Le couple reçoit leur ami Schwartz connu sous son nom d’artiste Haulupa. Les rôles de l’enfant et de Haulupa sont confiés à l’énorme corps de Damiaan De Schrijver, ce qui nous vaut de réjouissants court-circuits scéniques.

La femme de ménage, c’est Jolente De Keersmaeker qui va jusqu’à faire le ménage sur le plateau lorsqu’elle va prendre une douche, essuyant le sol avec des serpillières ou pour ramassant les biscuits apéro lorsque le mari balance le bol à la tête de sa femme.

Histoire d’un couple et d’une cellule familiale sous tension auxquels l’ami apporte avec jubilation son grain de nuisance, le tout sous le regard voyeur du fils et celui peu disert de la femme de ménage, victime toute désignée et bouc émissaire de ces maniaco-frustrés. Madame trouve qu’elle sent mauvais (d’où la douche), on lui propose les nippes dont madame veut se débarrasser et, pire, l’ami entend en faire sa « muse ».

C’est une comédie de boulevard où l’amant n’a plus besoin de se cacher dans le placard, où la femme de ménage remplace la bonne au tablier blanc et où l’auteur, les doigts dans le nez, fait étalage de la mauvaise conscience des couples nantis de gauche (bien sûr), ceux qui militent pour les droits de l’Homme, les immigrés, et s’arrangent, loin de toute mixité social, pour inscrire leurs enfants dans les « bonnes » écoles. La pièce de Mayenburg a beau être plus efficace qu’inoubliable, une fois encore le rouleau compresseur de la méthode tg STAN opère. A l’année prochaine.

Théâtre de la Bastille, tous les soirs sf dim, à 21h jusqu’au 2 fév, puis à 20h du 5 au 9 fév.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — L’argent libyen de Sarkozy

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB